Une dépêche de l’AFP de ce jour, 6 juin 2014, nous apprend l’existence à Saint-Ouen l’Aumône, d’un « garage dédié aux femmes en région parisienne qui propose à ses clientes un accueil pédagogique et raffiné : cours accéléré de mécanique, massage et manucure » (sic). Le garage « Only girls »  a été inauguré en avril dernier d’après un concept déjà testé à Montpellier nous apprend la dépêche AFP. Les mécaniciens sont des mécaniciennes mais le gérant est tout de même un homme !

Le « marketing genré » se développe en France (avec un léger retard par rapport au Japon et à l’Angleterre) depuis une dizaine d’années : salles de sport, compagnies d’assurance ou cartes de crédit pour femmes.

Cette approche du genre, qui vise à traiter différemment hommes et femmes, risque surtout d’être contreproductive. Renvoyant une image stéréotypée de la femme (ignorante de la mécanique, préoccupée par son corps avant tout) elle va à l’encontre d’une démarche inclusive et ne règle en aucun cas les problèmes. Les hommes ne sont pas tous des as de la mécanique et les femmes pas toutes totalement ignorantes. Prendre le problème à la racine, en rendant obligatoire, par exemple, pour ce cas précis,une approche plus pédagogique des réparations, rendrait service à toutes et tous ! Faire respecter la loi qui rend obligatoires des vestiaires femmes hommes séparés, permettrait aussi à plus de filles de s’investir dans cette profession encore très majoritairement masculine.  Viser l’égalité femmes hommes c’est faire en sorte que la société soit adaptée aux unes comme aux autres sans amalgamer mais sans séparer.