Accueil > ÉDUCATION > Des mots d’Éduc > A votre bon c(h)oeur

A votre bon c(h)oeur

Article publié le mercredi 12 juillet 2017
  • Version imprimable

Quelle similitude entre Rihanna, Beyoncé, Nicki Minaj et Pharrel Williams ?

Non ce n’est pas la liste des chanteurs étudiée par l’académie de Stockholm pour l’attribution de prochain prix Nobel de littérature …vous vous en doutiez !

Tous les quatre, de manière différente s’engagent pour… l’Education.
S’appuyant sur leur notoriété, ils invitent les dirigeants du monde à investir davantage dans l’éducation des enfants et des jeunes et ils montrent l’exemple.

Un effet de mode bon pour leur image ? C’est possible.
Après les fringues et les parfums on peut voir l’éducation comme « le nouveau produit dérivé préféré » de la pop music, pour reprendre l’idée d’un magazine de mode distribué gratuitement aux bouches de métro.

Il est également possible que cette réaction s’inscrive dans une réaction citoyenne, cohérente avec la logique du « rapport mondial de suivi de l’Education » de l’Unesco qui affirme que la scolarisation est l’élément le plus indispensable au développement durable, puisqu’il assure un surcroit de prospérité, une meilleure santé, un recul de la violence, une amélioration de l’égalité femme-homme…

Face à l’administration Trump et à sa controversée secrétaire d’Etat à l’éducation Betsy DeVos qui sont en train de réduire drastiquement les aides à l’éducation mises en place aux Etats-Unis par le président Obama, il n’est peut-être pas anormal et presque rassurant que des célébrités réagissent.

En France, les élèves sont partis et les personnels quittent progressivement les écoles, les établissements scolaires, les universités pour des vacances bien méritées et qui, pour partie, seront également studieuses car il faut (déjà) penser à préparer la prochaine rentrée. Mais chacun part serein, sûr de retrouver fin août – début septembre, un système d’Education pour toutes et tous.

Cette certitude n’est pas vraie partout dans le monde.

Elle n’est pas non plus une assurance immuable.

Chaque crise économique, chaque période de rationalisation budgétaire interroge la priorité donnée à l’Education.

L’annonce de 4,5 milliards d’euros d’économie devant être fait cette année a de quoi inquiéter. Certes, le ministère de l’Education nationale devrait être peu touché puisque « seulement » 75 millions d'euros devront être économisés, qu’aucun poste de professeur ne sera supprimé pour la rentrée scolaire et que "l'intégralité des promesses du président de la République, notamment sur l'accompagnement des auxiliaires de vie scolaire auprès des enfants handicapés", seront assurées comme l’a précisé le ministre.

Il n’empêche qu’il faudra bien trouver où faire des économies.

A moins qu’il existe de nouvelles ressources…
Une piste pour les chorales scolaires, chère au ministre Blanquer : susciter des vocations de nouvelles stars qui, à leur tour, militeront pour un meilleur financement de l’Education.


Denis ADAM, le 12 juillet 2017
 

 




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP