Retour à l'article normal

UNSA Éducation

 Article publié le mercredi 1er avril 2020

Un réseau plus solidaire face à l’épidémie mondiale

Le COVID place notre communauté scolaire à l'étranger face à une situation de crise sanitaire historique qui appelle une organisation inédite : malgré la fermeture des établissements, la continuité pédagogique s’est organisée pour assurer une offre scolaire aux élèves afin que les semaines passées en confinement ne soient pas des périodes perdues au plan éducatif.

La continuité repose sur le sens de l’adaptation de personnels qu’ils soient enseignants, personnels administratifs, techniques, de direction ou d'inspection. Ils doivent toutes et tous être salué·es pour leur engagement professionnel et pour leur inventivité dans les différents réseaux (AEFE, MLF,...)

Les parents sont mis fortement à contribution devenant plus que jamais les relais des enseignants, les répétiteurs au quotidien du travail de leurs enfants. C’est une période difficile pour tout le monde, l’angoisse ressentie face à ce terrible virus s’ajoutant pour certains au stress de devoir faire face au paiement des frais de scolarité du dernier trimestre. Des familles font face à des pertes de revenus liées à la baisse d’activité économique, à des situations de chômage non rémunérées. Nous ne devons abandonner personne et nous devons éviter toute déscolarisation. En période de crise, la solidarité est la meilleure des réponses.

L’UNSA-Éducation demande que ces familles en difficulté soient identifiées. La politique des bourses scolaires pour ce semestre doit être adaptée et étendue. Nous demandons un abondement exceptionnel de l’enveloppe des bourses pour ce semestre et un allègement des contraintes administratives liées à la présentation des dossiers. Des commissions de bourses exceptionnelles doivent pouvoir se tenir à distance chaque fois que cela est nécessaire. Le dépôt des dossiers doit être facilité.

Des établissements se retrouvent fragilisés par la crise sanitaire qui est aussi une crise économique. Nous devons lutter contre tout risque de fermeture.

Nous faisons confiance aux familles, aux associations de parents d’élèves et aux élus, pour relayer un discours responsable : toutes les familles qui peuvent s’acquitter des frais de scolarité doivent le faire car c’est l’existence de certains établissements qui en dépend et l’avenir de ce réseau. Nous mettons en garde contre toute tentation de poujadisme éducatif : s’attaquer aux personnels en cette période, jeter des mots d’ordre de non paiement des droits de scolarité, c’est faire preuve d’irresponsabilité. Serrons-nous les coudes !

Des aides d’urgence ciblées pour les établissements qui sont placés en grande difficulté doivent être débloquées par l’agence.

Notre équipe syndicale UNSA Éducation reste mobilisée pendant la crise sanitaire pour aider et soutenir les personnels et débuter une réflexion sur l’après COVID.