Groupe de travail « Formation continue des personnels » du 27/06/2018

Le groupe de travail s’est réuni une dernière fois le 27 juin pour la mise en commun des pistes à retenir pour la formation continue des personnels.

« Les enseignants en France sont moins nombreux à participer à la formation continue et pour des durées plus courtes ».
Pour l’Unsa une relance de la formation est en effet nécessaire, en volume mais aussi en approche. Les personnels, le disent, ils ont besoin d’air. Besoin d’air, pas pour fuir, mais pour nous régénérer !

Pour l’Unsa, la formation continue, telle qu’elle est mise en place actuellement, ne permet pas aux collègues de se sentir acteurs de leur développement professionnel. Nous accueillons favorablement les propositions des changements de paradigme importants par Me La rectrice mais notre académie se donnera t-elle les moyens d’atteindre ces objectifs ? 

Pour l’Unsa, il est impératif d’aborder la formation au regard du développement professionnel, c’est pourquoi nous sommes favorable à la mise en place d’une formation dynamique, non pas sur un modèle unique normatif, mais avec de la diversité, tant au niveau des modalités que des durées. 


Nous avons rappelé la nécessité de :
o Envisager le caractère nécessairement continu du développement professionnel des enseignants
o Considérer les professeurs et les personnels comme des professionnels "acteurs" de terrain pour initier de nouveaux programmes de formation. Considérer la formation comme un continuum.
o Prolonger la formation initiale pour assurer la maîtrise des compétences professionnelles dans les 1ères années d’exercice
o Permettre au stagiaire de se consacrer à son 1er enseignement en responsabilité et de se former de manière solide et sereine
o Intégrer dans les dispositifs de formation continuée et continue des enseignants des formations hybrides
o Conforter des modèles de formation fondés sur les démarches scientifiques, favorisant le transfert des travaux de recherche
o Intégrer, dans tout dispositif de formation continue, la dynamique des collectifs professionnels et partir des problèmes des professeurs ou des autres personnels

Présentation par Me La rectrice 

Me La rectrice a rappelé l’importance de la formation notamment en lien avec l’axe 4 du projet académique. Elle a exprimé le souhait de :

o Changements ( « révolution culturelle » ) concernant la liberté pédagogique donnée aux enseignants et le besoin d’autonomie.

o L’école doit être l’école de la confiance ( reconnaître les droit à l’erreur )

o Donner les moyens aux acteurs de trouver facilement les informations qui auront été au préalable vérifiées.

o Nécessité de fixer des objectifs clairs pour les projets innovants et surtout de pouvoir les évaluer ( à chaud mais surtout à « froid » ).

o Elle rappelle que toutes les études montrent que les compétences se détériorent au cours de la carrière si on ne se forme pas. Elle rappelle tout l’impact de la motivation.

o Elle souhaite la mise en place d’un accompagnement différencié des équipes suivant la typologie des établissements.

Propositions concrètes retenues pour le PAF 2018 – 2019 :
o Des formations pourront avoir lieu début juillet ou à la pré-rentrée
o Avancement du début de plan de formation au 19 novembre
o Meilleur lisibilité du PAF ( calendrier, lieux, nom de l’intervenant, contenu en rapport avec le référentiel des compétences )
o Serveur ouvert sur une plage plus large ( 31 aout à fin septembre )
o Favoriser les formations inter-degrés et inter-catégorielles
Personnels ATSS
o Développer les formations locales
o Exploiter davantage les comptes rendus d’entretien professionnel ( jusqu’alors les formations concernaient uniquement l’adaptation au poste mais pas assez d’autres thématiques )
Enseignants 
o Développement des journées d’étude
o Formation contractuel / Néo contractuel
o Création d’un volet académique pour le 1er degré
o Formation des PSYEN

Yannick Plumet et Rachel Maricq
Vos délégués UNSA éducation

Le groupe de travail s’est réuni une dernière fois le 27 juin pour la mise en commun des pistes à retenir pour la formation continue des personnels.

« Les enseignants en France sont moins nombreux à participer à la formation continue et pour des durées plus courtes ».
Pour l’Unsa une relance de la formation est en effet nécessaire, en volume mais aussi en approche. Les personnels, le disent, ils ont besoin d’air. Besoin d’air, pas pour fuir, mais pour nous régénérer !

Pour l’Unsa, la formation continue, telle qu’elle est mise en place actuellement, ne permet pas aux collègues de se sentir acteurs de leur développement professionnel. Nous accueillons favorablement les propositions des changements de paradigme importants par Me La rectrice mais notre académie se donnera t-elle les moyens d’atteindre ces objectifs ? 

Pour l’Unsa, il est impératif d’aborder la formation au regard du développement professionnel, c’est pourquoi nous sommes favorable à la mise en place d’une formation dynamique, non pas sur un modèle unique normatif, mais avec de la diversité, tant au niveau des modalités que des durées. 


Nous avons rappelé la nécessité de :
o Envisager le caractère nécessairement continu du développement professionnel des enseignants
o Considérer les professeurs et les personnels comme des professionnels « acteurs » de terrain pour initier de nouveaux programmes de formation. Considérer la formation comme un continuum.
o Prolonger la formation initiale pour assurer la maîtrise des compétences professionnelles dans les 1ères années d’exercice
o Permettre au stagiaire de se consacrer à son 1er enseignement en responsabilité et de se former de manière solide et sereine
o Intégrer dans les dispositifs de formation continuée et continue des enseignants des formations hybrides
o Conforter des modèles de formation fondés sur les démarches scientifiques, favorisant le transfert des travaux de recherche
o Intégrer, dans tout dispositif de formation continue, la dynamique des collectifs professionnels et partir des problèmes des professeurs ou des autres personnels

Présentation par Me La rectrice 

Me La rectrice a rappelé l’importance de la formation notamment en lien avec l’axe 4 du projet académique. Elle a exprimé le souhait de :

o Changements ( « révolution culturelle » ) concernant la liberté pédagogique donnée aux enseignants et le besoin d’autonomie.

o L’école doit être l’école de la confiance ( reconnaître les droit à l’erreur )

o Donner les moyens aux acteurs de trouver facilement les informations qui auront été au préalable vérifiées.

o Nécessité de fixer des objectifs clairs pour les projets innovants et surtout de pouvoir les évaluer ( à chaud mais surtout à « froid » ).

o Elle rappelle que toutes les études montrent que les compétences se détériorent au cours de la carrière si on ne se forme pas. Elle rappelle tout l’impact de la motivation.

o Elle souhaite la mise en place d’un accompagnement différencié des équipes suivant la typologie des établissements.

Propositions concrètes retenues pour le PAF 2018 – 2019 :
o Des formations pourront avoir lieu début juillet ou à la pré-rentrée
o Avancement du début de plan de formation au 19 novembre
o Meilleur lisibilité du PAF ( calendrier, lieux, nom de l’intervenant, contenu en rapport avec le référentiel des compétences )
o Serveur ouvert sur une plage plus large ( 31 aout à fin septembre )
o Favoriser les formations inter-degrés et inter-catégorielles
Personnels ATSS
o Développer les formations locales
o Exploiter davantage les comptes rendus d’entretien professionnel ( jusqu’alors les formations concernaient uniquement l’adaptation au poste mais pas assez d’autres thématiques )
Enseignants 
o Développement des journées d’étude
o Formation contractuel / Néo contractuel
o Création d’un volet académique pour le 1er degré
o Formation des PSYEN

Yannick Plumet et Rachel Maricq
Vos délégués UNSA éducation