Retour à l'article normal

UNSA Éducation

 Article publié le lundi 1er février 2021

Enseignement supérieur et Recherche : Enfin un comité de suivi pour la mise en œuvre de l’accord de revalorisation

 

Enseignement supérieur et Recherche :
Enfin un comité de suivi
pour la mise en œuvre de l’accord de revalorisation


L’UNSA Éducation a participé aujourd’hui à l’installation du comité de suivi de l’accord signé le 12 octobre dernier sur la revalorisation des carrières et des rémunérations des personnels de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

L’UNSA Éducation et ses syndicats ont rappelé à la ministre que ses engagements avaient pris du retard notamment la revalorisation des primes qui n’arrivera pas avant mars, l’engagement à avoir un travail spécifique sur la filière administrative, et les premières mesures pour les personnels ITRF.

Il était donc urgent d’installer enfin ce comité de suivi pour concrétiser les mesures prévues par cet accord et les mettre en œuvre rapidement. Pour rappel il s'agit :

  • de l'augmentation de 1250 € à 6 400 € de la prime des enseignant·es-chercheur·es, de 990€ à 6 400€ pour les chercheur·es d’ici à 2027, une enveloppe de 25,5 M€ pour revaloriser la prime des PRAG-PRCE-PREC.
  • d'une revalorisation de la part fixe du régime indemnitaire pour les personnels ITRF, ITA et de bibliothèques
  • des 18 millions d’euros sont débloqués pour l’expertise et la technicité des ITRF, des ITA et de la filière bibliothèques.
  • des 2000 promotions supplémentaires pour les maître·sses de conférence en professeur·es d’université par une voie réservée et avec un rapport qui passe à 40 %de PU et 60 % de Mcf (30% - 70% aujourd’hui).
    La ministre s'est engagée aujourd'hui à  en faire 800 dès cette année.
  • de l'accès à la Hors Echelle B des Chargé·es de Recherche ;
  • du repyramidage de 4650 ITRF  sur l’ensemble des BAP*
    Ces requalifications d’emploi qui seront ouvertes par des voies d’accès réservées vont offrir des meilleures perspectives de carrière pour nos collègues. Elles se répartissent ainsi :
    2 500 emplois de catégorie C en catégorie B
    1 450 emplois de catégorie B en assistant·es ingénieur·es (ASI)
    600 emplois d’ASI en ingénieur·es d’études (IGE)
    100 emplois d’IGE en ingénieur·es de recherche (IGR)
  • restructuration en 2 grades des corps ingénieur·es de recherche des ITRF et des ITA afin de rendre plus attractif les promotions dans le corps
  • une reconnaissance de la complémentarité des métiers et de la place de la filière administrative et une démarche de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences.
  • des engagements pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans la déclinaison des différentes mesures

L’UNSA Éducation et ses syndicats ont profité de cette rencontre :

  • pour exprimer à nouveau l’urgence d’une loi de programmation pour l’enseignement supérieur, qui prenne en compte l’augmentation très importante du nombre d’étudiant·es ces dernières années sans que cela s'accompagne de moyens à la hauteur des besoins. Sans  cela les conditions nécessaires à leur réussite ne seront pas réunies.
  • pour rappeler leur fort mécontentement et leur inquiétude concernant certaines mesures prévues dans la Loi de Programmation sur la Recherche (dérogation à la qualification pour le recrutement des enseignant·es-chercheur·es, Chaires de professeur·es juniors, renforcement des financements essentiellement par appels à projets,…). Ils ont insisté sur la nécessité de travailler rapidement sur ces questions pour en limiter les effets négatifs.
  • pour dire qu'il est urgent de mettre en place la concertation sur le recrutement des enseignant·es-chercheur·es annoncée dans un courrier du 9 décembre aux secrétaires généraux des organisations syndicales.
  • pour aborder enfin la situation sanitaire et la nécessité d’apporter des réponses stables face à l’urgence sociale pour les étudiant·es et qui respectent les personnels dans leur engagement pour mettre en place des dispositifs adaptés. L'engagement du réseau des CROUS et de ses personnels est à souligner. Il doit être conforté et non voir ses effectifs réduits.

Ivry sur Seine, le 1er février 2021,

Frédéric MARCHAND,
Secrétaire général de l’UNSA Éducation

Jean-Marc BŒUF,
Secrétaire général A&I-UNSA

Martine SAMAMA,
Secrétaire générale UNSA ITRF.Bi.O

Jean-Pascal SIMON,
Secrétaire général Sup’Recherche-UNSA