Dans les années 80, l’homme resta un porte-parole déterminé du camp laïc et un adversaire acharné de l’école privé.

Michel Bouchareissas, qui fut à la pointe dans les années 1980 du «combat pour l’école laïque» et adversaire déterminé de l’enseignement privé, est décédé vendredi à l’âge de 81 ans, a annoncé samedi l’Unsa-Education. Né le 10 mars 1932, Michel Bouchareissas avait entamé une carrière d’institueur en 1953, avant de devenir dix ans plus tard secrétaire départemental du Syndicat national des instituteurs (devenu le SE Unsa en 1992), puis membre du bureau national et du secrétariat permanent. (…)

L’Unsa Education a salué «le héraut – et le héros – du combat pour la construction d’un grand service public, laïque et démocratique, d’éducation dans lequel il avait mis toute son énergie, la force de convictions fortement affirmées, la vigueur de sa plume et ses dons exceptionnels d’orateur». Michel Bouchareissas était l’auteur de «L’heure laïque» (éditions Clancier, 1982) en collaboration avec Jean Cornec.

Lire l’article de Libération ici.