Pour l’UNSA Education, le FIPHFP n’est pas un fond de réserve. Les crédits qui le composent doivent être sanctuarisés et exclusivement dédiés aux actions permettant l’insertion professionnelle des personnes handicapées. Nous le rappellerons …

Le renforcement des mesures de sécurité en cette rentrée suscite des interrogations et nécessite des investissements spécifiques, notamment dans le contexte particulier de l’enseignement supérieur (Entrées des bâtiments, nombre et éloignement des sites …)

Si l’annonce de 30 millions d’euros pour financer les mesures de sécurité des établissements de l’ESR était nécessaire, le financement de cette enveloppe en se servant dans le FIPHFP (Fond pour l’insertion des personnes handicapées dans la Fonction publique) n’est pas acceptable.

Au-delà du signal négatif envoyé à l’opinion publique et à la communauté éducative, avoir recours à ce type de montage financier démontre une nouvelle fois la faiblesse du budget consacré à l’enseignement supérieur et cela en dépit des récentes annonces.