Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

thematique-actualites-2
Méditation à l’école, est-ce bien raisonnable ?
Publié le 26 novembre 2022
Récemment deux avis concordants ont été publiés sur la méditation de pleine conscience à l’école : un par la Miviludes (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires) et un par le CSEN (Conseil scientifique de l’Éducation nationale).

Dans les deux cas, une revue scientifique des nombreuses études menées sur la question, la plupart sur des adultes, conclut que les bénéfices sont au mieux modestes, souvent non significativement différents par rapport à une autre activité de détente. De plus, la majorité des études sont de faible qualité méthodologique ce qui empêche de conclure sur des effets positifs et beaucoup d’entre elles sont financées directement ou indirectement par le Mind & Life Institute, une association américaine qui a pour but de favoriser un apport mutuel entre le bouddhisme et la science et qui promeut la méditation de pleine conscience.

Cette pratique implique de modifier l’état de conscience des élèves, elle n’est pas seulement un moment de relaxation ou un temps calme. Elle comporte des effets secondaires et des contre-indications connues pour les adultes (dépression, addictions, troubles psychiques) mais très peu étudiées chez les enfants et les adolescents. Il est mentionné dans le rapport de la Miviludes l’avis d’une professeure de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière qui exprime ainsi un risque : “dans une phase où les symptômes de dépression sont trop intenses, un programme qui consiste à retourner le projecteur vers soi-même et à explorer ses émotions serait assimilable à une torture”. Il est également précisé que “chez des enfants ou des adolescents, qui sont par définition des individus vulnérables et en construction, cette pratique, qui implique un certain repli sur soi et invite à faire abstraction du monde qui nous entoure, peut réactiver des traumatismes ou des souvenirs enfouis et se révéler être une expérience très déstabilisante”. Il est aussi pointé que cette pratique peut être instrumentalisée et constituer une porte d’entrée vers d’autres mouvements ou groupes qui sont déviants, voire dangereux, cela représente potentiellement un risque pour les élèves mais aussi pour les enseignants qui se forment à la méditation.

Les deux avis soulignent le danger de l’amateurisme de certains prestataires et l’impossibilité actuellement de contrôler ce qui est effectivement mis en œuvre dans les classes sous l’appellation “méditation de pleine conscience”.

Cet engouement pour la méditation de pleine conscience comporte inévitablement des enjeux économiques mais également des questions sociétales. S’il est légitime et salutaire de se préoccuper du bien-être, du niveau de stress et de la santé mentale de nos élèves, cela mérite une prise en compte sérieuse avec des moyens, des professionnels adaptés et un secteur de soins pour les enfants à la hauteur des besoins. Demander aux élèves de gérer eux-mêmes leur niveau de stress et leur mal-être par la méditation est largement illusoire pour ceux qui vont vraiment mal (victimes d’inceste, de maltraitance…) et revient d’une certaine façon à leur laisser la responsabilité individuelle d’aller mieux.

À cet égard le CSEN précise qu’ “on peut également se demander si, au lieu d’essayer de faire baisser le stress et l’anxiété des élèves, on ne pourrait pas plutôt (ou aussi) essayer de prévenir de tels symptômes en réduisant les sources de stress et d’anxiété. Par exemple, en modifiant les pratiques pédagogiques et l’organisation du système scolaire de manière à ce que les notes, les bulletins, l’orientation scolaire engendrent moins de stress, de manière à promouvoir les compétences socio-émotionnelles, les climats de classes positifs et moins répressifs”.

Les deux avis concluent qu’il est déraisonnable de vouloir amplifier ou généraliser la méditation de pleine conscience dans le cadre scolaire en l’état actuel de la situation.
Pour la Miviludes il convient de rester vigilant vis-à-vis de cette pratique, a fortiori vis-à-vis d’un jeune public, elle rappelle que toute méthode présentée comme un remède universel est à manier avec grande vigilance, d’autant plus lorsqu’elle pourrait présenter un intérêt économique et/ou idéologique.
Le CSEN quant à lui préconise que compte tenu des nombreuses questions restant ouvertes à propos de ces pratiques, et de l’incertitude résultante sur l’analyse bénéfices/coûts, une attitude prudente pourrait être d’en limiter pour l’instant l’usage au cadre des recherches scientifiques.

 

Le rapport de la Miviludes (la partie sur la méditation de pleine conscience est pp 111-117)
La note du CSEN sur la méditation de pleine conscience à l’école

 

Image par FETHI BOUHAOUCHINE de Pixabay

Lire la suite

À LA UNE

covid-g124e9a0e4_640
Suspension du jour de carence COVID 19 : c’est fini !
1831-1025-max
Revalo salariale pour toutes et tous, sans contrepartie !
Attractiveness_LOGO_Attractiveness_LOGO_Rectangle
Attractivité des métiers de l’éducation : La France doit s’inspirer des voisins européens !
WhatsApp Image 2023-01-30 at 11.14.31
Retraites : une réforme préoccupante pour les femmes
covid-g124e9a0e4_640
Suspension du jour de carence COVID 19 : c’est fini !
1831-1025-max
Revalo salariale pour toutes et tous, sans contrepartie !
Attractiveness_LOGO_Attractiveness_LOGO_Rectangle
Attractivité des métiers de l’éducation : La France doit s’inspirer des voisins européens !
WhatsApp Image 2023-01-30 at 11.14.31
Retraites : une réforme préoccupante pour les femmes

SELECTIONNÉS POUR VOUS

covid-g124e9a0e4_640
Suspension du jour de carence COVID 19 : c’est fini !
31 janvier 2023 - National
1er février 2023 : c'est fini. Le jour de carence Covid-19 est rétabli. L'UNSA Éducation s'oppose à cette mesure aussi injuste qu'inutile.
1831-1025-max
Revalo salariale pour toutes et tous, sans contrepartie !
31 janvier 2023 - National
La concertation avec le ministère commence mal : le pacte n'est pas acceptable pour les enseignant∙es, et rien n'est encore annoncé pour tous ...
formation_metallo-1
Voie pro : nos propositions entendues mais pas encore débattues
30 janvier 2023 - National
Le 27 janvier dernier s’achevait la première phase de concertation relative à la réforme de la voie professionnelle. Une synthèse des 4 groupe...
retraites 31 j
Retraites : Et demain, on manifeste où ?
30 janvier 2023 - National
Partout en France, le mardi 31 janvier, des manifestations et des actions de mobilisation sont organisées pour dénoncer le projet du gouvernem...
retraite
2 millions le 19 janvier et le 31 on fait plus encore !
20 janvier 2023 - National
Après la mobilisation réussie du 19 janvier avec plus de 2 millions de personnes dans la rue, la prochaine journée de grève et de mobilisation...
Fiches Baro 2022 - 03_pages-to-jpg-0001(1)
Vous aimez les chiffres ? Accédez à l’ensemble des résultats du baromètre UNSA par métier, âge et territoire
23 mai 2022 - National
Comme chaque année, l'UNSA Éducation vous propose d'accéder à l'ensemble des chiffres de l'enquête pour prendre en compte les situations parti...
En lien avec l'actualité
Nos expressions
Agir avec vous
Analyses et décryptages
Baromètre : enquête annuelle
Nos dossiers

Recevoir la newsletter

Votre adresse de messagerie sera uniquement utilisée pour vous envoyer la lettre d’information de l’UNSA Éducation. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

Conformément aux dispositions du RGPD et de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, d’interrogation, de portabilité, de rectification et d’effacement des données vous concernant. Pour toute question concernant vos données, leur usage, l’exercice de vos droits, veuillez contacter notre responsable du traitement : dpo@unsa-education.org, en précisant dans l’objet du courriel « droit des personnes ».

LIMITES, CONFIDENTIALITÉ, INFORMATIQUE ET LIBERTÉS
Ce service d’information est un service gratuit. Il est assuré sans garantie et peut-être interrompu à tout moment sur simple décision de l’UNSA Éducation. L’UNSA Éducation se réserve le droit de confirmer ou refuser sans justification toute demande d’abonnement, de suspendre ou supprimer tout abonnement sans préavis. L’inscription ne donne aucun droit, contractuel ou non contractuel, vis-à-vis de l’UNSA Éducation. Les adresses électroniques ou autres informations contenues dans les messages adressés ne seront pas transmis à des tiers. Les organisations affiliées à l’Unsa et leurs différentes structures ne sont pas considérées comme des tiers. Pour les demandes individuelles, les cas particuliers, les questions touchant à la vie syndicale et/ou professionnelle, il est préférable de s’adresser directement à l’UNSA Éducation à cette adresse : national@unsa-education.org. Le droit d’accès, suppression, rectification s’exerce auprès du secrétaire général de l’UNSA Éducation, site internet, UNSA Éducation 87 bis avenue Georges Gosnat, 94853 Ivry sur Seine Cédex ou par courrier électronique auprès du secteur communication à cette adresse : communication@unsa-education.org.

Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Qui sommes
nous ?

Nos
syndicats

Contact
de proximité

Centre de
recherche ?