Le Comité syndical francophone de l’éducation et de la formation (CSFEF)
exprime sa profonde préoccupation devant la décision soudaine des
autorités de transférer, de manière arbitraire, plusieurs dirigeantes et
dirigeants ainsi que des militantes et militants des droits syndicaux, dont
plusieurs issus du secteur de l’éducation.
Le CSFEF a été informé de cette situation par les organisations haïtiennes, affiliées de l’Internationale de l’Éducation (IE): CNEH, UNNOH et UNNOEH. Magalie Georges et Georges Franck ont reçu un avis de mutation vers des zones éloignées de leur lieu de résidence et Josué Merilien a été privé de salaire.

Membre du CSFEF, l’Unsa-éducation relaie cette campagne de l’IE. 

Lire le courrier: