Accueil > PERSONNELS > Rémunérations-Carrières > Gel du point confirmé ? La grève du 15 mai aussi !

Gel du point confirmé ?
La grève du 15 mai aussi !

Article publié le mercredi 16 avril 2014
  • Version imprimable

Manuel Valls en 2012 (photo Wikimedia Commons)Le Premier ministre s'est exprimé sur les mesures d'économie sur les dépenses publiques. S'il a écarté la remise en cause de l'avancement des fonctionnaires, il a confirmé le choix du gel de la valeur du point d'indice «Fonction publique»... et l'UNSA Éducation ne peut, dans ces conditions, que confirmer son appelle à la grève le 15 mai 2014 dans le cadre de l'action interfédérale Fonction publique.

Dans sa déclaration du 16 avril 2014 prononcée à l'issue du Conseil des ministres, Manuel Valls a évoqué la question de la rémunération des agents de la Fonction publique. S'il a écarté le gel des avancements (notamment les avancements d'échelon ou de grade et, sans doute, les promotions de corps) qui avait suscité un tollé en février dernier et conduit à de vigoureuses interventions de l'UNSA, le Premier ministre a confirmé le maintien du gel de la valeur du point d'indice dans la Fonction publique.

L'action Fonction publique du 15 mai prochain reste plus nécessaire que jamais: le gouvernement maintient le gel du point d'indice? Nous maintenons l'appel à la grève dans le champ de responsabilité de la Fédération.

Comme le précise le communiqué de presse publié aujourd'hui même par notre union interprofessionnelle, l'UNSA :

«Une très grosse part des économies annoncées serait donc due au gel du point d’indice, confirmé par le Premier ministre, mais qui, pris dans le cycle d’économies de 3 ans, pourrait aller jusqu’en 2017.

«Cela équivaudrait, pour des fonctionnaires dont les salaires sont déjà bloqués depuis 4 ans, à une condamnation à 3 ans supplémentaires! Pour l’UNSA, cette mesure est inadmissible. Rien ne peut justifier que des salariés, ici ceux de la Fonction publique, voient le niveau de leur salaire bloqué pendant 7 ans! L’UNSA appelle les fonctionnaires à réagir massivement par la journée d’action du 15 mai.»

Quand l'INSEE met le doigt là où ça fait mal...

Coïncidence fâcheuse pour le gouvernement: ce même 16 avril paraissait un numéro d'Informations rapides de l'INSEE confirmant qu'entre 2011 et 2012 la le salaire moyen net* pour un équivalent temps plein avait diminué en «euros constants»** dans les trois versants de la Fonction publique:

— 0,8% dans la Fonction publique de l'État;
— 0,5% dans la Fonction publique territoriale;
— 0,6% dans la Fonction publique hospitalière.

Certes, il s'agit — comme le précise la note — de données encore provisoires susceptibles d'être révisées, mais le mouvement n'est pas contestable: lorsque le point d'indice stagne, quand les prix et les prélèvements*** s'accroissent, même l'effet des avancements (le célèbre GVT ou «glissement vieillesse-technicité» finit par ne plus suffire.

* Salaire moyen, déduction faite des prélèvements obligatoires (cotisations sociales, CSG, CRDS).
** Le calcul en euros «constants» prend en compte la hausse des prix (dans ce cas précis avec le prix du tabac).
*** Voir
cet autre article du site évoquant l'évolution du «traitement net indiciaire».


Dernière minute : le gouvernement annonce que le blocage est prévu jusqu'en 2017. Inadmissible pour l'UNSA !

Pour plus de détails, voir cet article.


Voir aussi :




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP