« On souhaite qu’il y ait des éléments de continuité », a demandé Laurent Escure, secrétaire général de l’UNSA Éducation, deuxième fédération. Sur la refondation de l’école, « on avait posé des bases, mais il reste « des discussions en cours » sur la définition des programmes et sur les personnels, qui doivent se poursuivre.

Vincent Peillon « avait une forte connaissance de l’éducation, c’était agréable pour le dialogue social », a-t-il souligné, estimant qu’avec Benoît Hamon, « on va pouvoir parler sans aucune difficulté ». (…)

Lire l’article sur le site du Nouvel Obs