CHS-CT 78 – Et nos conditions de travail, parlons-en !!

Le
SE-Unsa veut imposer dans le débat éducatif et politique la question de
la santé des enseignants, de leurs conditions de travail et du
bien-être au travail !

 

Le bien-être des enseignants
est indispensable pour le bien-être des élèves déjà et pour redorer
l’attractivité du métier en prenant en compte les besoins des collègues
dont la moitié ne se voient pas terminer leur carrière comme
enseignants !

Le CHSCTSD des Yvelines
(comité d’hygiène, de sécurité, et des conditions de travail spécial
départemental) s’attaque cette année au stress au travail.

Le CHSCTSD est une instance
spécialisée (trop méconnue !) dans l’examen des questions relatives à la
santé, à la sécurité et aux conditions de travail des personnels, avec
notamment pour mission de contribuer à la protection physique, mentale, à
la sécurité et à l’amélioration des conditions de travail.

L’UNSA Education (et en son sein le SE-Unsa 78) est membre du CHSCTSD et siège aux groupes de travail et comités.

 

Jeudi
5 octobre 2017, un GT s’est tenu à la DSDEN pour amorcer le travail
thématique de l’année sur « le stress au travail » qui servira
également de ligne directrice aux visites d’écoles et d’établissements
effectuées au cours de l’année scolaire ( avec outils et questionnaires à
destination des collègues).

Nous savons tous que les enseignants ont à gérer une multitude de déterminants influençant le stress.

Il
y a des facteurs liés à l’environnement, au relationnel dans les
équipes, à la structure hiérarchique, aux conditions matérielles, aux
conflits potentiels avec les familles, voire les élèves …

La
politique de gestion et d’organisation stresse et démobilise bon nombre
de collègues qui considèrent subir une violence institutionnelle, qui
font face à des demandes non explicitées, des délais irréalistes, des
variations chroniques !

Nous
déplorons que des formations " bien-être et santé" existent au Plan
Académique de Formation mais soient annulées faute de candidats ou faute
de budget pour les maintenir... (ex cette année : enseigner en
confiance avec la sophrologie, prendre du temps pour gagner du temps,
gérer le stress des élèves, apprendre grâce à la relaxation et la
respiration etc
).

Il
y a pourtant un enjeu réel dans la politique de formation initiale et
continue, avec des formations de qualité et approfondies !

On
ne peut nier que certaines formations sur le terrain sont très inégales
et donnent aux enseignants l’impression d’être parfois encore moins
considérés.

[Lien vers l’enquête du national (pour le moment ouverte aux certifiés du 2nd degré) !->http://questionnaires.se-unsa.org/index.php/338653]

Le

SE-Unsa veut imposer dans le débat éducatif et politique la question de

la santé des enseignants, de leurs conditions de travail et du

bien-être au travail !

 

Le bien-être des enseignants

est indispensable pour le bien-être des élèves déjà et pour redorer

l’attractivité du métier en prenant en compte les besoins des collègues

dont la moitié ne se voient pas terminer leur carrière comme

enseignants !

Le CHSCTSD des Yvelines

(comité d’hygiène, de sécurité, et des conditions de travail spécial

départemental) s’attaque cette année au stress au travail.

Le CHSCTSD est une instance

spécialisée (trop méconnue !) dans l’examen des questions relatives à la

santé, à la sécurité et aux conditions de travail des personnels, avec

notamment pour mission de contribuer à la protection physique, mentale, à

la sécurité et à l’amélioration des conditions de travail.

L’UNSA Education (et en son sein le SE-Unsa 78) est membre du CHSCTSD et siège aux groupes de travail et comités.

 

Jeudi

5 octobre 2017, un GT s’est tenu à la DSDEN pour amorcer le travail

thématique de l’année sur « le stress au travail » qui servira

également de ligne directrice aux visites d’écoles et d’établissements

effectuées au cours de l’année scolaire ( avec outils et questionnaires à

destination des collègues).

Nous savons tous que les enseignants ont à gérer une multitude de déterminants influençant le stress.

Il

y a des facteurs liés à l’environnement, au relationnel dans les

équipes, à la structure hiérarchique, aux conditions matérielles, aux

conflits potentiels avec les familles, voire les élèves …

La

politique de gestion et d’organisation stresse et démobilise bon nombre

de collègues qui considèrent subir une violence institutionnelle, qui

font face à des demandes non explicitées, des délais irréalistes, des

variations chroniques !

Nous

déplorons que des formations  » bien-être et santé » existent au Plan

Académique de Formation mais soient annulées faute de candidats ou faute

de budget pour les maintenir… (ex cette année : enseigner en

confiance avec la sophrologie, prendre du temps pour gagner du temps,

gérer le stress des élèves, apprendre grâce à la relaxation et la

respiration etc
).

Il

y a pourtant un enjeu réel dans la politique de formation initiale et

continue, avec des formations de qualité et approfondies !

On

ne peut nier que certaines formations sur le terrain sont très inégales

et donnent aux enseignants l’impression d’être parfois encore moins

considérés.

[Lien vers l’enquête du national (pour le moment ouverte aux certifiés du 2nd degré) !->http://questionnaires.se-unsa.org/index.php/338653]