Accueil > SOCIÉTÉ > Égalités > Égalité femmes-hommes > Première mesure anti-avortement : on ne s’était pas « trumpé »

Première mesure anti-avortement :
on ne s’était pas « trumpé »

Article publié le mercredi 25 janvier 2017
  • Version imprimable

À peine investi dans ses fonctions, le président américain, a signé ce lundi, un décret interdisant le financement d’ONG internationales en faveur de l’avortement.

Cette première mesure donne le LA d’une politique rétrograde clairement en défaveur des droits des femmes.

L'UNSA Éducation comme le Planning familial et plusieurs associations de défense des droits des femmes dénonce ces restrictions qui en disent long sur les priorités politiques du nouveau président des États Unis.

Ceci n’est sans doute que le début d’une longue suite de mesures répressives déjà parfois localement mises en place.
Au-delà de toute politique, il s’agit de la santé de milliers de femmes, souvent les plus défavorisées et les plus fragiles, qui risquent de souffrir de tels choix.

Cet acte est d’autant plus fort que les États-Unis célébraient la veille le 44e anniversaire de “Roe v. Wade“, l’arrêt emblématique de la Cour suprême qui a légalisé en 1973 l’avortement aux Etats-Unis.

Le droit à l’avortement est une liberté fondamentale en France mais certains cherchent à le contester. Ce qui se passe outre-Atlantique doit nous inciter à la méfiance envers des positionnements politiques confus sur le sujet et qui pourraient laisser craindre les mêmes dérives qu’aux États Unis.

La fédération UNSA Éducation se positionne clairement en faveur du droit des femmes et soutiendra toutes les actions et associations qui s’engageront dans leur défense.




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP