Accueil > ÉDUCATION > Bac-3/bac+3+5 > Egalité filles-garçons : une orientation scolaire encore trop largement (...)

Egalité filles-garçons : une orientation scolaire encore trop largement genrée

Article publié le mardi 10 mars 2020
  • Version imprimable

Des filles plus performantes que les garçons et en meilleure réussite dans leur scolarité, mais une autocensure tenace qui les conduit encore à être sous-représentées dans les filières supérieures scientifiques et informatiques : tel est le constat réitéré de la récente étude de la DEPP (Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance) consacrée à l’égalité filles-garçons de l’école à l’enseignement supérieur.


Hexagonalement, comme planétairement, il y aurait de l’espoir ; l’égalité fille-garçon à l’école affiche des avancées. Néanmoins des marges de progrès importantes demeurent. Car selon l’étude de la DEPP, si elles sont 86 % des filles à être bachelières contre 76 % chez les garçons, dès la seconde générale et technologique, l’orientation scolaire serait encore solidement marquée : les filles font à plus de 34 % des choix d’enseignements littéraires et artistiques contre près de 46 % de choix scientifiques ou technologiques, les sciences économiques et sociales se répartissant sur ces deux pôles. Pour les garçons, ce sont près de 58 % d’entre eux qui prennent l’option scientifique. Tendance qui persiste et s’accentue quelques années plus tard dans les filières supérieures où, à l’université, la part des femmes en lettres et en langues atteint 70 % et moins de 30 % en sciences fondamentales et en Staps.

D’ailleurs, les filles ne constituent que 31 % des effectifs des classes préparatoires scientifiques contre 74 % des effectifs des CPGE littéraires. Dans les classes préparatoires économiques, la parité est quasiment atteinte avec 54 % d’étudiantes pour 46 % d’étudiants. En DUT et STS, les filles sont surtout présentes dans les filières des services alors qu’elles sont encore fortement minoritaires dans les filières de production (25% des effectifs). Donnée qui est à mettre en relation avec un plus faible taux d’insertion professionnelle des filles que des garçons, notamment dans le domaine de la production.

Discriminées dans l’accès à l’emploi...

Le taux d’emploi à la sortie de l’apprentissage, sept mois après la fin d’une année terminale de formation professionnelle en apprentissage, montre, là aussi, une disparité en défaveur des jeunes filles (66 % contre 74 % de taux d’emploi chez les jeunes hommes). Et si, 30 mois après l’obtention du diplôme, il semble que la parité dans l’accès au marché du travail est enfin atteinte, les femmes gagnent nettement moins que leurs homologues masculins.

Pour enfoncer le clou, l’étude de la DEPP précise aussi que « à niveau égal, les jeunes diplômées de l’université sont moins nombreuses à avoir un emploi stable et de surcroît, un emploi de niveau cadre ou professions intermédiaires » ; l’écart est de 5 points avec une LP et de 9 points après un master. A l’issue d’un DUT, 47 % de femmes deviennent cadres contre 70 % d’hommes.

...alors qu’elles sont plus performantes

Pour autant, la gente féminine n’est pas moins méritante puisqu’au chapitre des performances scolaires, les jeunes filles précèdent les garçons dans la plupart des champs étudiés : obtention du baccalauréat, de la licence, du master, du diplôme d’école de commerce et gestion, du doctorat en santé (moins présentes en DUT et en école d’ingénieur, elles y sont forcément moins présentes à la sortie du diplôme). « Si 60 % des diplômés d’un doctorat en lettres sont des femmes, elles ne sont que 41 % en sciences », indique ainsi la DEPP.

L’étude montre ainsi clairement que l’égalité filles-garçons est pour nous, à l’Unsa Education, un enjeu éducatif à mener dès le plus jeune âge qui doit s’accentuer et se poursuivre sans relâche pour changer nos mentalités et inverser cette tendance tenace d’un stéréotype du genre qui persiste dans la société et la vie professionnelle, dès que le jeune entre sur le marché du travail. On le voit par exemple avec le taux d’accès à l’emploi ou encore avec le niveau de salaire à compétences et poste égaux. Mais nombreux sont les domaines où les droits de la femme sont minorés, bafoués. La journée du 8 mars pour les droits des femmes nous l’a amèrement rappelé. Et pour reprendre le chapo du dernier numéro de Quoi-de-9 ? de notre centre de recherche Henri Aigueperse, ce combat pour l’égalité doit être mené, non seulement le 8 mars, mais bien « tous les jours ».




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP