Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
CHS-CTA 9 avril 2020 Covid 19
Publié le 19 avril 2020 -

Présidé
par M. le Recteur, ce comité d’hygiène, de sécurité et des conditions
de travail réunissait : Mme Jeannin (SG), M. Seyer (DGRH) – Mme 
Salgeber (ISST) – Docteure Dietsch (Médecin de prévention ), Mme Comte –
M Gutherlé (assistant académique de prévention) – et les représentants
des personnels de l’Unsa-Education, de la FSU, de FO et du Sgen-CFDT.

En
introduction, le recteur rappelle que depuis le début de la crise une
réunion hebdomadaire a lieu avec les organisations syndicales. Cette
dernière est remplacée cette semaine par le CHS-CTA.

Le
recteur souligne une fois encore la somme et la qualité du travail
fourni par l’ensemble des personnels. Il rappelle qu’un protocole a été
élaboré dans l’académie. Il permet aux écoles de gérer au mieux les
accueils des enfants des indispensables » (personnels soignants,
personnels sociaux et personnels assurant la sécurité pendant la crise
…). Ce protocole a été transmis aux 4 DSDEN qui doivent ensuite se
charger de sa diffusion auprès des enseignants. Des masques ont été distribués à l’ensemble des centres d’accueil.
C’était une demande forte des représentants des personnels. Il s’agit
d’une commande ministérielle qui a permis d’équiper les personnels
volontaires.

Une
représentante du personnel fait remarquer que, dans le protocole, il
manque une notice explicative pour utiliser correctement les masques.

Le
recteur reconnait que pour être efficaces les masques doivent être
correctement utilisés. Il émet l’hypothèse que les masques seront livrés
avec des modes d’emploi. Il faudra cependant s’en assurer, sans quoi il
devra être ajouté au protocole. Dans ce cas, il faudra être vigilant à
ce que le mode d’emploi corresponde bien au type de masque fourni.

Le
recteur indique également que la faculté de pharmacie de Nancy a
élaboré du liquide hydroalcoolique pour l’académie de Nancy Metz et
qu’il est en train d’être distribué.
Il faudra que ce liquide
(distribué dans des bouteilles) soit transvasé de la bouteille dans des
distributeurs (sinon trop de gel sera utilisé à chaque utilisation). Il
faudra également récupérer les bouteilles pour pouvoir les rendre à la
faculté de pharmacie.

Un
élu de l’Unsa Education explique que son chef d’établissement a
réquisitionné le personnel de laboratoire pour récupérer les produits
nécessaires à l’élaboration du liquide, en se demandant si ces produits
répondent réellement aux normes pharmaceutiques.

Le
recteur reconnaît qu’il faut être très vigilant et l’Education Nationale
a peut-être été un peu trop volontariste au début dans les consignes
données aux chefs d’établissement. C’est pourquoi le rectorat s’est
finalement tourné vers la faculté de Nancy qui a conçu du liquide
hydroalcoolique plutôt que du gel car la conception de liquide est plus
simple que celle du gel. Le recteur reprendra contact avec les chefs
d’établissement afin de faire le point sur la situation.

Dans
sa déclaration liminaire, FO souligne que des chefs d’établissements
donnent des consignes ubuesques aux enseignants telles qu’appeler les
élèves individuellement. Il leur est également demandé de faire remonter
les informations au professeur principal puis au chef d’établissement.
Pour FO, cette pratique crée une hiérarchie entre les enseignants. De
plus on leur demande de poser des questions qui vont au delà de la
pédagogie (y a-t-il des malades dans la famille, sont-ils hospitalisés ?
…)

FO soumet un avis au vote :

Le CHS-CT académique demande qu’il soit rappelé aux chefs d’établissement que :

« La
mise en place de la « continuité pédagogique » et le maintien du « lien
entre l’école et les familles par courriel, par téléphone ou toute autre
technologie numérique » est une préconisation.

Que
compte tenu des circonstances, le bon sens impose d’être raisonnable et
mesuré, de faire preuve de discernement et de bienveillance dans ses
sollicitations afin de ne pas mettre les personnels sous une pression
génératrice de RPS (risques psycho sociaux), que l’administration entend
combattre ».

Pour
le recteur, ce que demandent les chefs d’établissement n’institue pas de
relation hiérarchique entre les professeurs. De plus, dans cette
situation difficile, il y a des décisions qui sont prises par bon sens
et ne respectent pas toujours le protocole habituel.

FO craint que la « pression » soit encore mise sur les professeurs pendant la période de vacances qui arrive.

Le
recteur répond qu’en dehors de l’ accueil des enfants « des
indispensables » et du soutien pour les élèves en difficulté, basé
uniquement sur le volontariat, il n’y a aucune ambigüité sur le fait que
la période de vacances doit être respectée.

En
outre, le recteur rappelle qu’il a été « effectivement demandé » aux
chefs d’établissement de faire remonter les situations où un enseignant
ne se serait absolument pas manifesté depuis le début du confinement,
car des cas existent dans notre
académie ! Le chef d’établissement
est tenu de faire remonter cette situation à la DGRH qui doit comprendre
pourquoi : ainsi par exemple l’enseignant concerné peut être malade,
auquel cas il doit en avertir son établissement. Le recteur souligne que
dans le contexte particulier que nous connaissons actuellement, il y a
évidemment de la bienveillance pour étudier individuellement chaque
situation, mais ce n’est pas pour cela que l’on peut cautionner un
enseignant qui n’aurait pas donné signe de vie depuis quatre semaines…

Résultat des votes : 4 pour et 3 abstentions (l’Unsa a voté l’ abstention : FO se base sur quelques cas isolés.)

Le
recteur ajoute que si l’Education Nationale doit jouer un rôle de
continuité pédagogique elle doit également se soucier du maintien du
lien social.

La
question de la reconnaissance en accident de service pour les collègues
qui auraient contracté la maladie pendant leur exercice (et notamment
pendant l’accueil des enfants de soignants) est soulevée
. Le recteur répond que cela doit se faire au niveau ministériel et non à l’échelle de l’académie.

Demande
est faite également de la mise en place d’un accompagnement de la
souffrance de personnels qui se sont adaptés tant bien que mal pendant
la crise, et d’une meilleure communication de la cellule d’écoute, des
registres santé et sécurité à tous les personnels

Le
recteur indique qu’il en train de préparer un courrier l’intention des
personnels de l’académie pour entre autres choses redonner numéro de
cellule d’écoute.

L’ensemble
des OS demandent également que soit réfléchi dès maintenant
l’accompagnement qui pourra être proposé aux personnels pour gérer
« l’après ».

Le
recteur indique que la constitution d’un document pour travailler
« l’après » est en train de se faire et que de toute façon, il continuera
le dialogue social comme cela est le cas depuis le début de cette crise.
De même, il indique que le CHS-CTA sera réuni aussi souvent que
nécessaire. Le problème pour gérer correctement « l’après » est qu’il sera
matériellement impossible de mettre une cellule d’écoute dans chaque
école ou dans chaque établissement (comme cela se fait en cas de crise
isolée dans un établissement précis). Le rectorat est donc dès à présent
en train de chercher des relais (MGEN …) Le recteur est tout à fait
conscient qu’il va falloir encore plus que d’habitude être à l’écoute de
chacun.

L’UNSA
souligne également que les enseignants auront une très grande disparité
de niveaux scolaires à gérer à la reprise des cours.
Le
recteur répond que l’Education Nationale est bien consciente de cette
difficulté d’où la proposition de soutien pendant les vacances. L’UNSA souligne cependant
que les élèves avec lesquels les enseignants n’ont pas réussi à établir
de lien depuis le début du confinement, resteront des élèves avec qui
le lien ne pourra toujours pas être établi pendant les vacances…

Le
recteur partage cette analyse. Toutefois il souligne que si l’Education
Nationale n’avait pas mis en place la continuité pédagogique, les écarts
se seraient creusés encore davantage, car les familles les plus
favorisées auraient continuité à travailler avec leurs enfants (avec
éventuellement recours à des cours particuliers) et d’ autres familles
n’auraient rien pu faire.

Le
recteur indique qu’il faut également distinguer les élèves en difficulté
(pour qui le soutien peut s’avérer utile) et les décrocheurs, c’est à
dire les « perdus de vue » qui se révèlent être des élèves qui sont dans
des situations répétées d’absentéisme le reste de l’année. Ces élèves
sont identifiés et restent minoritaires.

L’UNSA demande qu’un point soit fait sur la situation des personnels administratifs.

La
secrétaire générale indique que la quasi-totalité des personnels
administratifs s’est mise en ordre de marche pour le télétravail. Le
rectorat s’est vidé en une demi-journée, les personnels ont été
autorisés à prendre leur matériel informatique pour pouvoir continuer à
travailler chez eux. En outre, la Secrétaire générale indique que des
visio-conférences sont régulièrement mises en place pour permettre aux
personnels de garder un lien social avec leurs collègues.

L’UNSA
demande si tous les personnels administratifs peuvent continuer leurs
missions par télétravail. Un risque d’accumulation de travail à faire à
la reprise est à craindre. Y a-t-il des risques de retards ?

La
secrétaire générale indique que l’académie compte 835 agents (82
personnels sont actuellement indisponibles car malades ou en garde
d’enfants). Il reste donc 740 agents en poste : « Notre force de travail
est en marche par télétravail ». Aujourd’hui c’est surtout l’inconfort du
télétravail qui peut poser des problèmes. Le travail sur site est
toujours possible mais avec un cadrage très précis.

Certaines
missions ont cependant dû être reportées. Ces reports d’activité sont
générés par des décisions ministérielles (report d’examen, de concours
…). Le report d’activité est donc essentiellement limité à un service
(la DEC – division des examens et concours).

Comme
tout ne peut pas se faire en télétravail, quelle est la garantie des
cinq semaines de congés d’été pour les personnels des services
déconcentrés ? Tout ne pourra pas être rattrapé ou alors au détriment de
ces personnels

La
secrétaire générale a conscience de cette difficulté. Les cinq semaines
de congés pour les vacances d’été seront maintenues au maximum.
Cependant, il est vraisemblable que cela ne sera pas possible pour tous.
On ne peut pas se projeter assez suffisamment dans le futur proche pour
pouvoir répondre avec plus de précision à cette question.

La FSU soumet un avis au vote :

Le
CHSCTA de Nancy-Metz demande au ministère : « que le Covid -19 soit
inscrit au tableau des maladies professionnelles ». Le CHSCTA demande
également que le « lien soit présumé avec le Covid-19 pour les agents du
ministère de l’Education nationale ayant été au contact du public ou
s’étant rendus dans leur lieu de travail pour raisons de service dans le
cadre de leurs fonctions, pendant l’épidémie « 

Résultat du vote : 6 pour, 1 abstention.

Les OS demandent comment l’Education Nationale envisage la sortie du confinement : masques, dépistages ?

Le recteur répond qu’il suivra les préconisations du ministère de la santé.

Concernant les examens,
le recteur rappelle que tout se fera par contrôle continu à l’exception
de l’oral de français pour les premières générales et technologiques.

A ce stade, il est prévu que les concours
(si les conditions sanitaires le permettent) se déroulent en juin pour
l’écrit et en juillet pour l’oral. Rien pour l’instant n’est prévu pour
les recrutements, si les conditions sanitaires ne permettaient pas la
tenue des examens.

Concernant la titularisation des stagiaires,
la décision doit être la même pour tous les fonctionnaires. Les
conditions de titularisation seront données dans quelques semaines par
le ministère de la fonction publique.

Delphine LERAT (Unsa Education),

secrétaire adjointe du CHS-CT A.

Lire la suite

À LA UNE

Déficit d’attractivité de nos métiers : il faut y remédier
Déficit d’attractivité de nos métiers : il faut y remédier
Territoires ultramarins : une rencontre constructive au Ministère
Territoires ultramarins : une rencontre constructive au Ministère
Mutuelle santé : 15€ mensuels pour chacun∙e d’entre vous dès le 1er janvier 2022 !
Mutuelle santé : 15€ mensuels pour chacun∙e d'entre vous dès le 1er janvier 2022 !
Enseignement supérieur: L’UNSA Education engagée pour les personnels, les étudiant.es, l’égalité et l’écologie
Enseignement supérieur: L'UNSA Education engagée pour les personnels, les étudiant.es, l'égalité et l'écologie

SELECTIONNÉS POUR VOUS

Aucun∙e agent∙e public∙que rémunéré∙e sous le SMIC, une exigence forte !
Aucun∙e agent∙e public∙que rémunéré∙e sous le SMIC, une exigence forte !
20 septembre 2021 - National
La conférence sur les perspectives salariales dans la fonction publique s’ouvre le 21 septembre. L’UNSA demande au gouvernement de nouvelles m...
Reconnaître et engager tous les personnels pour la réduction des inégalités
Reconnaître et engager tous les personnels pour la réduction des inégalités
20 septembre 2021 - National
Le baromètre annuel UNSA des métiers de l’Éducation montre de manière constante que les personnels de l’Éducation aiment leur métier et sont h...
Signer pour signifier l’importance de la filière administrative de l’Éducation
Signer pour signifier l’importance de la filière administrative de l’Éducation
11 septembre 2021 - National
Le 10 septembre l’UNSA Éducation et A&I Unsa ont signé avec Jean-Michel Blanquer le « relevé de décisions » pour la revalorisation pluriannuel...
syndicat-federation-unsa-metiers-education-recherche-culture-barometre
Le Baromètre UNSA 2021 d’une année sous pression
27 mai 2021 - National
La 9e édition du Baromètre de nos métiers de l’Éducation, de la Recherche et de la Culture a recueilli près de 35 000 réponses. Une conférence...
En lien avec l'actualité
Nos expressions
Agir avec vous
Analyses et décryptages
Baromètre : enquête annuelle
Nos dossiers

Recevoir la newsletter

En vous abonnant à La Lettre UNSA Éducation, vous serez informés de l’actualité syndicale par une lettre diffusée par courrier électronique exclusivement. Votre adresse ne sera pas utilisée à d’autres fins. Vous pouvez à tout moment décider de votre désabonnement. En vous abonnant sur cette liste, vous serez réputés adhérer aux conditions précisées dans la section « Limites, confidentialité, informatique et libertés » qui suit.

LIMITES, CONFIDENTIALITÉ, INFORMATIQUE ET LIBERTÉS
Ce service d’information est un service gratuit. Il est assuré sans garantie et peut-être interrompu à tout moment sur simple décision de l’UNSA Éducation. L’UNSA Éducation se réserve le droit de confirmer ou refuser sans justification toute demande d’abonnement, de suspendre ou supprimer tout abonnement sans préavis. L’inscription ne donne aucun droit, contractuel ou non contractuel, vis-à-vis de l’UNSA Éducation. Les adresses électroniques ou autres informations contenues dans les messages adressés ne seront pas transmis à des tiers. Les organisations affiliées à l’Unsa et leurs différentes structures ne sont pas considérées comme des tiers. Pour les demandes individuelles, les cas particuliers, les questions touchant à la vie syndicale et/ou professionnelle, il est préférable de s’adresser directement à l’UNSA Éducation à cette adresse : national@unsa-education.org. Le droit d’accès, suppression, rectification s’exerce auprès du secrétaire général de l’UNSA Éducation, site internet, UNSA Éducation 87 bis avenue Georges Gosnat, 94853 Ivry sur Seine Cédex ou par courrier électronique auprès du secteur communication à cette adresse : communication@unsa-education.org.

Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Qui sommes
nous ?

Nos
syndicats

Contact
de proximité

Centre de
recherche ?