Retour à l'article normal

UNSA Éducation

 Article publié le lundi 23 septembre 2019

PMA : en avant toutes !

L’examen du projet de loi de bioéthique à l’Assemblée nationale commence ce mardi 24 septembre.

Deux sujets phares qui occupent les débats, même s’ils ne concernent que 4 des 32 articles que comporte la loi, sont l’ouverture de la PMA (procréation médicalement assistée) à toutes les femmes et l’établissement de la filiation.

Caroline Mecary, avocate au barreau de Paris, spécialiste du droit des familles a accepté de répondre à nos questions afin d’y voir plus clair.
1-Pouvez-vous nous expliquer ce que prévoit le projet de loi sur la filiation ? En quoi cet aspect du projet de loi est discriminant pour les enfants de couples hétérosexuels ?
2-Pourquoi la PMA a -t-elle posé problème en France ? Il existe des solutions dans d’autres pays. Quelles sont-elles ?
3- Êtes-vous optimiste sur l'adoption à la d'une loi plus favorable PMA ?

Plus d’une dizaine de pays européens ont déjà ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules. N’en déplaise à l’Académie de médecine, la société française a changé et les rôles normatifs et stéréotypés ne sont plus d’actualité, les enfants grandissent avec le monde qui les entoure. Pour l'UNSA Éducation, il est primordial que la PMA soit ouverte « pour toutes sans condition ni restriction ».
Il faudra donc être attentif à l'évolution des débats parlementaires et nous en tiendrons compte sur notre site régulièrement.

Caroline Mecary : loi de bioéthique et PMA