La Fédération UNSA Éducation Martinique, apporte son soutien plein et entier dans les efforts de lutte contre l’arbitraire de la ministre Geneviève FIORASO. Nous dénonçons cette attitude qui met en danger la communauté universitaire, dont les premiers impactés seront les étudiants, la jeunesse antillo-guyanaise.


Nous réaffirmons cette impérieuse nécessité de prendre en compte tous les paramètres, afin d’éviter toute vision à court terme. Des décisions durables doivent être prises, pour garantir la meilleure visibilité, la crédibilité indispensable de l’UAG dans le paysage national, international et inter-caribéen.

Conscients de la réalité voulue par les régions qu’il faut entendre, nous soutenons la volonté d’un développement des pôles en étant unis, avec plus de moyens et une « latitude de fonctionnement ».


L’UNSA Éducation exige, avec la communauté universitaire :
– le respect des compétences de la présidente de l’UAG
– le respect des usagers : enseignants, enseignants-chercheurs, BIATSS, étudiants
– le renforcement de l’autonomie des pôles
– le maintien des acquis.


Fustigeant les méthodes qui consistent sous fond de déni de droit à prendre des décisions unilatérales, l’UNSA Education s’inscrit dans le mouvement des grévistes du pôle Martinique : « Trois pays, une seule jeunesse ».


Nous appelons ainsi, l’ensemble de la population martiniquaise à se mobiliser avec nous, pour exiger des réponses adaptées et cohérentes.
Aujourd’hui plus que jamais, nous devons être conscients des enjeux et revendiquer ensemble, une plus grande rigueur dans la gestion de ce dossier.


Notre sens des responsabilités nous oblige à tout mettre en oeuvre, à ne pas tolérer l’inacceptable. Au demeurant, les conséquences qui en découlent, pourraient affecter de manière significative le devenir de la jeunesse antillo-guyanaise.


Mireille JACQUES
Secrétaire Générale de l’UNSA Éducation