Accueil > SOCIÉTÉ > Égalités > Égalité femmes-hommes > Des manuels scolaires aux ABCD de l’égalité : un rapport du Sénat

Des manuels scolaires aux ABCD de l’égalité : un rapport du Sénat

Article publié le lundi 7 juillet 2014
  • Version imprimable

Désormais, le manuel scolaire n’est plus considéré uniquement comme un outil d’apprentissage pédagogique mais également comme un « lieu symbolique de construction et d’expression des valeurs d’une société» (rapport du Sénat). Et par là même de construction de l’individualité.

Un constat affligeant année après année

Ces dernières années, diverses études se sont penchées sur les stéréotypes de genre qu’ils pouvaient véhiculer. La Halde (actuellement Défenseur des droits), avait mené en 2008 une étude liant égalité et discriminations autour d’une cinquantaine de manuels de disciplines diversifiées. Le centre francilien Hubertine Auclert, auquel l’Unsa Education est adhérente, a publié cette année, pour la troisième année consécutive, une étude portant sur les manuels scolaires et le genre. Le 2 juillet dernier, c’est la « délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes du Sénat », qui a rendu public, un rapport sur « les stéréotypes masculins et féminins dans les manuels scolaires ».

Ces études, plus ou moins exhaustives, aboutissent toutes à la même conclusion : les manuels scolaires restent, pour employer un euphémisme, « un outil pédagogique très perfectible sur le plan de l’éducation à l’égalité » (rapport du Sénat). Les femmes y sont largement sous-représentées, dans des rôles et des choix professionnels très stéréotypés.

Quelles préconisations ?

Le rapport du Sénat souligne un paradoxe : « La spécificité du manuel scolaire réside dans le fait que, support pédagogique obligatoire, sa réalisation relève pourtant entièrement d’éditeurs privés, qui se doivent de composer avec des exigences concurrentielles complexes ».

Il insiste sur l’importance d’accompagner les éditeurs dans leur volonté de renouveler les manuels existants à la lumière de l’exigence d’égalité, d’encourager aussi les maisons d’édition dont les procédures sont exemplaires et de faire de l’éditeur public (le réseau CANOPE), responsable de la production numérique, un exemple.

 

L’importance de la formation à l’égalité et à la lutte contre les stéréotypes des enseignants, responsables des choix des manuels scolaires, est mise en avant ainsi que la mobilisation de l’ensemble de la communauté éducative. C’est avec un œil averti qu’ils doivent faire leurs choix.


Un rapport qui prône la généralisation des ABCD de l’égalité

Sorti le 2 juillet, soit deux jours après l’annonce de l’abandon des ABCD par le ministre de l’éducation nationale, et l’annonce d’un nouveau plan d’éducation à l’égalité, le rapport prônait : « la généralisation des ABCD de l’égalité à la rentrée 2014 » ajoutant que « les réactions des enseignants sont toutes très encourageantes car ils constatent les effets sur leurs élèves ».
Il précisait que : « visant à transmettre des valeurs d’égalité et de respect entre les filles et les garçons , reposant sur tous les acteurs de la communauté scolaire, déployé dans les écoles primaires et maternelles et irriguant tous les programmes et toutes les disciplines, ce dispositif, qu’on appelle « ABCD de l’égalité » ou qu’il porte un autre nom,  doit être généralisé et amplifié ».
On sait désormais qu’il porte un autre nom : « plan d’action pour l’égalité entre les filles et les garçons à l’école ».


S’il s’agit réellement d’amplifier l’éducation à l’égalité, à l’Unsa Education, nous en prenons acte et demandons que cette démarche soit mise en place dès la rentrée prochaine et dans toutes les écoles. Aucun recul ne serait compris ni admis.
Nous suivrons dès la rentrée, avec une attention toute particulière, la mise en place de ce nouveau plan.

Lire le rapport ici
 




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP