Au premier semestre, le nombre de jeunes en apprentissage a connu une augmentation de 8,4% par rapport à l’année précédente. Avec 458.000 élèves en alternance, ce type de formation bat ainsi un “record”, d’après notre ministre du Travail. Pour Muriel Pénicaud, cela est dû à une “inversion du regard” sur ce type de formation et à la loi “Avenir pro”, de septembre 2018.

Mais n’est-il pas prématuré d’affecter ces bons chiffres à une loi qui se met tout juste en place ? Rappelons qu’en 2018, ce chiffre avait déjà connu une hausse de 7,4% par rapport à l’année antérieure.

Selon l’Education nationale, l’apprentissage concerne aujourd’hui un élève sur 20. S’agissant d’une forme d’éducation d’excellence qui conduit à la réussite, ces chiffres sont de bon augure. Mais l’UNSA-Education reste attentive à ce que nos revendications portées lors de la concertation sur la loi « Avenir pro » obtiennent une réponse dans sa mise en oeuvre, dans l’objectif d’une formation de qualité, pour la réussite de tous les apprentis.