La délégation de l’UNSA Éducation s’est associée aux presque 400 femmes du secteur de l’Éducation qui s’étaient donné rendez-vous, ce lundi 7 avril à Dublin pour travailler, 3 jours durant, sur le thème de cette 2ème conférence mondiale « les femmes au sein des syndicats et de l’éducation : des paroles aux actes ».

C’est par une réflexion à voix haute sur le rôle crucial de l’Éducation et sur le leadership féminin au sein des syndicats qu’ont été lancées, par des femmes aux parcours étonnants, ces 3 journées de travail.

En effet, dans les témoignages réalisés en tribune, les femmes qui occupent des places de dirigeantes au sein de leur organisation syndicale n’ont que très rarement décidé d’y parvenir d’emblée. C’est à force d’encouragements et/ou de soutien de leur famille et de leurs aînées qu’elles ont osé s’engager puis, peu à peu, accepter ces fonctions clés.

Relation entre le rôle de l’Éducation et l’Égalité des genres
Concernant la place des femmes syndicalistes et leur rôle dans l’Éducation, Susan Hopgoodprésidente de l’Internationale de l’Éducation (IE)– nous livré sa certitude : «de par notre rôle, en tant qu’éducatrices, en tant que syndicalistes, et surtout en tant que femmes, nous constituons un maillon incontournable de la chaîne décisionnelle au regard des politiques et des priorités en matière d’Éducation ».
De son côté, Son Excellence Tarja Halonen
ex-présidente de la Finlandeaprès avoir réaffirmé que c’est à l’école que se dessine l’avenir des jeunes générations, elle nous a, à propos du rôle que les femmes doivent prendre dans la société, délivré un message très inspirant !
Si elle est persuadée que l’égalité des genres ne pourra bénéficier d’un plus grand soutien que lorsque son impact positif sur le produit intérieur brut sera reconnu, elle nous a convaincu que les femmes doivent prendre plus de responsabilités en entrant en coopération avec des hommes progressistes et qu’en parallèle, il est indispensable de travailler en réseaux car les droits formels ne vivent que par les réseaux. Ainsi, grâce aux femmes, en complémentarité avec les hommes, l’Éducation pourra prouver qu’elle est un moyen de réaliser l’Égalité et la justice sociale.

Quid de la relève dans tout cela ?
L’avenir de nos organisations syndicales repose sur les jeunes et en particulier les jeunes femmes. Aussi, l’IE avait-elle souhaité associer aux délégations venant des 90 pays du monde, un petit groupe de femmes âgées de moins de 36 ans. Une petite vingtaine de jeunes femmes ont donc été intégrées à cette 2ème conférence. Pour sa part, l’UNSA Éducation a tout de suite répondu présent et a associé, à sa délégation, une jeune enseignante.
Ces jeunes femmes ont pu lier des contacts à l’occasion d’un accueil spécifique mais surtout en s’intégrant aux ateliers. Pour l’UNSA Éducation, nous étions trois et nous nous sommes réparties entre les 12 ateliers proposés.

Au sein de ces ateliers, nous avons pu solliciter tour à tour valeurs et positions développées et/ou défendues par l’UNSA Éducation dans son projet éducatif. En effet, être déléguée de la Fédération des métiers de l’Éducation, de la Culture et de la Recherche nous a permis d’apporter des contributions, semble-t-il, appréciées que ce soit sur des questions concernant le genre au sein des universités et de l’enseignement supérieur, que ce soit sur la question de la place des personnels de soutien ou encore sur la façon dont le syndicat garantissait l’inclusion des LGBT au sein de notre organisation et au sein des écoles.

En effet, lorsque le « vivre ensemble » est interrogé, les vertus de la laïcité à laquelle est attachée l’UNSA Éducation nous ont, très sereinement, permis d’affirmer que « l’Égalité peut exister dans le respect des différences ». Nous reviendrons avec de nombreux apports car 400 cervaux engagés dans la réflexion sur la relation entre l’Éducation et l’Égalité des genres, c’est plus forts ensemble !

Pour aller plus loin sur le site de l’IE : ici et .

 

Storify des directs