Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

thematique-unsa-et-vous-3
Mieux réussir l’éducation inclusive
Publié le 21 septembre 2022
Inclure étant le contraire d’exclure, une société inclusive c’est une société qui éradique toutes formes de discriminations. Cette société est encore un idéal, la loi nous y oblige collectivement. Le monde de l’éducation y prend sa part, non sans difficultés et souffrances ressenties de toutes parts : enfants, familles, professionnels. Il faut sortir de la politique du chiffre pour accepter d’évaluer toute la complexité des situations vécues par l’inclusion. Analyse.

Vivre la diversité
 
Dès leurs premiers pas à l’école, à trois ans, tous les enfants rencontrent la diversité. C’est à l’école qu’ils vont tous vivre la fraternité, l’égalité. L’inclusion à l’école, c’est affirmer une école de l’égalité. C’est une école qui se recentre sur ses finalités originelles, une école qui fait en sorte que tous les enfants réussissent, quels que soient leur origine sociale ou raciale, leur genre, leur condition physique ou psychique, leur milieu social. Que chacun.e puisse aller vers SA réussite. La première inégalité est de ne pas aller à l’école, fait auquel s’attaque le principe de l’école inclusive, inscrit dans le code de l’éducation depuis 2013.
 
La société ne pourra devenir inclusive que si l’éducation est inclusive.  L’éducation, et non pas l’école. Lorsque les politiques publiques sont focalisées sur l’objectif « 100% école inclusive », elles font porter l’enjeu inclusif sur la seule responsabilité de l’école et de toutes celles et ceux qui y travaillent de la maternelle à l’enseignement supérieur.
 
Or, le temps de l’école, ce n’est qu’une partie du temps éducatif d’un enfant, d’un jeune. Éduquer un enfant, c’est une affaire de complémentarités. Parents, professionnels de l’école et tous les autres professionnels éducatifs que sont des animateurs d’accueil péri-scolaire, ou de centre de vacances ou de loisirs, mais aussi des professionnels de santé, éducateurs et éducatrices du secteur social, ou médico-social, ou du secteur culturel qui sont indispensables au bien être global d’un enfant. A fortiori dans le champ du handicap ou des besoins éducatifs particuliers, des personnes les plus vulnérables.
 
L’éducation inclusive s’impose à tous les professionnels de l’éducation
 
Pas simple de mettre en place des parcours adaptés, de tenir compte de singularités, dans un système qui gère du collectif, de fait, hétérogène. Une classe de 20, 25, 30 élèves (jusqu’à 35 au lycée) avec un seul adulte en face, c’est le modèle traditionnel de notre système. L’éducation inclusive bouscule ce modèle.
 
Certains enfants ont besoin de parcours adaptés, la journée d’école en collectif est trop lourde à vivre, parfois insupportable. L’éducation nationale a créé de nombreux dispositifs pour accueillir au mieux toute la diversité des enfants de notre pays, des dispositifs pour des enfants reconnus porteurs de handicaps, des dispositifs pour les enfants migrants ne maitrisant pas encore la langue française, des dispositifs pour des difficultés d’apprentissage, …ULIS, SEGPA, UPE2A, RASED, ….
 
Mais pour autant, tous ces dispositifs ne sont pas en nombre suffisant au regard du nombre grandissant d’enfants à besoins éducatifs particuliers que nous accueillons, les procédures pour y accéder et y obtenir une place sont longues, très longues, parfois de plusieurs années.
Et en attendant, c’est la classe ordinaire, avec toutes ses contraintes, et sa gestion collective.
 
Un enseignant n’est pas un soignant, mais un enseignant, peut collaborer avec des soignants. A condition qu’on lui en donne les moyens. 
 
Faire reposer l’inclusion en éducation majoritairement sur l’école, a eu pour conséquence de répondre par l’aide humaine qui compense le handicap, et on a créé le métier d’auxiliaire de vie scolaire, aujourd’hui appelé AESH, accompagnant d’élèves en situation de handicap, comme la réponse principale à la possibilité d’inclusion. Ces accompagnants sont aujourd’hui 125 000, il y en a 35% de plus qu’en 2017, pour 400 000 enfants scolarisés en situation de handicap (325 000 en 2017). Ce sont des métiers peu reconnus et valorisés, peu formés, peu payés et soumis à obligation de temps partiel. C’est néanmoins un progrès indéniable dans l’accès à la scolarisation, mais pas à l’éducation. Car, la mission de l’AESH s’arrête à l’école, et il ou elle ne peut accompagner l’enfant dans aucun autre temps éducatif. Ni cantine, ni centre de loisirs, ni colonie de vacances, ni activité sportive ou culturelle hors temps scolaire.
 
Ces chiffres ne disent rien des difficultés persistantes de l’accès à une éducation sans discriminations.  L’inclusion ne consiste pas à faire entrer coûte que coûte des enfants dans des environnements inadaptés, tant sur le plan matériel, que sur le plan humain, avec des adultes peu formés à la prise en charge de la diversité des besoins spécifiques, et si peu nombreux avec des compétences complémentaires à celles des enseignantes et enseignants.
 
Comment agir pour mieux réussir l’éducation inclusive ?
 
Ce qui s’impose aux professionnels de l’éducation, c’est de mieux réussir l’inclusion. Et pour ce faire, nous avons besoin du soutien des pouvoirs publics, et des familles. Nous avons besoin que soit évaluée la complexité des situations vécues dans le principe d’inclusion. Un idéal que nous voulons atteindre, dans le respect des besoins de chacun et chacune. Nous avons besoin d’être entendus par notre employeur sur les réelles souffrances au travail et les problèmes sans solutions qui se cachent derrière les chiffres affichés de l’inclusion.
 
Car si ces chiffres laissent à penser que l’inclusion est de mieux en mieux prise en charge, cela ne traduit pas la qualité de l’éducation apportée, ni les ratés encore nombreux dénoncés par des associations de familles comme l’UNAPEI à la rentrée, ou dans le très récent rapport de la défenseure des droits, qui affirme qu’une saisine sur 5 qui lui est adressée, l’est pour un enfant concerné par une mauvaise inclusion.
Enfin, ces chiffres mobilisent l’attention au concept d’inclusion, sur la seule question du handicap. L’enjeu de l’éducation inclusive est bien plus large, et de nombreux défis restent à relever pour éradiquer toutes les discriminations. Le système éducatif est confronté à l’altérité, sa mise en accessibilité ne peut que se composer de réponses multiples qui concernent tous les temps d’un enfant.
 
 
 
 Pour l’UNSA Éducation, cela passe par le partage des responsabilités pour une meilleure réussite de l’éducation inclusive, qui doit se réussir en quantité et en qualité. Il est nécessaire de consolider et généraliser la formation des personnels, en collectifs inter-métiers pour partager les préoccupations chacun dans ses missions. L’éducation inclusive ce n’est pas seulement une présence à l’école, mais cela doit conjuguer présence, participation, et réussite pour viser une insertion dans la société du citoyen lorsqu’il sortira du système scolaire.
Le milieu éducatif a besoin de soutien, de collaboration plus étroite avec le secteur médico-social, avec les familles, de partager valeurs et attitudes des principes inclusifs. L’école ne peut pas tout, toute seule, même avec les personnels les mieux formés, les plus engagés et passionnés.  Les parcours d’inclusion peuvent être variés, il faut pouvoir les envisager dans toutes leurs diversités, afin de respecter les besoins des enfants.
 
 

Lire la suite

À LA UNE

IranFemmes
Iran : debout les femmes !
away-4610699_960_720
Libre choix des spécialités au lycée : ceux qui savent et les autres
carte-reseau-aefe-septembre-2022-875x480-1
AEFE : L’UNSA Éducation vous aide à candidater sur les postes d’encadrement et de formation
IranFemmes
Iran : debout les femmes !
away-4610699_960_720
Libre choix des spécialités au lycée : ceux qui savent et les autres
carte-reseau-aefe-septembre-2022-875x480-1
AEFE : L’UNSA Éducation vous aide à candidater sur les postes d’encadrement et de formation

SELECTIONNÉS POUR VOUS

pexels-fauxels-3184423
Les métiers "autres qu'enseignants" doivent aussi être reconnus
23 septembre 2022 - National
L’UNSA Éducation attire l'attention du ministre sur les problématiques des personnels autres qu’enseignants de notre ministère. Souvent invisi...
numérisation SP
Dématérialisation : Faciliter mais ne pas exclure
20 septembre 2022 - National
Nous avons toutes et tous effectué en ligne des démarches administratives qui nécessitaient auparavant un déplacement et parfois des heures d'...
ESR2
Un projet ambitieux pour l'Enseignement Supérieur et la Recherche
19 septembre 2022 - National
Vendredi 16 septembre, la journée ESR de l’UNSA Éducation rassemblait à Paris plus de 160 militants issus de tous les corps de métiers de l’en...
pexels-evgeni-lazarev-8971727(2)
Point d'indice : la sobriété ne sera pas qu'énergétique
19 septembre 2022 - National
Alors que l'UNSA demande au gouvernement de tenir compte de la réalité de l'inflation, le ministre de la Fonction publique a annoncé le 15 sep...
future-3274954_1920
Rentrée scolaire 2022 : Redonnons du sens aux métiers de l’Éducation
29 août 2022 - National
La rentrée scolaire 2022 s’opère dans un contexte sanitaire plus apaisé que les deux précédentes mais notre système éducatif a été durablement...
Fiches Baro 2022 - 03_pages-to-jpg-0001(1)
Vous aimez les chiffres ? Accédez à l’ensemble des résultats du baromètre UNSA par métier, âge et territoire
23 mai 2022 - National
Comme chaque année, l'UNSA Éducation vous propose d'accéder à l'ensemble des chiffres de l'enquête pour prendre en compte les situations parti...
En lien avec l'actualité
Nos expressions
Agir avec vous
Analyses et décryptages
Baromètre : enquête annuelle
Nos dossiers

Recevoir la newsletter

Votre adresse de messagerie sera uniquement utilisée pour vous envoyer la lettre d’information de l’UNSA Éducation. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

Conformément aux dispositions du RGPD et de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, d’interrogation, de portabilité, de rectification et d’effacement des données vous concernant. Pour toute question concernant vos données, leur usage, l’exercice de vos droits, veuillez contacter notre responsable du traitement : dpo@unsa-education.org, en précisant dans l’objet du courriel « droit des personnes ».

LIMITES, CONFIDENTIALITÉ, INFORMATIQUE ET LIBERTÉS
Ce service d’information est un service gratuit. Il est assuré sans garantie et peut-être interrompu à tout moment sur simple décision de l’UNSA Éducation. L’UNSA Éducation se réserve le droit de confirmer ou refuser sans justification toute demande d’abonnement, de suspendre ou supprimer tout abonnement sans préavis. L’inscription ne donne aucun droit, contractuel ou non contractuel, vis-à-vis de l’UNSA Éducation. Les adresses électroniques ou autres informations contenues dans les messages adressés ne seront pas transmis à des tiers. Les organisations affiliées à l’Unsa et leurs différentes structures ne sont pas considérées comme des tiers. Pour les demandes individuelles, les cas particuliers, les questions touchant à la vie syndicale et/ou professionnelle, il est préférable de s’adresser directement à l’UNSA Éducation à cette adresse : national@unsa-education.org. Le droit d’accès, suppression, rectification s’exerce auprès du secrétaire général de l’UNSA Éducation, site internet, UNSA Éducation 87 bis avenue Georges Gosnat, 94853 Ivry sur Seine Cédex ou par courrier électronique auprès du secteur communication à cette adresse : communication@unsa-education.org.

Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Qui sommes
nous ?

Nos
syndicats

Contact
de proximité

Centre de
recherche ?