Accueil > PRESSE > Dans les médias > Manque de reconnaissance

Manque de reconnaissance

Article publié le mercredi 11 septembre 2013
  • Version imprimable

Les personnels de l’éducation aiment très majoritairement leur métier et sont heureux de l’exercer, mais souffrent d’un manque de reconnaissance et de respect de leur profession, selon une étude publiée lundi par l’Unsa Education, deuxième fédération syndicale du secteur.

D’après cette enquête réalisée auprès de 16 333 agents de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur, de l’agriculture ou du champ «jeunesse, sport et éducation populaire», ces personnels, qui aiment à 94% leur métier et qui sont à 84% heureux de l’exercer, estiment pour 54% d’entre eux qu’ils ne sont pas reconnus dans leur pratique professionnelle et se déclarent pour 57% d’entre eux insatisfaits de leurs conditions de travail.

«On peut sans doute y voir les effets d’un certain mépris affiché à leur encontre depuis plusieurs années», a jugé Laurent Escure, secrétaire général de l’Unsa Education, lors d’une conférence de presse. Pouvoir d’achat (59%), perspectives de carrière (44%) et charge de travail (43%) tiennent le haut du pavé des revendications émises par les personnels interrogés. 83% estiment en outre que leur rémunération n’est pas à la hauteur de leur qualification.

À lire dans Libération ici.




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP