Accueil > PERSONNELS > [ESR] étudiant·es et CROUS suite aux annonces présidentielles

[ESR] étudiant·es et CROUS suite aux annonces présidentielles

Article publié le vendredi 29 janvier 2021
  • Version imprimable

L'UNSA Éducation et ses syndicats A&I-Unsa, SNASEN-Unsa et UNSA-ITRF-Bi-O prennent acte des mesures annoncées par le président de la république pour remédier à la précarité étudiante dans le contexte de la crise sanitaire.

Une fois de plus, dans l’urgence, les personnels des CROUS vont se mobiliser pour appliquer des décisions prises sans aucune concertation ou information préalable. Il semble plus aisé de communiquer que d’agir efficacement et concrètement, prioritairement, auprès des étudiant·es les plus démuni·es.

S’agissant des repas à 1 euro pour tous, l'UNSA Éducation rappelle que l’accès à la restauration universitaire est fortement limité depuis début novembre. L’activité est réduite à 15 %. Seule la vente à emporter est autorisée, la plupart des étudiants, par ailleurs, ne disposant d’aucun endroit pour prendre leurs repas. La restauration du soir, dans les rares cas où elle était assurée, a été stoppée suite à l’application du couvre-feu.

Des dispositions, dans le respect des impératifs d’ordre sanitaire, doivent être prises pour permettre aux CROUS d’assurer l’ensemble de leurs missions au service des étudiants les plus en difficulté, notamment de ceux logés en chambre dans les résidences universitaires.

Tous les agent·es exerçant auprès de ces étudiants, quel que soit leur métier, ont vocation à les soutenir dans cette période douloureuse.

Dans ce contexte, l'UNSA Éducation dénonce, à nouveau, la suppression de centaines d’emplois correspondants (plus de 700) au cours des trois dernières années et s'interrogent sur les annonces de décembre de la création de 60 postes d'assistante sociale.

L'UNSA Éducation rappelle l’exigence d’un service de proximité efficient et la nécessaire humanisation de l’action publique. L’extrême complexité de la gestion de cette crise sans précédent ne doit pas être sous-estimée. Pour autant, nous ne pourrons pas faire l’économie d’une réflexion collective sans concession, le temps venu, pour tirer toutes les conséquences des insuffisances révélées.




Suivez-nous







 

 
Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP