Accueil > CULTURE > Questions de Culture > Pass Culture : fausse bonne idée !

Pass Culture : fausse bonne idée !

Article publié le dimanche 20 septembre 2020
  • Version imprimable

Promesse de programme présidentiel, le Pass Culture est expérimenté depuis 2018. Il devait permettre aux jeunes de 18 ans de bénéficier d’offres culturelles à hauteur de 500 euros. Une récente évaluation de son expérimentation sur 17 départements, en montre toutes les limites.

De fortes disparités régionales dans les téléchargements de l’application  (35% des jeunes dans le Vaucluse, 46% en Saône et Loire), des achats sur des pratiques déjà installées : musique, films (Au top des offres utilisées : abonnement Deezer, Canal+ et OCS). Théâtres, spectacles vivants et musées à la peine avec 2% seulement de sollicitation.

L’évaluation prouve aussi une sous-consommation, chaque jeune ayant utilisé son Pass Culture n’a dépensé en moyenne que 120 euros sur les 500 disponibles. Ces chiffres (publiés dans un article récent du journal Le Monde) montrent que l’accompagnement du parcours culturel n’est vraiment pas qu’une histoire d’argent, ou d’application numérique mise à disposition. L’accès à la culture réclame davantage qu’un smartphone !

Pour l’UNSA Éducation l’accès à la culture pour le plus grand nombre, jeunes ou moins jeunes, passe par l’éducation qui émancipe et permet l’ouverture à autrui et le partage des cultures. Ce qui a pour conséquence politique de tout miser sur l’éducation artistique et culturelle (EAC), sur un temps long et continu, en formant les acteurs éducatifs à devenir des passeurs de culture, des porteurs de projets de la maternelle à l’université, qui permettront à chacun.e de vivre la culture, d’en éprouver la diversité et ensuite d’en devenir consommateur et acteur. Le Pass culture pourrait alors venir en prolongement de ce temps long éducatif….et là ce serait une bonne idée !

D’ailleurs, les chiffres publiés indiquent que les jeunes de la Région Bretagne (36000 inscrits sur 40600 concernés), région proactive sur l’EAC, se sont davantage servis de leur capital mis à disposition dans le Pass. Preuve en est que l’éducation est donc bien une piste à suivre !




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP