3 questions à Laurent Escure : le temps des personnels