Accueil > SOCIÉTÉ > Laïcité > État des lieux de la laïcité en France 2020 : un principe essentiel, mais (...)

État des lieux de la laïcité en France 2020 : un principe essentiel, mais davantage de pédagogie nécessaire !

Article publié le mercredi 12 février 2020
  • Version imprimable

 

Le 2e baromètre annuel de l’Observatoire de la laïcité vient de paraître. Les Français.e.s y affirment un attachement fort et considèrent que la laïcité est un principe essentiel de notre République. Il faut saluer la parution de cet outil qui permet d’avoir une vision claire des enjeux actuels sur ce point dans notre société. Cela permet également d’insister sur les évolutions et sur la nécessaire pédagogie à poursuivre dans ce domaine.

Un attachement fort

Ce baromètre apporte de nombreuses indications sur ce que la population française pense de la laïcité. En ces temps de polémiques liées à ce sujet, les données recueillies ici peuvent nous rassurer : Les trois quarts des Français.e.s sont attaché.e.s à la laïcité et 70 % considèrent qu’il s’agit là d’un principe essentiel. Par ailleurs, 79 % considèrent qu’il ne s’agit pas d’une idée de droite ou de gauche, et souhaitent qu’elle ne soit pas l’objet d’instrumentalisation. Il s’agit donc d’un principe considéré comme fondamental dans la France d’aujourd’hui. Mais derrière ces chiffres rassurants, quelques évolutions sont cependant à noter.

Des points d’alerte

Tout d’abord, l’attachement au principe laïque évolue en fonction des générations. Les plus jeunes (18-24 ans) ne sont que 61% à considérer ce principe comme essentiel. Ce chiffre relativement bas se double d’une évolution inquiétante : entre 2019 et 2020, il y a sur ce point une baisse de 10 points ! Cela interroge d’autant que ce sont celles et ceux qui sortent du système scolaire. Des signes de méfiance vis-à-vis de la laïcité se retrouvent également parmi les croyant.e.s de certaines religions, en particulier de la religion musulmane. Enfin, nouveauté de cette année : le baromètre offre une analyse genrée . Sur ce point, on constate également des écarts : en effet, si 50 % des hommes considèrent que la laïcité est un principe rassembleur, ce chiffre descend à 36 % pour les femmes.

Une plus grande pédagogie

Il faut donc une meilleure application de la loi et pour reprendre un passage de ce baromètre : « mieux appliquer la laïcité telle qu’elle est définie aujourd’hui et mieux en parler constituent le défi majeur des acteurs politiques et institutionnels ». Comment procéder ? Sur ce point, les préconisations de l’Observatoire de la laïcité et de l’UNSA Éducation se recoupent : il est impératif de mettre en place une pédagogie plus adaptée sur la laïcité, à l’école et dans l’ensemble de la société. Des efforts doivent être entrepris dans ce domaine afin de rassembler davantage la population autour de ce principe qui doit être fédérateur. Une attention particulière doit être portée aux plus jeunes générations pour mieux faire comprendre la laïcité et en faire un instrument d’émancipation pour toutes et tous.

Cette ambition est au cœur du projet défendu par notre fédération. D’autres enquêtes ( celle du CNAL en 2018, celle du CNESCO plus récemment) apportent sur ce point des éléments complémentaires. L’UNSA Éducation rappelle qu’il est également essentiel d’enseigner ce principe fondamental à l’École. La charte de la laïcité, le vadémécum de la laïcité sont autant de points d’appui pour tous les agent·e·s du Service public.

Le baromètre de l'Observatoire de la laïcité 2020

L'enquête du CNAL 

 




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP