Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

thematique-decryptages-2
Projet de réforme de la voie professionnelle : plus d'entreprise n'est pas LA solution
Publié le 16 décembre 2022
Le Gouvernement a annoncé à la rentrée 2022 la volonté de réformer, une énième fois, la voie professionnelle. L’annonce a de quoi surprendre puisque la précédente réforme, la Transformation de la voie professionnelle (TVP), tout juste achevée, n’a fait l’objet d’aucune évaluation partagée.

La principale information relative à cette « nouvelle réforme » réside dans l’engagement du président Macron, lors de sa campagne électorale à « faire du lycée professionnel une voie d’excellence avec la méthode qui a réussi sur l’apprentissage ». « Les périodes passées en stage en entreprise augmenteront de 50 % et les jeunes seront rémunérés », a promis le président candidat.
 
Pour l’ensemble des syndicats de l’UNSA Éducation concernés par la voie professionnelle, cette annonce apparaît comme problématique car elle propose une modalité pédagogique, le stage en entreprise (PFMP) gratifié, pour l’ériger de fait, sans concertation, de manière idéologique, en solution à une problématique : le décrochage scolaire et le constat de plus de 100.000 jeunes sans diplôme et sans emploi au sortir de leur formation initiale alors qu’il y a en parallèle un besoin immédiat de recrutement dans les secteurs en tension.
 
D’une part, le phénomène très large des jeunes sans diplôme et sans emploi ne saurait être la seule responsabilité de la voie professionnelle scolaire puisque celle-ci s’attache à donner une formation initiale complète (savoirs généraux, savoir-être, enseignement théorique professionnel, immersion en entreprise) et diplômante à des élèves n’ayant pas encore 18 ans, leur offrant de nombreux débouchés. Elle leur permet ainsi d’aller directement à l’emploi ou d’engager une poursuite d’études supérieures avec des taux d’insertion dans l’emploi allant jusqu’à deux tiers d’une même cohorte deux ans après le diplôme. Après quelques années de vie active, cette voie leur permet de se réorienter et de développer de nouvelles compétences grâce aux acquis du lycée, ce qui n’est certainement pas synonyme d’échec en matière d’accomplissement personnel et professionnel.
 
Ces résultats sont certainement l’effet de son caractère fortement professionnalisant. Suite à la réforme de la TVP, plus de 60 % de l’emploi du temps sont consacrés à l’enseignement professionnel et à l’alternance en entreprise. Si l’on interroge les équipes pédagogiques sur l’efficacité de cette nouvelle architecture de la TVP, elles sont quasiment unanimes à témoigner qu’on peut faire mieux ; mais que ce n’est pas le            « moins » ou le « plus » d’entreprise qui permettrait ce gain. Elles pointent plutôt la nécessité d’un accompagnement renforcé tout au long du parcours du jeune pour aider à l’orientation, accompagner les ruptures de parcours et améliorer l’insertion ainsi qu’un partenariat plus appuyé et systématisé entre établissements et entreprises dans un esprit de responsabilité partagée. D’ailleurs, les résultats les plus faibles en termes d’insertion des jeunes issue de la voie professionnelle scolaire montrent qu’ils sont trop souvent le fait d’un manque de moyens pérennes pour assurer un accompagnement continu et favoriser des partenariats de qualité avec les entreprises.
Cet élément est d’autant plus criant lorsqu’il s’agit des publics les plus fragiles et en grande difficulté de mobilité (faible indice de position sociale, territoires enclavés), pénalisés par leurs conditions de vie pour construire et mener à bien un projet professionnel en autonomie. La question de « plus d’entreprise » ne répond donc pas à leur besoin immédiat et il n’est pas sûr que les petites et moyennes entreprises – les plus nombreuses dans notre pays – soient en capacité d’accueillir un nombre plus important de ces jeunes qui ont besoin d’un appui plus solide, besoin pour lequel ces TPE-PME-PMI ne sont ni structurées ni programmées.
 
L’autre grand trait marquant de l’annonce présidentielle est l’aspiration du système actuel de la voie professionnelle scolaire par l’apprentissage. En témoigne cette promesse de gratification dont nous ne savons rien de très précis pour l’instant. Pour les syndicats de l’UNSA Éducation, l’apprentissage est une autre voie de formation, non concurrente mais complémentaire en termes d’offre. Les établissements publics de la voie professionnelle la connaissent bien car ils accueillent, à côté de la voie scolaire, nombre d’apprentis dans leurs formations. Cette voie est très exigeante et sélective du fait d’un double emploi du temps pour le jeune, académique et salarié d’entreprise, ajouté au fait que ce sont les entreprises qui recrutent les apprentis sur la base de leur motivation professionnelle, de leur profil et de leur capital social. Ces exigences sont difficiles à tenir, ce qui explique en partie le phénomène des ruptures de contrat, phénomène de l’apprentissage à notre avis trop souvent passé sous silence au profit de l’affichage du seul décrochage, très contestable, qu’on impute injustement à la voie professionnelle scolaire.
 
En plus de proposer aussi des formations en apprentissage de qualité, les lycées de la voie professionnelle scolaire représentent alors un filet de sécurité pour nombre d’apprentis décrocheurs qui peuvent ainsi revenir dans un système classique où ils pourront travailler sur les compétences leur faisant défaut et repartir forts d’une motivation et d’une confiance retrouvées.
 
On le voit bien ; la voie professionnelle sous statut scolaire n’est pas l’unique responsable des difficultés d’insertion comme certains souhaiteraient qu’on la voie. Il est temps que les élèves et leurs familles en prennent conscience. L’augmentation de la PFMP brandie comme une solution miracle à un problème mal diagnostiqué pourrait s’avérer contre-productif sur un plan éducatif et désastreux pour les jeunes alors que notre système républicain et égalitaire est censé les aider et les faire grandir. Il est impérieux d’évacuer au plus vite les raccourcis imaginaires et de s’intéresser de près à l’existant pour l’améliorer. De nombreuses marges de progrès sont possibles, nous l’avons déjà suggéré : articulation des temps de formation, tutorat scolaire, aide à la mobilité, accueil et accompagnement en entreprise etc… Nous en sommes persuadés, seule l’optimisation de ces facteurs permettront à la voie professionnelle scolaire de mieux insérer encore et de gagner in fine en reconnaissance. Quant à la relation lycée-entreprise, si plus d’entreprise n’est pas donc LA solution, développer une meilleure synergie entre ces deux acteurs essentiels permettra une réelle co-formation.

Lire la suite

À LA UNE

Capture d’écran 2023-01-25 à 11.59.49
Retraites : une réforme préoccupante pour les femmes
Capture d’écran 2023-01-24 à 14.21.38
Le sexisme persiste malgré les avancées en matière d'égalité
UNSA ASSETEC INTERVIEW 2
La technologie au collège : une mutation permanente
retraite
2 millions le 19 janvier et le 31 on fait plus encore !
Capture d’écran 2023-01-25 à 11.59.49
Retraites : une réforme préoccupante pour les femmes
Capture d’écran 2023-01-24 à 14.21.38
Le sexisme persiste malgré les avancées en matière d'égalité
UNSA ASSETEC INTERVIEW 2
La technologie au collège : une mutation permanente
retraite
2 millions le 19 janvier et le 31 on fait plus encore !

SELECTIONNÉS POUR VOUS

pexels-stanley-morales-1454360
Affectation dans le supérieur : un bref historique
26 janvier 2023 - National
La volonté politique de former la plus grande partie de la jeunesse au niveau baccalauréat (objectif de 80% d’une classe d'âge énoncé en 1985 ...
book-1171564_1280
Comment remettre les savoirs au centre du débat éducatif ?
26 janvier 2023 - National
Le CICUR (Collectif d’Interpellation du Curriculum) fait le constat que les savoirs enseignés à l’École ne sont pas conçus pour jouer un rôle ...
cop15-presidence-accord
COP sur la biodiversité à Montréal : qu'en retenir ?
24 janvier 2023 - National
Le 19 décembre 2022 a eu lieu la COP15 de Montréal. Les ministres de près de 200 pays ont réussi à aboutir à un accord mondial sur la biodiver...
UNSA ASSETEC INTERVIEW 2
La technologie au collège : une mutation permanente
20 janvier 2023 - National
C’est sans aucun doute la discipline du collège ayant le plus évolué depuis 30 ans. Les plus ancien·ne·s d’entre nous se souviendront d’un por...
retraite
2 millions le 19 janvier et le 31 on fait plus encore !
20 janvier 2023 - National
Après la mobilisation réussie du 19 janvier avec plus de 2 millions de personnes dans la rue, la prochaine journée de grève et de mobilisation...
Fiches Baro 2022 - 03_pages-to-jpg-0001(1)
Vous aimez les chiffres ? Accédez à l’ensemble des résultats du baromètre UNSA par métier, âge et territoire
23 mai 2022 - National
Comme chaque année, l'UNSA Éducation vous propose d'accéder à l'ensemble des chiffres de l'enquête pour prendre en compte les situations parti...
En lien avec l'actualité
Nos expressions
Agir avec vous
Analyses et décryptages
Baromètre : enquête annuelle
Nos dossiers

Recevoir la newsletter

Votre adresse de messagerie sera uniquement utilisée pour vous envoyer la lettre d’information de l’UNSA Éducation. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

Conformément aux dispositions du RGPD et de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, d’interrogation, de portabilité, de rectification et d’effacement des données vous concernant. Pour toute question concernant vos données, leur usage, l’exercice de vos droits, veuillez contacter notre responsable du traitement : dpo@unsa-education.org, en précisant dans l’objet du courriel « droit des personnes ».

LIMITES, CONFIDENTIALITÉ, INFORMATIQUE ET LIBERTÉS
Ce service d’information est un service gratuit. Il est assuré sans garantie et peut-être interrompu à tout moment sur simple décision de l’UNSA Éducation. L’UNSA Éducation se réserve le droit de confirmer ou refuser sans justification toute demande d’abonnement, de suspendre ou supprimer tout abonnement sans préavis. L’inscription ne donne aucun droit, contractuel ou non contractuel, vis-à-vis de l’UNSA Éducation. Les adresses électroniques ou autres informations contenues dans les messages adressés ne seront pas transmis à des tiers. Les organisations affiliées à l’Unsa et leurs différentes structures ne sont pas considérées comme des tiers. Pour les demandes individuelles, les cas particuliers, les questions touchant à la vie syndicale et/ou professionnelle, il est préférable de s’adresser directement à l’UNSA Éducation à cette adresse : national@unsa-education.org. Le droit d’accès, suppression, rectification s’exerce auprès du secrétaire général de l’UNSA Éducation, site internet, UNSA Éducation 87 bis avenue Georges Gosnat, 94853 Ivry sur Seine Cédex ou par courrier électronique auprès du secteur communication à cette adresse : communication@unsa-education.org.

Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Qui sommes
nous ?

Nos
syndicats

Contact
de proximité

Centre de
recherche ?