Accueil > SOCIÉTÉ > Citoyenneté/Solidarité > Oui mais pas chez moi...

Oui mais pas chez moi...

Article publié le vendredi 19 mai 2017
  • Version imprimable

62 hôtels F1 vont être rétrocédés au Samu Social par la Caisse des Dépôts afin d'augmenter les possibilités d'accueil d'urgence. Belle initiative, pragmatique, rapide, économiquement « rentable »....

Mais si l’initiative est belle certains ne souhaitent pas de ces hébergements d’urgence sur leur commune !

Samedi 13 mai, le maire de la Londe a réuni sur le parvis de sa mairie un « conseil municipal exceptionnel » en compagnie du député-maire de Hyères, des maires de Bormes les mimosas, Pierrefeu, La Crau, La Garde et du Président du Conseil Départemental du Var, et où près de 700 personnes étaient présentes. La raison : un hôtel F1 situé sur le territoire de la commune va être transformé en accueil d'urgence.

Le spectre du « trop de migrants » ressurgi instantanément et son instrumentalisation avec...

Dans la continuité de la contestation de l'automne dernier concernant l'accueil sur le site de l'hôpital de Pierrefeu de quelques dizaines (une trentaine de personne), le maire de La Londe continue d'alimenter par ses actes et ses initiatives cette tentation nauséabonde de rejet de l'étranger.

Pourtant, la mise en place de structures d'accueil est indispensable car elle permet une prise en charge complète de ces hommes et femmes qui fuient la guerre.

Alors que l’École doit préparer chaque élève à sa vie de citoyen, que l’éducation aux droits de l'Homme en général et aux droits de l'enfant en particulier fait partie intégrante des programmes d'enseignement, des élus de la République font eux preuve d’une grande intolérance!

L'UNSA Éducation rejette sans équivoque les positions de ces maires qui ne peuvent qu’abîmer l'un des fondements de notre République qu'est le vivre ensemble.
Nos choix sont clairs !




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP