Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

thematique-unsa-sexprime
Évaluation des écoles et des établissements : ni travail en plus ni travail pour rien
Publié le 8 septembre 2022
Évaluer les écoles et établissements, c’est permettre aux équipes de terrain de réfléchir à leur action, d’établir un diagnostic et de se fixer des objectifs en lien avec le projet d’école et d’établissement. Cela prend du temps, demande du travail collectif, qui doit être consenti, prévu et organisé dans le temps de service. Accélérer la cadence et mettre la pression à tous les échelons du système éducatif pour entrer dans cette nouvelle démarche ne fait qu’éveiller de nombreuses craintes et résistances légitimes.

Alors que tous les retours font part d’un système en tension et de personnels en perte de sens, pour l’UNSA Éducation il ne faut pas de travail supplémentaire et surtout pas de travail inutile.

Une évaluation très perturbée par la pandémie

« Le conseil d’évaluation de l’école (CEE), placé auprès du ministre chargé de l’éducation nationale, est chargé d’évaluer en toute indépendance l’organisation et les résultats de l’enseignement scolaire. » Ce conseil, créé en 2019 par la loi pour une école de la confiance, s’est donné un objectif à 5 ans pour évaluer l’ensemble des écoles et établissements. Objectif perturbé par la période de crise Covid, qui a freiné la mise en œuvre. Après les EPLE, entrés les premiers dans la danse, voici le tour des écoles. Mais le fonctionnement des écoles, à la différence des EPLE, est assuré par des directeurs et directrices, qui pour une grande majorité d’entre elles et eux, sont toujours chargés de classe et sans aide administrative, pour organiser un travail supplémentaire. Dans un système éducatif qui se relève difficilement des perturbations de la pandémie de Covid, cette démarche d’évaluation apparait de fait comme une mission nouvelle, ajoutées à toutes les autres.

Évaluer et après ?

Beaucoup de craintes sont soulevées par ce nouveau dispositif que découvrent les professionnels du premier degré. Crainte du regard extérieur des collectivités. Crainte du regard des familles, car le cadre prévoit une évaluation du service public d’éducation par ses usagers. Crainte de répercussions sur les carrières, de freins à l’avancement, d’un blocage de mutations. L’organisation de l’école, en structures de petite taille et en grande proximité, justifie davantage ces craintes et nécessite des protocoles d’évaluation adaptés et appropriés.  De plus, la charge de travail supplémentaire est conséquente.

Certes, les objectifs fixés par le CEE étaient bien différents, mais l’expérience des premières années doit être prise en compte. Il faut donner du temps aux équipes et aux corps d’encadrement pour pouvoir s’approprier ce nouveau paradigme et en percevoir la plus-value dans le travail quotidien. Et là, l’institution devra être au rendez-vous. Car entrer en démarche d’évaluation, c’est aussi faire émerger des besoins nouveaux dans une perspective d’amélioration. Ces besoins doivent être entendus, notamment en termes de ressources ou de formation continue et de développement professionnel. Or, c’est le gros point faible du système éducatif français qui peine à former équitablement son million d’agents.

De l’ambition d’une démarche au formalisme de son organisation

Si l’UNSA Éducation a soutenu l’intérêt de l’évaluation des écoles et établissements, c’est surtout parce que ce dispositif, fondé sur l’adhésion et le volontariat des équipes pédagogiques, introduisait une nouvelle modalité plus participative pour les personnels et donc plus à même de poser des objectifs lucides et adaptés. Malheureusement, cet élan initial semble bien oublié aujourd’hui. Les listes d’écoles et établissements à évaluer sont établies par l’administration qui semble plus soucieuse de « faire du chiffre » que de l’intérêt du processus pour les enseignant.es et les élèves. Les modalités de passation font fi des contraintes fonctionnelles. Elles obligent souvent les évaluatrices et les évaluateurs à des déplacements excessifs, aggravés parfois par le choix de les déplacer à l’échelle de la région académique, faisant fi des difficultés organisationnelles et matérielles qui alourdissent la charge de celles et ceux qui mènent ces évaluations.  Le défraiement même de ces missions est parfois difficile à obtenir.

Pour alléger la charge de travail que génère les évaluations, les équipes doivent être réduites à trois personnes (dont un·e issu·e des corps d’inspection et un personnel de direction).  De plus, toutes les demandes éventuelles de « rattrapage » de retards d’évaluation doivent cesser et céder la place à une planification lissée qui respecte la disponibilité de tous les personnels concernés, pour intervenir dans le périmètre de leur académie et leur permettre d’assurer les autres missions dont ils ont la charge.

Pour l’UNSA Éducation, l’évaluation des écoles, des établissements et des services s’inscrit dans une démarche qualité. Elle doit permettre aux acteurs de terrain de réfléchir à leur action, d’établir un diagnostic et de se fixer des objectifs en lien avec le projet d’école et d’établissement. Cette évaluation n’a pas vocation à mettre en concurrence les structures éducatives mais à améliorer leur efficacité. Elle doit être suivie des moyens indispensables identifiés pour progresser : formations, ressources humaines, crédits pédagogiques. Elle ne doit pas s’ajouter à toutes les autres formes de débats annoncés par l’exécutif dans le cadre du Conseil national de la Refondation.

En conséquence, l’UNSA Éducation demande sa suspension a minima durant le premier trimestre de cette année scolaire 2022-23, pour les écoles, ainsi qu’une remise à plat des objectifs et procédures afin que :

  • les objectifs soient clarifiés
  • l’articulation de l’évaluation de l’école ou d’établissement avec le projet d’école ou d’établissement soit explicitée
  • la réponse de l’institution aux besoins identifiés soit garantie
  • les procédures soient adaptées aux structures scolaires
  • les moyens soient donnés aux équipes comme aux évaluateurs et aux évaluatrices afin que les procédures soient soutenables.
  • les équipes d’évaluateurs et évaluatrices soient accompagnées et formées afin d’être légitimées et reconnues dans leurs missions.
Lire la suite

À LA UNE

photo manif
Réforme des retraites : mobilisations les 7 et 11 février
archive-actualites-en-lien-avec-actualite
Usure au travail : des pénibilités cachées dans nos métiers
Pupils On School Field Trip To Museum Looking At Map
Inclusion : il faut coopérer avec le secteur médico-social
machine intelligence artificielle
Humains et machines : quelles interactions au travail ?

SELECTIONNÉS POUR VOUS

FREDELEC
Votez et faites voter pour l’UNSA, votre alliée du quotidien
5 décembre 2022 - National
Si vous deviez convaincre un ou une collègue, ou connaissance de faire le choix de l’UNSA Éducation, pour les élections professionnelles  vous...
facebook baro 2
Agir vite pour l’attractivité de nos métiers
13 juin 2022 - National
Face à la crise du recrutement, alors qu’il y a un risque réel de voir la rentrée « techniquement ratée » dans certains territoires, il est né...
photo manif
2 millions le 19 janvier et le 31 on fait plus encore !
20 janvier 2023 - National
Après la mobilisation réussie du 19 janvier avec plus de 2 millions de personnes dans la rue, la prochaine journée de grève et de mobilisation...
Fiches Baro 2022 - 03_pages-to-jpg-0001(1)
Vous aimez les chiffres ? Accédez à l’ensemble des résultats du baromètre UNSA par métier, âge et territoire
23 mai 2022 - National
Comme chaque année, l'UNSA Éducation vous propose d'accéder à l'ensemble des chiffres de l'enquête pour prendre en compte les situations parti...
En lien avec l'actualité
Nos expressions
Agir avec vous
Analyses et décryptages
Baromètre : enquête annuelle
Nos dossiers

Recevoir la newsletter

Votre adresse de messagerie sera uniquement utilisée pour vous envoyer la lettre d’information de l’UNSA Éducation. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

Conformément aux dispositions du RGPD et de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, d’interrogation, de portabilité, de rectification et d’effacement des données vous concernant. Pour toute question concernant vos données, leur usage, l’exercice de vos droits, veuillez contacter notre responsable du traitement : dpo@unsa-education.org, en précisant dans l’objet du courriel « droit des personnes ».

LIMITES, CONFIDENTIALITÉ, INFORMATIQUE ET LIBERTÉS
Ce service d’information est un service gratuit. Il est assuré sans garantie et peut-être interrompu à tout moment sur simple décision de l’UNSA Éducation. L’UNSA Éducation se réserve le droit de confirmer ou refuser sans justification toute demande d’abonnement, de suspendre ou supprimer tout abonnement sans préavis. L’inscription ne donne aucun droit, contractuel ou non contractuel, vis-à-vis de l’UNSA Éducation. Les adresses électroniques ou autres informations contenues dans les messages adressés ne seront pas transmis à des tiers. Les organisations affiliées à l’Unsa et leurs différentes structures ne sont pas considérées comme des tiers. Pour les demandes individuelles, les cas particuliers, les questions touchant à la vie syndicale et/ou professionnelle, il est préférable de s’adresser directement à l’UNSA Éducation à cette adresse : national@unsa-education.org. Le droit d’accès, suppression, rectification s’exerce auprès du secrétaire général de l’UNSA Éducation, site internet, UNSA Éducation 87 bis avenue Georges Gosnat, 94853 Ivry sur Seine Cédex ou par courrier électronique auprès du secteur communication à cette adresse : communication@unsa-education.org.

Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Qui sommes
nous ?

Nos
syndicats

Contact
de proximité

Centre de
recherche ?