Accueil > PRESSE > Communiqués > Entre amour du métier et non-adhésion aux choix politiques : le grand écart (...)

Entre amour du métier et non-adhésion aux choix politiques : le grand écart des personnels de l’Education.

Article publié le mardi 20 mars 2018
  • Version imprimable

 

Entre amour du métier et non-adhésion aux choix politiques : le grand écart des personnels de l’Education.
Résultats du 6ème baromètre UNSA des métiers de l’éducation


Les personnels de l’éducation aiment leur métier, mais souhaitent davantage de reconnaissance, ainsi qu’un parcours professionnel plus personnalisé.
S’ils sont favorables à des évolutions pour leur carrière, ils marquent néanmoins leur désaccord avec la politique en cours.

En effet, seulement 20,8 % des personnels interrogés adhérent aux choix politiques.
Ceci représente une baisse de 3 points depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron et du nouveau gouvernement.
Les éléments de mécontentement existent donc toujours.
La confiance ne semble pas retrouvée. Au contraire, ils sont moins de 30% à penser que les actes du ministre de l’Education nationale traduisent « l’école de la confiance. »

Quelles nouveautés cette année ?
Les perspectives de carrière deviennent une priorité majeure.

Cette année, ils sont 43,5% à les citer comme une priorité, en hausse de 5 points. Le report de PPCR a certainement renforcé cet aspect.
Le retour du jour de carence est très mal vécu par nos collègues. Ils ont été nombreux à le citer comme un point négatif dans les questions ouvertes.

Quelles sont les constantes des dernières années ?
Le pouvoir d’achat reste la principale priorité.
Et si nos collègues aiment toujours beaucoup leur métier (95%) et sont heureux de l’exercer (80,9%), ils sont toujours plus d’un sur deux (56%) à déclarer que leurs conditions de travail ne sont pas bonnes, et 80% à dire qu’elles ne se sont pas améliorées l’année passée.
Ils sont également toujours près d’1 sur 5 à penser changer de métier vers le secteur privé.

Et sur les questions au cœur de l’actualité ?
Il ressort des « 10 questions au coeur de l’actualité », que nos collègues souhaitent une meilleure prise en compte de leurs aspirations et de leurs besoins.
Ils sont prêts à envisager des changements même s’ils expriment un désaccord avec les choix du gouvernement.

La meilleure prise en compte de leurs aspirations s’illustre par la nécessité d’une formation plus personnalisée et par une plus grande reconnaissance de leur engagement professionnel.

70% sont favorables à ce que leur rémunération tienne compte de leur engagement
Néanmoins, ils sont toujours opposés à une rémunération au mérite individualisée ou qui sanctionnerait des collègues (6 sur 10).
D’ailleurs pour les personnels de l’éducation une plus grande adaptation aux aspirations des personnels n’implique pas une remise en cause du statut, ni une individualisation des rémunérations :
- ils se disent favorables à des évolutions (75,3%) dans la gestion de leur carrière, mais dans le cadre du statut de la fonction publique.
- ils expriment leur attachement au cadre collectif et à l’intérêt général. Ceci se confirme sur la question des valeurs, où ils positionnent clairement la fraternité (45,9%) et l’égalité (37,4%) bien avant la liberté (11,3%).
- des réponses à la question que nous avons reprise du « forum action publique 2022 », c’est bien l’égalité de traitement (59,8%), l’intérêt général (57,5%) ainsi que la laïcité (44,7%) qui sont mises en avant.


En outre, nos collègues sont particulièrement attachés au rôle de l’école dans l’éducation à l’égalité femmes-hommes : c’est bien à l’école qu’elle doit avoir lieu pour 77% d’entre eux.
Ils s’expriment également en faveur d’une politique de jeunesse qui donnent « aux jeunes les connaissances et compétences nécessaires à leur parcours personnel et professionnel » (78,4%), qui forme « des individus émancipés et des citoyennes et citoyens actifs•ves » (65,6%), et qui conduit « à une insertion professionnelle » (49,1%).
Concernant la réforme des retraites, pour nos collègues les priorités sont l’âge de départ et le montant de la pension.

Les 33 610 collègues qui ont répondu à l’UNSA Education expriment par cette enquête leur besoin d’être entendu. Avec eux, l’UNSA va continuer à porter un projet pour l’Education de chaque jeune et pour une meilleure gestion humaine des personnels.

Ivry sur Seine, le 20 mars 2018

Frédéric Marchand




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP