Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
1.Burn out : définitions, caractéristiques ...
Publié le 24 décembre 2017 -

Le verbe « to burn out » peut se traduire en français par « griller » (un circuit électrique, une prise), « brûler » ou encore « s’user », « s’épuiser » en raison de demandes excessives d’énergie, de force ou de ressources. À l’origine, burn-out est un terme de l’industrie aérospatiale. Il désigne une fusée qui décolle, dont le carburant vient à s’épuiser avec comme conséquence la surchauffe du moteur et le risque d’explosion de l’engin.

C’est le docteur Herbert FREUDENBERGER (psychothérapeute et psychiatre américain) qui tenta de définir le burn out, pour la première fois en 1974. Pour décrire ce phénomène. Il utilisera l’illustration d’une maison en prise avec les flammes, certaines personnes « sont parfois victimes d’incendie, tout comme les immeubles. Sous l’effet de la tension […], leurs ressources internes en viennent à se consumer comme sous l’action des flammes, ne laissant qu’un vide immense à l’intérieur, même si l’enveloppe externe semble plus ou moins intacte. »

Pour Élisabeth Grebot, dans son livre « Stress et burn-out au travail » (Editions Eyrolles) : « le burn-out est la conséquence d’un stress professionnel persistant et de tensions continues. Il constitue le stade final d’une rupture d’adaptation qui résulte d’un déséquilibre à long terme entre les exigences professionnelles et les ressources de l’individu. Le burn-out dépasse le stress puisqu’il résulte de tensions prolongées, chroniques contrairement au stress qui est un processus d’adaptation temporaire résultant de tensions passagères. [ … ]

Le burn-out n’apparaît qu’à l’occasion d’une activité professionnelle. Il vise spécifiquement le travail, ce qui n’est pas le cas du stress. »

Le burn-out   qui se traduit en français par « syndrome d’épuisement professionnel », est donc l’aboutissement d’un long processus de symptômes liés au stress. Il n’est pas le résultat du stress en soi, mais bien la conséquence d’un état de stress qui dure trop longtemps. En clair c’est le stade ultime du stress au travail.

L’épuisement professionnel est observé lorsque la personne a atteint les limites de sa résistance. Quels que soient les modes d’expression du burn-out, les batteries sont à plat et les moyens physiques ou psychiques nécessaires pour les recharger font défaut. On peut comparer le burn-out à un feu qui a couvé durant de long mois et qui finit par se propager et consumer la personne de l’intérieur jusqu’au moment où elle s’écroule.                          

La différence essentielle entre le surmenage et le burn-out est que dans le cas d’un surmenage si on met le patient au repos loin de la source de son stress, il se rétablira en quelques jours. Ce qui n’est pas le cas pour le burn-out puisque ce dernier voit le jour suite à une juxtaposition de plusieurs facteurs de stress et de frustrations à long terme qui sont le résultat la plupart du temps de plusieurs années de vie en « déséquilibre ». Ainsi dès que la victime revient au travail, elle retrouve les symptômes du burn-out qui ne font faire qu’empirer.

LES CARACTÉRISTIQUES DU BURN-OUT

L’épuisement ou l’usure professionnelle entraînent un syndrome psychologique à trois dimensions :

1-L’épuisement émotionnel : sentiment qu’on ne peut plus donner de soi. Cet épuisement émotionnel peut également se doubler d’un épuisement physique et intellectuel.

2-Le cynisme ou dépersonnalisation est une attitude d’indifférence et de prise de distance face à son travail, sa valeur et sa signification sont dévaluées. C’est généralement interprété comme une attitude défensive face aux demandes épuisantes de travail. Les travailleurs menacés par le burn-out ont tendance à subir une perte d’empathie, à devenir cynique, agressif ou hypersensible. Par exemple, c’est l’infirmière qui crie sur le patient, le professeur qui s’emporte face à un élève.

3-Un sentiment croissant de dévalorisation. L’enseignant a le sentiment de perte ou d’absence d’efficacité professionnelle. Il a tendance à évaluer négativement ses compétences.

Considéré comme un processus qui se développe dans le temps, le burn-out débute avec l’épuisement émotionnel, et il continue avec la dépersonnalisation et la diminution de la réalisation.  

 

 

Lire la suite

À LA UNE

No data was found

SELECTIONNÉS POUR VOUS

Bzzz, c’est la journée mondiale des abeilles. Dimanche, ce sera celle de la biodiversité !
Bzzz, c’est la journée mondiale des abeilles. Dimanche, ce sera celle de la biodiversité !
19 mai 2022 - National
Les 20 et 22 mai sont respectivement les Journées mondiales des abeilles et de la biodiversité. Cette dernière existe depuis 2000, à la suite ...
IVG : un droit à renforcer en France et partout dans le Monde
IVG : un droit à renforcer en France et partout dans le Monde
19 mai 2022 - National
En France, la loi visant à renforcer le droit à l'avortement a été publiée au Journal officiel le 3 mars dernier. La principale mesure est l’a...
Résultats 2022 : Les acteurs de l’éducation aiment toujours leur métier, mais il y un mais !
Résultats 2022 : Les acteurs de l’éducation aiment toujours leur métier, mais il y un mais !
11 mai 2022 - National
De l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, du champ Jeunesse et sports, de la Culture ou encore des Affaires so...
Baromètre UNSA des métiers : On fête le 10ème anniversaire !
Baromètre UNSA des métiers : On fête le 10ème anniversaire !
16 mai 2022 - National
2013, c'était la première édition du baromètre UNSA des métiers de l'éducation, de la recherche et de la culture, qui est devenue l'enquête de...
En lien avec l'actualité
Nos expressions
Agir avec vous
Analyses et décryptages
Baromètre : enquête annuelle
Nos dossiers

Recevoir la newsletter

Votre adresse de messagerie sera uniquement utilisée pour vous envoyer la lettre d’information de l’UNSA Éducation. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans la newsletter.

Conformément aux dispositions du RGPD et de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, d’interrogation, de portabilité, de rectification et d’effacement des données vous concernant. Pour toute question concernant vos données, leur usage, l’exercice de vos droits, veuillez contacter notre responsable du traitement : dpo@unsa-education.org, en précisant dans l’objet du courriel « droit des personnes ».

LIMITES, CONFIDENTIALITÉ, INFORMATIQUE ET LIBERTÉS
Ce service d’information est un service gratuit. Il est assuré sans garantie et peut-être interrompu à tout moment sur simple décision de l’UNSA Éducation. L’UNSA Éducation se réserve le droit de confirmer ou refuser sans justification toute demande d’abonnement, de suspendre ou supprimer tout abonnement sans préavis. L’inscription ne donne aucun droit, contractuel ou non contractuel, vis-à-vis de l’UNSA Éducation. Les adresses électroniques ou autres informations contenues dans les messages adressés ne seront pas transmis à des tiers. Les organisations affiliées à l’Unsa et leurs différentes structures ne sont pas considérées comme des tiers. Pour les demandes individuelles, les cas particuliers, les questions touchant à la vie syndicale et/ou professionnelle, il est préférable de s’adresser directement à l’UNSA Éducation à cette adresse : national@unsa-education.org. Le droit d’accès, suppression, rectification s’exerce auprès du secrétaire général de l’UNSA Éducation, site internet, UNSA Éducation 87 bis avenue Georges Gosnat, 94853 Ivry sur Seine Cédex ou par courrier électronique auprès du secteur communication à cette adresse : communication@unsa-education.org.

Que recherchez vous ?

Mots fréquemment recherchés sur le site :
syndicatL’Éduc’Magbaromètre UNSA

Qui sommes
nous ?

Nos
syndicats

Contact
de proximité

Centre de
recherche ?