Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on whatsapp
Share on print
28 septembre : Journée internationale pour le droit à l’avortement
Publié le 27 septembre 2021
Le droit à l’avortement n’a jamais cessé de faire débat. En France comme dans le monde, ce droit est dangereusement remis en question. L'UNSA Éducation fait le point.

Aux États-Unis, les lois anti-avortement américaines se sont multipliées.

Avec l’arrivée de Donald Trump au pouvoir et malgré le changement de présidence, la situation continue de se dégrader. De nombreux États conservateurs comme la Louisiane, le Kentucky, l’Alabama ou le Mississipi ont déjà adopté de nombreuses restrictions qui mettent en danger la santé des femmes. Dernièrement, la Cour suprême vient de refuser de bloquer une loi qui empêche tout avortement au Texas quelle qu’en soit la cause passé 6 semaines de grossesse.
Cette décision est extrêmement inquiétante car plus de 85% des IVG interviennent après cette période.
Cette loi outrancière entrée en vigueur au 1er septembre 2021 permet à n’importe quel citoyen ou citoyenne quel que soit son État, de dénoncer tout IVG illégale en contrepartie d’une prime de 10 000 dollars si ce signalement donne lieu à une condamnation lors d’un procès. Des mouvements anti- avortement ont ainsi créé des sites Internet de dénonciations anonymes à l’instar de Texas Right to Life. Certaines plateformes ont, cependant refusé d’héberger ces sites dans un mouvement de contestations de ces procédés.
Prêt à en découdre et face à une loi déclarée « inconstitutionnelle » par le ministre de la justice américaine, le gouvernement de Joe Biden a décidé de riposter en déposant plainte contre le Texas afin d’obtenir son annulation. 
Une action dont l’issue sera cruciale et dont la portée politique est essentielle afin de limiter l’impact de cette nouvelle loi qui pourrait séduire d’autres territoires républicains.

L’enjeu n’est pas seulement le droit des femmes à disposer de leur corps mais également d’assurer leur sécurité et leur santé.

En effet, chaque année, cinq millions de femmes sont hospitalisées pour être soignées pour des complications liées à un avortement. On estime qu’elles sont environ 47 000 à en mourir.

Fort heureusement dans certains pays, le droit des femmes à disposer de leur corps progresse.

C’est ainsi que plus au Sud, le Mexique, pays voisin des États-Unis et l’un des plus restrictifs sur l’IVG, a légalisé l’avortement ce mois-ci en rendant inconstitutionnelle la criminalisation de l’IVG.

À Saint-Marin, plus petit pays du monde enclavé en Italie, un référendum ce dimanche 26 septembre a abrogé la loi qui pénalisait l’IVG et obligeait les femmes à se rendre en Italie pour la pratiquer à leur frais.
Ainsi en Europe il reste encore trois pays interdisant l’IVG : Malte, la principauté d’Andorre et la cité du Vatican. 

Mais qu’en est-il en France ?

Si la France reste l’un des pays européens les plus avancés  en matière d’avortement, l’IVG est cependant très souvent contestée de manière insidieuse. Dernièrement, les débats houleux sur l’allongement de la limite du délai légal pour pratiquer une IVG et la « double clause de conscience » ont révélé la fragilité du droit des femmes à disposer de leur corps dans le pays et la nécessité de le défendre. D’après une récente étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), la France a enregistré en 2019 le plus haut niveau du nombre d’interruptions volontaires de grossesses en 30 ans. Ce sont souvent les femmes les plus précaires qui ont recours à l’avortement et l’accès à l’IVG peut être fragilisé car des obstacles demeurent toujours présents.
En effet, la « double clause de conscience » qui permet à de nombreux médecins de refuser de pratiquer l’IVG, rend cet acte plus compliqué à pratiquer dans certaines régions où les infrastructures pour les accueillir sont peu nombreuses et fonctionnent par ailleurs, à flux tendus en cette période de crise sanitaire.
Chaque année, c’est donc entre 4 000 et 5 000 femmes par an en France qui avortent à l’étranger car elles ont dépassé le délai légal de 12 semaines.
Dernièrement un rapport de l’Assemblée nationale a recommandé de porter de douze à quatorze semaines de grossesse la limite légale pour pratiquer une IVG. Mais la proposition de loi qui avait été adoptée dans un premier temps par l’assemblée nationale n’a pas été retenue en deuxième lecture. Classée sans suite, cette question n’apparaît plus à l’agenda parlementaire. Ne pas en faire une priorité, c’est oublier qu’une femme sur trois a recours à l’avortement au cours de sa vie, c’est donc nier la réalité de nombreuses femmes.
Dernièrement pourtant, un sondage révélait que 93 % des Français.es sont attaché.es au droit à l’avortement et que 88 % soutiennent l’allongement du délai à quatorze semaines. Alors pourquoi limiter ce droit ?  Pourquoi risquer d’accroître les inégalités et les injustices en poussant certaines femmes à avorter clandestinement ?

Pour l’UNSA Éducation, cette journée internationale pour le droit à l’avortement est l’occasion de rappeler certaines évidences : 

 – Le droit à l’IVG est garanti par la loi depuis 1975 et les femmes ont le droit de disposer librement de leur corps.
– le régime de l’IVG a été assoupli afin de favoriser un accès pour toutes les femmes.
– Le 0800 08 11 11, numéro vert national « sexualités, contraception, IVG » est anonyme et gratuit. Il permet d’avoir des informations essentielles à toutes et tous.
 
L’UNSA Éducation est en faveur du droit des femmes et soutient les initiatives qui visent à permettre à toutes les femmes de faire les choix qui concernent leur corps. Dans cette période de crise, la nécessité d’informations fiables et l’éducation à la sexualité paraît encore plus essentielle. Notre fédération agit en ce sens car la question de l’égalité femmes-hommes passe par une éducation à la vie sexuelle et affective pour toutes et tous.
 
Pour aller plus loin :

Les propositions de  la Fondation Jean Jaurès pour garantir le droit à l’avortement en France dans la note d’Amandine Clavaud, directrice de l’Observatoire de l’égalité femmes-hommes de la Fondation, et Déborah Rouach, chargée de mission au secteur international  : « Le droit à l’avortement : un combat sans fin pour garantir la liberté de disposer de son corps »
Le Ciné-débat d’Osez le féminisme le mercredi 29 septembre à la Cité Audacieuse Paris 5 
Le 23 février 2022 sortira le film SIMONE Le voyage du siècle d’Olivier Dahan
Communiqué du HCE 
 

Lire la suite

À LA UNE

Un an après, l’hommage nécessaire à Samuel Paty
Un an après, l’hommage nécessaire à Samuel Paty
Oui à la mobilité par l’attractivité et non par la contrainte !
Oui à la mobilité par l’attractivité et non par la contrainte !
Le SNU ne satisfait que les jeunes volontaires (évaluation INJEP)
Le SNU ne satisfait que les jeunes volontaires (évaluation INJEP)
Orientation scolaire : L’égalité filles-garçons a besoin d’un projet global
Orientation scolaire : L’égalité filles-garçons a besoin d’un projet global
Un an après, l’hommage nécessaire à Samuel Paty
Un an après, l’hommage nécessaire à Samuel Paty
Oui à la mobilité par l’attractivité et non par la contrainte !
Oui à la mobilité par l’attractivité et non par la contrainte !
Le SNU ne satisfait que les jeunes volontaires (évaluation INJEP)
Le SNU ne satisfait que les jeunes volontaires (évaluation INJEP)
Orientation scolaire : L’égalité filles-garçons a besoin d’un projet global
Orientation scolaire : L’égalité filles-garçons a besoin d’un projet global

SELECTIONNÉS POUR VOUS

Oui à la mobilité par l’attractivité et non par la contrainte !
Oui à la mobilité par l’attractivité et non par la contrainte !
14 octobre 2021 - National
Le CTMEN s’est réuni le 13 octobre 2021 pour examiner entre autres le projet des LDG « mobilités » 2022. L’UNSA Education a dénoncé une partie...
Des “discriminations systémiques” des “Gens du voyage”
Des “discriminations systémiques” des “Gens du voyage”
11 octobre 2021 - National
Le 6 octobre 2021, la Défenseure des droits, Claire Hédon, a alerté sur les “discriminations systémiques” lors de la publication du rapport po...
Le SNU ne satisfait que les jeunes volontaires (évaluation INJEP)
Le SNU ne satisfait que les jeunes volontaires (évaluation INJEP)
11 octobre 2021 - National
L’INJEP (Institut National Jeunesse et Éducation Populaire) est chargé par le gouvernement de l’évaluation des phases expérimentales du SNU (S...
11 octobre, Journée internationale des filles :  les femmes scientifiques à l’honneur !
11 octobre, Journée internationale des filles : les femmes scientifiques à l'honneur !
8 octobre 2021 - National
Cette année le thème de la journée internationale des filles est « Les femmes scientifiques à la pointe de la lutte contre la COVID-19 » Une...
Un an après, l’hommage nécessaire à Samuel Paty
Un an après, l’hommage nécessaire à Samuel Paty
15 octobre 2021 - National
Le 16 octobre 2020, en rentrant chez lui après sa journée de travail au collège, Samuel Paty était assassiné par un jeune islamiste radical. V...
syndicat-federation-unsa-metiers-education-recherche-culture-barometre
Baromètre 2021 : Besoin urgent d’être Reconnu.es et Respecté.es !
25 mai 2021 - National
Cette année encore l’UNSA Éducation alerte sur l’état de la profession après l'enquête annuelle à laquelle 35 000 collègues ont répondu. Avec ...
En lien avec l'actualité
Nos expressions
Agir avec vous
Analyses et décryptages
Baromètre : enquête annuelle
Nos dossiers

Recevoir la newsletter

En vous abonnant à La Lettre UNSA Éducation, vous serez informés de l’actualité syndicale par une lettre diffusée par courrier électronique exclusivement. Votre adresse ne sera pas utilisée à d’autres fins. Vous pouvez à tout moment décider de votre désabonnement. En vous abonnant sur cette liste, vous serez réputés adhérer aux conditions précisées dans la section « Limites, confidentialité, informatique et libertés » qui suit.

LIMITES, CONFIDENTIALITÉ, INFORMATIQUE ET LIBERTÉS
Ce service d’information est un service gratuit. Il est assuré sans garantie et peut-être interrompu à tout moment sur simple décision de l’UNSA Éducation. L’UNSA Éducation se réserve le droit de confirmer ou refuser sans justification toute demande d’abonnement, de suspendre ou supprimer tout abonnement sans préavis. L’inscription ne donne aucun droit, contractuel ou non contractuel, vis-à-vis de l’UNSA Éducation. Les adresses électroniques ou autres informations contenues dans les messages adressés ne seront pas transmis à des tiers. Les organisations affiliées à l’Unsa et leurs différentes structures ne sont pas considérées comme des tiers. Pour les demandes individuelles, les cas particuliers, les questions touchant à la vie syndicale et/ou professionnelle, il est préférable de s’adresser directement à l’UNSA Éducation à cette adresse : national@unsa-education.org. Le droit d’accès, suppression, rectification s’exerce auprès du secrétaire général de l’UNSA Éducation, site internet, UNSA Éducation 87 bis avenue Georges Gosnat, 94853 Ivry sur Seine Cédex ou par courrier électronique auprès du secteur communication à cette adresse : communication@unsa-education.org.

Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Qui sommes
nous ?

Nos
syndicats

Contact
de proximité

Centre de
recherche ?