Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Déclaration de rentrée SNPDEN Lille
Publié le 7 septembre 2018 -

Le SNPDEN UNSA, syndicat progressiste au service de tous les
personnels de direction, est un syndicat représentatif de tous les
collègues Adjoints et Chefs. C’est le SNPDEN UNSA qui historiquement est
à l’origine de nombreuses avancées catégorielles. Il est également
producteur de réflexions sur les avancées indispensables qui doivent
aujourd’hui faire progresser notre système éducatif, en contribuant
notamment à remédier aux difficultés socialesdes familles, point
particulièrement sensible dans notre académie.

Aujourd’hui, à l’aube de cette nouvelle année scolaire, les
Personnels de Direction sont excédés par les multiples commandes et
procédures satellites que veut nous imposer l’État : DUERP, RGPD,
interdiction des portables au collège, la liste n’est pas close quand il
ne s’agit pas de la marotte musicale ministérielle qui connaît son An 2
avec le succès que l’on sait.

Toutes ces choses et idées nouvelles donc forcément géniales
pourraient nous détourner des missions premières qui sont celles de
l’école. Les personnels de direction iront comme d’habitude à
l’essentiel, seule façon de réussir une rentrée et au-delà toute une
année scolaire.

D’un point de vue matériel, la rentrée a été préparée de manière
satisfaisante, les professeurs en BMP et les professeurs stagiaires ont
été nommés pour le 20 juillet comme annoncés et nous en remercions les
services. Il subsiste ici ou là des postes non pourvus, nous ne
l’ignorons pas, mais il s’agit le plus souvent d’un manque de vivier
difficile à combler pour certaines disciplines.

Nous ne reviendrons pas ici sur les examens et attendrons le ou les
groupes de travail pour faire remonter nos observations et nos souhaits
d’amélioration. Toutefois nous regrettons le fonctionnement de
l’application CYCLADE, très peu fonctionnelle et ergonomique. Le
ministère a décidé de fermer SIRHEN durant l’été vu son inefficacité à
suivre la gestion des personnels. Nous ne pouvons qu’espérer que cela
soit la première étape d’un grand renouveau des applications
informatiques nationales.

Pour cette année scolaire, en collège tout d’abord

Deux points saillants : Premièrement l’extension du dispositif
devoirs faits, les moyens ont été alloués et les principaux et leurs
adjoints peuvent organiser devoirs faits en toute connaissance de cause.

Cependant il faut souligner que là encore il sera fait au mieux, mais
sans illusion : l’objectif ministériel de pouvoir proposer à chaque
élève 4 heures hebdomadaires de devoirs faits correspondra à coup sûr à
une très rare exception plutôt qu’à une réalité quasi généralisée.

Deuxièmement l’Interdiction des Portables aux collèges, ce martial message ministériel
va sans nul doute faire les choux gras de la presse lors de cette
rentrée, comme le prouvent les sollicitations des médias que nous avons
déjà. Malheureusement ce raccourci racoleur est avant tout un coup
médiatique qui collatéralement va faire naître ou renaître des tensions
dans les établissements. En effet l’article L 551-5 du code de
l’éducation, moins clinquant mais plus conforme au droit indique :

L’utilisation d’un téléphone mobile ou de tout autre équipement
terminal de communications électroniques par un élève est interdite dans
les écoles maternelles, les écoles élémentaires et les collèges et
pendant toute activité liée à l’enseignement qui se déroule à
l’extérieur de leur enceinte, à l’exception des circonstances, notamment
les usages pédagogiques, et des lieux dans lesquels le règlement
intérieur l’autorise expressément.

Autrement dit exactement ce que prévoient la plupart des règlements intérieurs depuis de nombreuses années.

L’article L551-5 parle également de la possibilité de confiscation du
portable, là encore nous engageons les collègues à la plus grande
prudence.

Venons-en aux Lycées et Lp.

Nous aurons à mettre en place une réforme dont pour l’instant on
connaît assez peu de choses concrètes pour la voie générale et
technologique et moins encore pour la voie professionnelle.

Dès la prérentrée les équipes vont nous questionner sur l’avenir, les
modifications, les enseignements ou formations retenues pour
l’établissement et l’impact redouté sur les postes.

De même, alors que l’on nous rebat les oreilles avec l’orientation
qui paraît-il ne fonctionne pas ou pas assez bien et qui serait de fait
une cause essentielle de l’échec scolaire.

Il ne nous sera pas possible lors de cette rentrée d’indiquer à nos
entrants de seconde quel sera le type d’études qu’ils pourront faire ni
même si les enseignements désirés seront proposés dans leur lycée ou
non. De même en voie pro quels changements et quel avenir ?

Une fois encore les personnels de direction, en première ligne dans
les relations avec les familles et les personnels, risquent d’être
discrédités car ils ne seront pas en mesure de répondre aux légitimes questions de leurs interlocuteurs, sauf à diffuser la Une du PARISIEN sur l’ENT de leur établissement pour peu que la RGPD ne s’y oppose pas.

Nous formulons la demande des groupes de travail très tôt dans
l’année ainsi que de plénières avec l’ensemble des personnels de
direction concernés pour préparer au mieux ces réformes.

Nous serons vigilants à ce que les difficultés de mise en place de la
réforme du collège ne soient pas renouvelées et amplifiées lors de la
mise en place de cette réforme du lycée.

Pour la carte des enseignements à mettre en place nous réclamons un
pilotage académique précis et rapide, l’idée de déléguer la mission de
répartition des enseignements au niveau des bassins nous semble à tout
le moins inappropriée et dans certains cas, dangereuse.

Venons-en au post-bac.

Si parcoursup ne peut être vu comme un échec, il est très loin du
franc succès. Certes les tirages au sort ont disparu, et tous les bons
dossiers se sont vu proposer des formations. En revanche il subsiste de
trop nombreux bacheliers sans solutions à quelques jours de la rentrée,
souvent parmi les jeunes les plus fragiles scolairement et socialement.

Se voir proposer fin août une affectation que l’on ne souhaite pas
dans un endroit parfois très éloigné va améliorer les statistiques de
parcours sup, mais accroître les difficultés pour de très nombreux
jeunes.
Pire encore, de nombreuses familles ont finalement fait le choix du
privé pour être certains que leur enfant puisse poursuivre des études,
est-ce un dommage collatéral ou une volonté masquée du pouvoir, l’avenir
le dira !

Certaines sections de BTS ou de prépa ne font pas le plein parce que
des étudiants bloquent plusieurs places en différant leur choix
définitif.

En tout état de cause Parcours sup devra connaître de profondes évolutions

  • D’abord dans sa gestion en établissement,et dans la lourdeur des
    dossiers élèves à compléter dont on ne sait pas,au final, ce qui est
    pris en compte.
  • Ensuite dans le délai pour fixer et affecter
    définitivement les étudiants. Ainsi, il serait normal que pour le 13
    juillet, tous ceux qui se sont vus proposer un ou plusieurs choix soient
    contraints d’en choisir un libérant ainsi des places plutôt que de
    bloquer le système.

Enfin parlons de l’expérimentation bac pro BTS, si elle est un succès
statistique du point de vue de l’affectation, elle est selon nous un
échec cinglant pour la réussite des jeunes issus de bac pro plus
particulièrement dans les filières tertiaires et sanitaires et sociales.

Ces jeunes démissionnent rapidement, sont découragés ou ont pris cette option en attente d’autre chose.

Cela met en péril les sections de BTS notamment en deuxième année, et
de fait ne contribue pas à la montée en qualification souhaitée pour
les élèves de bac pro.

Si l’on veut la réussite de ces élèves il faut y mettre de réels
moyens. Les classes passerelles, décidées dans l’urgence,annoncées le 11
juin sontmises en place sans le temps de réflexion nécessaire. 2000
places au plan national, 6 divisions dans notre académie, ne
représentent qu’une goutte d’eau face à l’étendue des difficultés. Nous
saluons les collègues qui ont dû mettre en place ces sections, avec des
moyens obtenus au dernier moment, hors structure, mais comment croire
que les jeunes vont se déplacer massivement vers ces 6 pôles académiques

Une fois de plus l’effet d’annonce masque l’absence d’effets réels sur le traitement de la difficulté.
Soyons en certains ce n’est pas cette mesure non plus qui contribuera à
la mobilité sociale ascendante dont il a souvent été question dans notre
académie ces dernières années !

Parlons rapidement des postes de personnels de direction, nous vous
demandons Madame le Recteur de combattre au niveau national l’hémorragie
en poste de personnel de direction qui frappe l’académie depuis de trop
nombreuses années. Si l’on ouvre des collèges et des lycées dans les
académies du sud du pays, Bordeaux, Grenoble, Toulouse notamment, et que
l’on ne ferme aucun établissement ailleurs, la logique de solidarité
nationale ne peut être mise en avant. Pour nous l’équation est simple :
plus d’établissement au plan national implique plus de personnel de
direction et non un redéploiement à moyens constants.

Enfin, nous l’avons dit le SNPDEN UNSA est un syndicat progressiste
et réformiste, ainsi nous avons nationalement soutenu la réforme du
baccalauréat, mais nous sommes aussi intervenus avec succès pour
empêcher que les nouvelles modalités d’examen ne deviennent une usine à
gaz alourdissant entre autres la charge de travail des personnels de
direction.

Nous continuerons à être force de proposition et garde-fou pour la mise en place des épreuves et leurs conditions de passations.

De même le SNPDEN UNSA porte ses mandats sur le thème du bac-3/bac+3
et veut que l’enseignement supérieur soit explicite sur les choix
attendus de spécialité pour telle ou telle formation. L’année 2018-2019
devra permettre aux établissements du supérieur de préciser leurs
attendus, si l’on veut que les choix d’orientation post-bac puissent se
faire en toute transparence pour nos élèves.

Rappelons que les personnels de direction représentent environ 1.3%
des personnels de l’Education nationale. Pour être entendus et écoutés,
ils ont besoin d’un syndicat fort et de la puissance d’une fédération.

Bonne rentrée et bonne année scolaire à toutes et tous
 
Merci pour votre écoute Madame le Recteur.

SNPDEN Lille

Lire la suite

À LA UNE

Pologne et Union européenne : des tensions de plus en plus fortes
Pologne et Union européenne : des tensions de plus en plus fortes
Lignes Directrices de Gestion : de mauvais choix pour les ressources humaines dans l’éducation nationale
Lignes Directrices de Gestion : de mauvais choix pour les ressources humaines dans l’éducation nationale
« Déterminé.es à faire reculer les inégalités » : Inscrivez-vous pour le premier rendez-vous des métiers de l’Éducation!
« Déterminé.es à faire reculer les inégalités » : Inscrivez-vous pour le premier rendez-vous des métiers de l'Éducation!
Rentrée solidaire au Liban : et si vous organisiez une collecte dans votre école ou votre établissement ?
Rentrée solidaire au Liban : et si vous organisiez une collecte dans votre école ou votre établissement ?

SELECTIONNÉS POUR VOUS

AEFE : le dialogue social au milieu du guet
AEFE : le dialogue social au milieu du guet
22 octobre 2021 - National
Traverser une rivière en crue en sentant des galets glissants sous nos pieds : voilà la fâcheuse impression éprouvée par nombre de représentan...
Pologne et Union européenne : des tensions de plus en plus fortes
Pologne et Union européenne : des tensions de plus en plus fortes
22 octobre 2021 - National
Depuis son arrivée au pouvoir en 2015 le gouvernement ultraconservateur polonais du PiS (le parti Droit et justice en français, d’extrême-droi...
Un an après, l’hommage nécessaire à Samuel Paty
Un an après, l’hommage nécessaire à Samuel Paty
15 octobre 2021 - National
Le 16 octobre 2020, en rentrant chez lui après sa journée de travail au collège, Samuel Paty était assassiné par un jeune islamiste radical. V...
syndicat-federation-unsa-metiers-education-recherche-culture-barometre
Le Baromètre UNSA 2021 d’une année sous pression
27 mai 2021 - National
La 9e édition du Baromètre de nos métiers de l’Éducation, de la Recherche et de la Culture a recueilli près de 35 000 réponses. Une conférence...
En lien avec l'actualité
Nos expressions
Agir avec vous
Analyses et décryptages
Baromètre : enquête annuelle
Nos dossiers

Recevoir la newsletter

En vous abonnant à La Lettre UNSA Éducation, vous serez informés de l’actualité syndicale par une lettre diffusée par courrier électronique exclusivement. Votre adresse ne sera pas utilisée à d’autres fins. Vous pouvez à tout moment décider de votre désabonnement. En vous abonnant sur cette liste, vous serez réputés adhérer aux conditions précisées dans la section « Limites, confidentialité, informatique et libertés » qui suit.

LIMITES, CONFIDENTIALITÉ, INFORMATIQUE ET LIBERTÉS
Ce service d’information est un service gratuit. Il est assuré sans garantie et peut-être interrompu à tout moment sur simple décision de l’UNSA Éducation. L’UNSA Éducation se réserve le droit de confirmer ou refuser sans justification toute demande d’abonnement, de suspendre ou supprimer tout abonnement sans préavis. L’inscription ne donne aucun droit, contractuel ou non contractuel, vis-à-vis de l’UNSA Éducation. Les adresses électroniques ou autres informations contenues dans les messages adressés ne seront pas transmis à des tiers. Les organisations affiliées à l’Unsa et leurs différentes structures ne sont pas considérées comme des tiers. Pour les demandes individuelles, les cas particuliers, les questions touchant à la vie syndicale et/ou professionnelle, il est préférable de s’adresser directement à l’UNSA Éducation à cette adresse : national@unsa-education.org. Le droit d’accès, suppression, rectification s’exerce auprès du secrétaire général de l’UNSA Éducation, site internet, UNSA Éducation 87 bis avenue Georges Gosnat, 94853 Ivry sur Seine Cédex ou par courrier électronique auprès du secteur communication à cette adresse : communication@unsa-education.org.

Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Qui sommes
nous ?

Nos
syndicats

Contact
de proximité

Centre de
recherche ?