Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Share on facebook
Share on twitter
Share on email
Share on whatsapp
Share on print
Dissolution de Génération identitaire : une bonne décision, mais suffisante ?
Publié le 5 mars 2021
Dissolution de Génération identitaire : une bonne décision, mais suffisante ?

Le conseil des ministres a prononcé la dissolution de l’association Génération identitaire (GI), mercredi 3 mars. Cette action est la conséquence de la procédure lancée en janvier par le ministère de l’Intérieur. GI avait manifesté le 20 février à Paris pour protester en recevant le soutien d’autres courants de l’extrême droite. Mais qui sont les Identitaires et pourquoi cette dissolution ? L’UNSA Éducation fait le point.

Une idéologie d’extrême droite

Créé en 2012, GI est l’héritière indirecte de la dissolution en 2002 de l’organisation d’extrême droite, Unité radicale, après la tentative d’attentat contre le président Jacques Chirac. GI est avant tout à Lyon et compte quelques milliers de militant.es et sympathisant.es. Ses membres prônent l’ethno-différentialisme, une idéologie qui défend un monde cloisonné en différents peuples appartenant chacun à un territoire et à une culture associée. Les populations ne doivent pas se mélanger mais rester séparées. Les Identitaires reconnaissent que le Rassemblement national (RN) est le parti le plus proche de leurs idées, donc le plus à même de les incarner dans le champ politique. D’ailleurs, le RN l’a bien compris et dénonce une procédure de dissolution « politique » et « une dangereuse atteinte aux libertés fondamentales ».

Une organisation martiale et xénophobe

GI délivre une idéologie xénophobe et raciste, associant l’immigration, l’insécurité et la délinquance. Cela passe par une communication importante sur les réseaux et des actions xénophobes, particulièrement antimusulmanes. L’association est financée par des dons notamment de « membres bienfaiteurs », comme Brenton Tarrant, l’auteur de l’attentat sur deux mosquées en Nouvelle-Zélande qui avait fait 51 morts en 2019. GI développe une symbolique et une rhétorique martiales : chants militaires et exercices martiaux sont pratiqués dans ses rassemblements, ainsi que des veillées pour célébrer « l’entrée au clan » des nouvelles recrues.

Une « milice privée » au « discours de haine assumé »

L’acte fondateur de GI est en 2017, en occupant le toit d’une mosquée à Poitiers et scandant des slogans hostiles aux musulmans. Depuis, les Identitaires poursuivent leurs actions xénophobes avec notamment en mars 2019, l’occupation des toits de la caisse d’allocations familiales de Bobigny avec le slogan : « De l’argent pour les Français, pas pour les étrangers ». En avril 2020, GI fait l’amalgame entre l’islam et l’idéologie islamiste en affichant sur le minaret de la Grande Mosquée de Lyon le message : « Pas d’islamistes dans vos villes : STOP aux appels publics à la prière islamique ». En janvier 2021, GI explique vouloir protéger la frontière franco-espagnole au col du Portillon « contre des milliers de clandestins », en déclarant que « parmi eux se trouvent probablement des voleurs, des violeurs des terroristes en puissance ». Ces propos et actions ont fait l’objet de poursuites judiciaires.

La dissolution, et ensuite ?

En se fondant sur les 2° et 6° de l’article L. 212-1 du code de la sécurité intérieure, le conseil des ministres a dissous GI. Cette décision a fait réagir à l’extrême droite, notamment Philippe Olivier, conseiller de Marine Le Pen, présidente du RN, qui a estimé que « cette dissolution arbitraire sign[ait] l’asservissement de la France aux mots d’ordre mondialistes ». A l’inverse, plusieurs associations et partis politiques s’en sont félicités. Les comptes de GI sur les réseaux sociaux ont été fermés. Il est difficile de prévoir la suite, mais les membres de GI l’ont répété, la dissolution ne les empêchera pas de militer et leurs idées ne sont pas dissoutes. GI a tissé un réseau qui dépasse la seule association.

Cette dissolution de Génération identitaire est une bonne nouvelle, à l’heure où différents courants de l’extrême droite se développent en France. Certains d’entre eux, comme GI, ont clairement montré leur haine de la République et leur attrait pour la violence. Il est indispensable d’informer et éduquer afin de faire face à ces idées et mouvements dangereux pour la démocratie. L’UNSA Éducation s’engage fermement contre l’extrême droite et dans ce combat pour agir et informer face aux idées et aux porteurs de haine.

Lire la suite

À LA UNE

Situation sanitaire :  le calendrier du baccalauréat vient d’être modifié
Situation sanitaire : le calendrier du baccalauréat vient d'être modifié
Covid 19, une autorisation d’absence pour la garde d’enfant : nouvelle avancée !
Covid 19, une autorisation d’absence pour la garde d'enfant : nouvelle avancée !
Santé mentale des enfants : le droit au bien-être
Santé mentale des enfants : le droit au bien-être
Protection sociale complémentaire : l’UNSA signe l’accord pour une amélioration pour tous les agent·es
Protection sociale complémentaire : l’UNSA signe l’accord pour une amélioration pour tous les agent·es
Situation sanitaire :  le calendrier du baccalauréat vient d’être modifié
Situation sanitaire : le calendrier du baccalauréat vient d'être modifié
Covid 19, une autorisation d’absence pour la garde d’enfant : nouvelle avancée !
Covid 19, une autorisation d’absence pour la garde d'enfant : nouvelle avancée !
Santé mentale des enfants : le droit au bien-être
Santé mentale des enfants : le droit au bien-être
Protection sociale complémentaire : l’UNSA signe l’accord pour une amélioration pour tous les agent·es
Protection sociale complémentaire : l’UNSA signe l’accord pour une amélioration pour tous les agent·es

SELECTIONNÉS POUR VOUS

Situation sanitaire :  le calendrier du baccalauréat vient d’être modifié
Situation sanitaire : le calendrier du baccalauréat vient d'être modifié
28 janvier 2022 - National
Si les enseignants ont fait preuve d’adaptation et de beaucoup de souplesse face à des conditions de travail dégradées, la désorganisation des...
Pour l’UNSA Éducation, il est urgent d’agir pour l’attractivité des métiers de l’Éducation Nationale.
Pour l’UNSA Éducation, il est urgent d’agir pour l’attractivité des métiers de l’Éducation Nationale.
26 janvier 2022 - National
Le comité technique ministériel de l'Éducation nationale s'est réuni le mercredi 26 janvier 2022. L'UNSA Éducation a porté d'une voix forte la...
Télétravail obligatoire : prolongation jusqu’au 2 février
Télétravail obligatoire : prolongation jusqu'au 2 février
24 janvier 2022 - National
L'obligation de télétravail est prolongée, jusqu’au 2 février 2022. Une nouvelle circulaire de la Ministre de la Transformation et de la Fonct...
Génocide des Ouighours en Chine : la reconnaissance pour sortir du silence
Génocide des Ouighours en Chine : la reconnaissance pour sortir du silence
24 janvier 2022 - National
Ce 20 janvier, l’Assemblée nationale a adopté à une très large majorité une résolution sur le caractère génocidaire des violences causées par ...
Présidentielle 2022 : les propositions de l’UNSA Éducation pour l’Enseignement Supérieur et la Recherche
Présidentielle 2022 : les propositions de l'UNSA Éducation pour l'Enseignement Supérieur et la Recherche
21 janvier 2022 - National
A travers l’élection à la présidence de la République, les Françaises et les Français choisissent les grandes lignes politiques qui seront por...
syndicat-federation-unsa-metiers-education-recherche-culture-barometre
Baromètre 2021 : Besoin urgent d’être Reconnu.es et Respecté.es !
25 mai 2021 - National
Cette année encore l’UNSA Éducation alerte sur l’état de la profession après l'enquête annuelle à laquelle 35 000 collègues ont répondu. Avec ...
En lien avec l'actualité
Nos expressions
Agir avec vous
Analyses et décryptages
Baromètre : enquête annuelle
Nos dossiers

Recevoir la newsletter

Votre adresse de messagerie sera uniquement utilisée pour vous envoyer la lettre d’information de l’UNSA Éducation. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

Conformément aux dispositions du RGPD et de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, d’interrogation, de portabilité, de rectification et d’effacement des données vous concernant. Pour toute question concernant vos données, leur usage, l’exercice de vos droits, veuillez contacter notre responsable du traitement : dpo@unsa-education.org, en précisant dans l’objet du courriel « droit des personnes ».

LIMITES, CONFIDENTIALITÉ, INFORMATIQUE ET LIBERTÉS
Ce service d’information est un service gratuit. Il est assuré sans garantie et peut-être interrompu à tout moment sur simple décision de l’UNSA Éducation. L’UNSA Éducation se réserve le droit de confirmer ou refuser sans justification toute demande d’abonnement, de suspendre ou supprimer tout abonnement sans préavis. L’inscription ne donne aucun droit, contractuel ou non contractuel, vis-à-vis de l’UNSA Éducation. Les adresses électroniques ou autres informations contenues dans les messages adressés ne seront pas transmis à des tiers. Les organisations affiliées à l’Unsa et leurs différentes structures ne sont pas considérées comme des tiers. Pour les demandes individuelles, les cas particuliers, les questions touchant à la vie syndicale et/ou professionnelle, il est préférable de s’adresser directement à l’UNSA Éducation à cette adresse : national@unsa-education.org. Le droit d’accès, suppression, rectification s’exerce auprès du secrétaire général de l’UNSA Éducation, site internet, UNSA Éducation 87 bis avenue Georges Gosnat, 94853 Ivry sur Seine Cédex ou par courrier électronique auprès du secteur communication à cette adresse : communication@unsa-education.org.

Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Qui sommes
nous ?

Nos
syndicats

Contact
de proximité

Centre de
recherche ?