« Les filles de la photo », c’est un collectif de femmes issues de métiers différents, qui travaillent toutes dans le secteur artistique. Elles ont à cœur de valoriser la place des femmes photographes, en développant des stratégies d’influence et en accompagnant leurs adhérentes.
« Ensemble, ces femmes de tête, de cœur et d’action souhaitent animer un laboratoire d’idées et jouer de leur influence pour valoriser et défendre la photographie.
Engagement : des femmes engagées dans la vie professionnelle qui veulent faire partager leurs expertises et transmettre leurs expériences.
Curiosité : créer des occasions de rencontres avec l’envie de découvrir des personnes, des talents, des métiers, des projets, des événements, des lieux.
Partage : des femmes-relais qui portent la voix de la photographie pour informer, former et faire émerger des talents.
Mobilisation :  développer l’influence des professionnelles et valoriser la photographie auprès des institutions.
»
Concrètement, ce sont des actions de mentorat pour soutenir les débuts de carrière car l’Observatoire de la Mixité a mis en exergue la disparité qui existe entre hommes et femmes photographes sur leur parcours de reconnaissance. Mais aussi, des rencontres, des échanges, des groupes de réflexion pour faire reconnaître la photo faite par des femmes comme une expression artistique égale à celle des hommes. Cette initiative se rapproche d’autres collectifs de femmes entrepreneures, chercheuses, ingénieures, ….autant de champs d’expertises ou malheureusement en 2020, les femmes doivent encore se mobiliser contre leur invisibilité.

http://www.lesfillesdelaphoto.com

Et pour continuer sur le sujet des femmes et de la photographie, signalons la sortie d’un livre manifeste aux éditions Textuel : Une histoire mondiale des femmes photographes

Un ouvrage illustré par 450 images, présente les œuvres de 300 femmes photographes du monde entier, de l’invention du médium jusqu’à l’aube du xxie siècle. Rares sont celles dont les noms sont parvenus jusqu’à nous, disparaissant du récit de la création au profit des « grands maîtres ».