Accueil > SOCIÉTÉ > Laïcité > La laïcité à l’école : attentifs ensemble, mais de la pédagogie avant tout (...)

La laïcité à l’école : attentifs ensemble, mais de la pédagogie avant tout !

Article publié le dimanche 14 octobre 2018
  • Version imprimable

Lors du séminaire national des coordonnateurs des équipes académiques « laïcité et faits religieux », J.M. Blanquer a donné les premiers chiffres des atteintes au principe laïque dans les écoles. Entre mai et juin derniers, plus de 1000 faits ont été signalés, et de nombreux articles dans la presse s’en sont faits l’écho. Si ce premier chiffre peut sembler important, il faut regarder dans les détails et prendre en compte d’autres données, comme celles mis en évidence par le colloque du CNAL du 13 juin 2018. Le climat scolaire autour de la laïcité est aujourd’hui apaisé, et si on doit renforcer ce principe dans les écoles et les établissements, cela passe avant tout par le dialogue et la pédagogie.

Les atteintes à la laïcité : des chiffres aux interprétations

Si plus de 1000 faits portant atteinte à la laïcité ont été recensés entre mai et juin 2018, 402 d’entre eux ont fait l’objet d’un traitement par les équipes académiques chargées de ce dossier. Beaucoup de ces situations ont trouvé des solutions favorables après discussions et actions auprès des élèves et de leurs familles. 60 cas ont entraîné cependant un changement d’établissement, ce qui montre pour ces derniers cas, une situation plus conflictuelle. Ce sont majoritairement dans les grandes villes qu’ont lieu ces atteintes, et même si on constate que toutes les religions sont concernées, il y a davantage de faits en lien avec l’Islam.
Un premier constat s’impose : rapportés à la population scolaire (plus de 12 millions d’élèves, 900 000 enseignant.e.s) les chiffres fournis par le MEN sont très peu importants en termes de statistiques. Il est important de le rappeler pour aborder sereinement ce sujet. Par ailleurs, on doit noter que les faits rapportés concernent pour 36 % l’école primaire, ce qui illustre la nécessité d’une éducation de toutes et tous dès le plus jeune âge afin de doter l’ensemble de la population d’une culture commune sur la question de la laïcité.

L’action du Ministère et des équipes académiques « laïcité et faits religieux »

De quelle nature sont les actes qui ont fait l’objet d’une remontée et d’une action de l’administration ? Il y a avant tout des contestations d’enseignement pour des raisons religieuses, mais aussi des questions vestimentaires et des certificats médicaux de complaisance pour ne pas participer à certaines activités scolaires. Le refus de mixité est aussi mentionné. Pour les faits relevés à l’école primaire en particulier, les équipes académiques ont agi avec les parents pour leur rappeler les principes d’obligation scolaire et de laïcité.
Ce séminaire national a été aussi l’occasion pour Jean-Michel Blanquer d’annoncer l'extension des compétences des équipes académiques « laïcité et fait religieux » aux cas de racisme et d'antisémitisme avec un dispositif de signalement opérationnel au retour des prochaines vacances scolaires. Cela est positif car souvent les questions d’atteinte à la laïcité sont également liées au rejet de l’autre.

La laïcité au cœur de notre projet éducatif

L’UNSA Éducation place la laïcité au cœur de son projet éducatif. C’est pourquoi nous sommes particulièrement attentifs aux atteintes à ce principe et nous approuvons les mesures prises par le MEN, en particulier le développement d’outils comme le vademecum « La laïcité à l’école ». Il faut toutefois insister sur le volet éducatif pour promouvoir la laïcité et en faire un principe respecté de toutes et de tous. Le récent colloque du CNAL (Comité national d’action laïque) a montré que les contestations dans ce domaine étaient un phénomène mineur, mais préoccupant. Les actes ou paroles d’intolérance, racistes ou sexistes atteignent également un niveau inquiétant, ce qui nécessite fermeté et pédagogie.

Il est donc impératif de faire vivre la laïcité partout à l’école, et d’en faire la matrice d’une politique éducative capable de réduire les inégalités sociales et de favoriser la réussite de tous les élèves. La formation continue des personnels doit également être développée pour faire de la laïcité la clé de voute de notre système éducatif. L’UNSA Éducation s’engage et s’engagera résolument dans cette voie.

Le colloque du CNAL 

Notre analyse sur le vademecum à l’école 




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP