Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

thematique-actualites-2
Retraites : une réforme préoccupante pour les femmes
Publié le 25 janvier 2023
Les femmes sont bien souvent les grandes oubliées des réformes. Celle concernant les retraites n’échappe pas à la règle. En raison de salaires plus bas et de carrières discontinues, les femmes cotisent généralement moins pour leur retraite et se retrouvent donc à toucher moins de droits. Ainsi, la réforme proposée qui vise à augmenter l’âge de départ à la retraite et l’allongement de la durée de cotisation, changera-t-elle la situation déjà très inégalitaire ? À vouloir « sauver » à tout prix nos retraites ne risque-t-on pas au contraire d’aggraver encore davantage la situation des femmes ? Pour essayer d’y voir plus clair, l’UNSA Éducation revient sur les conséquences de la réforme pour les femmes dont l’étude d’impact présentée en Conseil des ministres, ce lundi 23 janvier, apporte des éclairages.

Les femmes touchent en moyenne une pension inférieure de 40% à celle des hommes.

Pour rappel, le montant des pensions dépend :

  • du salaire initial (75 % du traitement brut hors primes des six derniers mois dans la fonction publique, 50 % de la moyenne des 25 meilleures années dans le secteur privé)
  • de la durée de cotisation nécessaire pour avoir une retraite à taux plein avec la prise en compte d’une décote ou d’une surcote
  • de l’âge d’ouverture des droits ( 62 ans actuellement)

Avec le système actuel, les femmes sont déjà les grandes perdantes. En effet, les inégalités de salaires- y compris à diplôme équivalent- et la carrière professionnelle souvent saccadée des femmes -rythmée par des temps partiels fréquemment subis et des taux d’activité plus faibles- agissent comme une « double peine » pour les femmes à la retraite.

Or, la réforme envisagée va aggraver cette situation.

Les inégalités salariales sont au cœur des différences de pensions

À travail égal, les femmes gagnent en moyenne 16,1% de moins que les hommes.

Dans la Fonction Publique, la différence de salaire est de 11,6 % au détriment des femmes et en fin de carrière celle-ci atteint 18%. En effet, si les femmes y sont très majoritaires elles sont, en revanche, surreprésentées dans la catégorie C, c’est-à-dire la catégorie la moins rémunérée de la fonction publique.

Une majorité de femmes exclues du minimum vieillesse à 1200 euros

Le rapport du Conseil d’orientation des retraites (COR) en septembre dernier rappelait que les femmes sont moins souvent en emploi que les hommes quel que soit l’âge. Les chiffres clés de 2022 font apparaître cet écart qui est, selon les classes d’âge, de 4 à 8,4 % en deçà de celui des hommes avec un écart maximal entre 25 et 49 ans.

De plus, les chiffres clés de 2022 font état du taux de pauvreté selon le sexe et le type de famille or, 35% des personnes pauvres, c’est-à-dire dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté soit 1 102 euros par mois en 2019, sont des mères de famille monoparentale.

Elles sont également plus nombreuses à vivre en dessous du seuil de pauvreté : 4,9 millions de femmes contre 4,3 millions d’hommes en 2019. C’est donc bien une « double peine » qui s’exerce sur ces femmes puisque le minimum vieillesse annoncé à 1200 euros leur sera très difficilement accessible puisqu’il ne concerne que les carrières complètes à taux plein.

Une pénibilité du travail qui concerne aussi les femmes mais qui n’est pas toujours reconnue comme telle

Les femmes sont nombreuses à exercer des métiers précaires, pénibles avec des horaires atypiques. Cependant, la pénibilité de ces métiers n’est pas toujours reconnue comme telle. Augmenter l’âge de départ à la retraite, c’est risquer d’exposer davantage les femmes à des conditions de travail difficiles notamment en raison du caractère physique et/ou répétitif de leur travail et des horaires irréguliers, en mettant leur santé en péril ou en les contraignant à partir prématurément.

Le temps partiel des femmes impacte à la baisse le montant de leur pension

Le temps partiel concerne essentiellement les femmes : 1 femme sur 4 contre 1 homme sur 10. Dans la moitié des cas, il est pris pour raisons familiales, c’est-à-dire pour s’occuper des enfants. Or, si le travail à temps partiel n’a pas d’incidence sur la durée d’assurance pris en compte pour la retraite, il en a sur le montant de cette dernière qu’on relève du régime public ou privé- dans ce dernier cas, les revenus annuels doivent être suffisants pour valider 4 trimestres.

Ainsi, avec la réforme, les femmes seront bien les grandes perdantes. L’argument avancé du gouvernement d’une retraite plus élevée pour les femmes ne fonctionne pas si on compare à âge égal, 64 ans. En effet, les femmes ne bénéficieront plus de la surcote éventuelle à laquelle donnait droit une carrière complète à partir de 62 ans et dont elles auraient pu bénéficier avant la réforme.

De plus, l’accélération du report de l’âge légal va obliger plus de femmes à repousser leur départ à la retraite déjà amorcé par la réforme Touraine de 2014-les 43 années de cotisations requises pour partir à taux plein interviendraient dès 2027 et non plus en 2035-. Ce phénomène concerne davantage les femmes que les hommes. En effet, celles-ci bénéficiaient de trimestres validés grâce au congé maternité-qui peuvent représenter jusqu’à 8 trimestres supplémentaires par enfant-pour partir à taux plein à 62 ans. Désormais, ces trimestres pourront ne plus être d’aucune utilité pour les femmes qui devront poursuivre, quoi qu’il en soit, leur activité jusqu’à 64 ans.

Pour l’UNSA Éducation, la réforme proposée qui vise donc à augmenter l’âge de départ à la retraite et à allonger la durée de cotisation pénalise davantage les femmes qui ont des carrières plus courtes et des salaires plus bas que les hommes. Avec une telle réforme, les femmes risquent d’avoir plus de difficultés à atteindre les conditions d’âge et de cotisations requises pour une retraite complète. C’est tout un système à reconsidérer à la lumière des évolutions de la société.  La question de la pension de réversion élargie au Pacs en est une. La prise en compte de la carrière professionnelle des femmes et de ses spécificités en est une autre. Toutes ces questions doivent impérativement faire l’objet d’une véritable réflexion, si on souhaite pouvoir atténuer les inégalités et garantir une retraite équitable à toutes les femmes.

 

Retraite progressive : ce ne sera pas un droit !

Retraites : Quelles conséquences pour vous, métiers de l’éducation ?

Retraites : première journée de mobilisation le 19 janvier

Reculer l’âge légal de la retraite : fausse solution à un faux problème

Partir plus tard en retraite pénalisera davantage les plus défavorisé∙es

Retraites : signez la pétition

Lire la suite

À LA UNE

covid-g124e9a0e4_640
Suspension du jour de carence COVID 19 : c’est fini !
1831-1025-max
Revalo salariale pour toutes et tous, sans contrepartie !
Attractiveness_LOGO_Attractiveness_LOGO_Rectangle
Attractivité des métiers de l’éducation : La France doit s’inspirer des voisins européens !
covid-g124e9a0e4_640
Suspension du jour de carence COVID 19 : c’est fini !
1831-1025-max
Revalo salariale pour toutes et tous, sans contrepartie !
Attractiveness_LOGO_Attractiveness_LOGO_Rectangle
Attractivité des métiers de l’éducation : La France doit s’inspirer des voisins européens !

SELECTIONNÉS POUR VOUS

couverture
Vie étudiante : la France doit miser sur sa jeunesse
2 février 2023 - National
Les enjeux globaux qui font face à la France nécessitent, si nous voulons y répondre, que les Françaises et Français soient formés au plus hau...
covid-g124e9a0e4_640
Suspension du jour de carence COVID 19 : c’est fini !
31 janvier 2023 - National
1er février 2023 : c'est fini. Le jour de carence Covid-19 est rétabli. L'UNSA Éducation s'oppose à cette mesure aussi injuste qu'inutile.
1831-1025-max
Revalo salariale pour toutes et tous, sans contrepartie !
31 janvier 2023 - National
La concertation avec le ministère commence mal : le pacte n'est pas acceptable pour les enseignant∙es, et rien n'est encore annoncé pour tous ...
formation_metallo-1
Voie pro : nos propositions entendues mais pas encore débattues
30 janvier 2023 - National
Le 27 janvier dernier s’achevait la première phase de concertation relative à la réforme de la voie professionnelle. Une synthèse des 4 groupe...
retraite
2 millions le 19 janvier et le 31 on fait plus encore !
20 janvier 2023 - National
Après la mobilisation réussie du 19 janvier avec plus de 2 millions de personnes dans la rue, la prochaine journée de grève et de mobilisation...
Fiches Baro 2022 - 03_pages-to-jpg-0001(1)
Vous aimez les chiffres ? Accédez à l’ensemble des résultats du baromètre UNSA par métier, âge et territoire
23 mai 2022 - National
Comme chaque année, l'UNSA Éducation vous propose d'accéder à l'ensemble des chiffres de l'enquête pour prendre en compte les situations parti...
En lien avec l'actualité
Nos expressions
Agir avec vous
Analyses et décryptages
Baromètre : enquête annuelle
Nos dossiers

Recevoir la newsletter

Votre adresse de messagerie sera uniquement utilisée pour vous envoyer la lettre d’information de l’UNSA Éducation. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

Conformément aux dispositions du RGPD et de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, d’interrogation, de portabilité, de rectification et d’effacement des données vous concernant. Pour toute question concernant vos données, leur usage, l’exercice de vos droits, veuillez contacter notre responsable du traitement : dpo@unsa-education.org, en précisant dans l’objet du courriel « droit des personnes ».

LIMITES, CONFIDENTIALITÉ, INFORMATIQUE ET LIBERTÉS
Ce service d’information est un service gratuit. Il est assuré sans garantie et peut-être interrompu à tout moment sur simple décision de l’UNSA Éducation. L’UNSA Éducation se réserve le droit de confirmer ou refuser sans justification toute demande d’abonnement, de suspendre ou supprimer tout abonnement sans préavis. L’inscription ne donne aucun droit, contractuel ou non contractuel, vis-à-vis de l’UNSA Éducation. Les adresses électroniques ou autres informations contenues dans les messages adressés ne seront pas transmis à des tiers. Les organisations affiliées à l’Unsa et leurs différentes structures ne sont pas considérées comme des tiers. Pour les demandes individuelles, les cas particuliers, les questions touchant à la vie syndicale et/ou professionnelle, il est préférable de s’adresser directement à l’UNSA Éducation à cette adresse : national@unsa-education.org. Le droit d’accès, suppression, rectification s’exerce auprès du secrétaire général de l’UNSA Éducation, site internet, UNSA Éducation 87 bis avenue Georges Gosnat, 94853 Ivry sur Seine Cédex ou par courrier électronique auprès du secteur communication à cette adresse : communication@unsa-education.org.

Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Qui sommes
nous ?

Nos
syndicats

Contact
de proximité

Centre de
recherche ?