Accueil > SOCIÉTÉ > Égalités > Égalité femmes-hommes > Violences sexistes et sexuelles : Libérer la parole et agir !

Violences sexistes et sexuelles : Libérer la parole et agir !

Article publié le mardi 17 octobre 2017
  • Version imprimable

Combien de femmes sont concernées par le harcèlement sexuel ?

L’UNSA Éducation dénonce depuis longtemps le harcèlement de rue et le sexisme au travail.

Aujourd’hui, le hastag #balancetonporc surprend par les milliers de femmes agressées qui osent témoigner sur Twitter.

Pourtant, cette problématique ne date pas d’hier.
Nous l’avions déjà abordé et dénoncé à plusieurs reprises à travers, entre autres, ces chiffres accablants* :

  • 100% des femmes ont déjà été harcelées dans les transports
  • Une femme sur deux déclare avoir changé de façon de s'habiller pour éviter les remarques sexistes.

Dans le milieu professionnel :

  • 1 femme sur 5 se dit victime d’un harcèlement sexuel dans sa vie professionnelle (IFOP 2014)
  • 40% déclarent avoir été victimes d'une humiliation ou d'une injustice liée à leur sexe.
  • 81% des femmes salariées non-cadres victimes de comportements sexistes au travail ont déjà adopté une conduite d’évitement.

En début de semaine, la secrétaire d’État à l’Égalité entre les hommes et les femmes a présenté un projet de loi pour lutter «contre les violences sexuelles et le harcèlement de rue», notamment les violences sur mineurs.

1 projet de loi autour de 3 axes :

  • Allonger de 10 ans le délai de prescription pour les viols sur mineurs.
  • Présumer du non-consentement pour les mineurs avec " l’établissement d’un âge minimum en dessous duquel un enfant ou un adolescent serait présumé comme non consentant à un acte sexuel ".
  • Verbaliser le harcèlement de rue avec "un travail collaboratif avec les forces de l’ordre pour mettre en place les conditions de la verbalisation".

Au-delà des mesures politiques, juridiques et sociales, la prise de conscience sur le sujet doit être collective et bien réelle. L’engagement de tout.e.s et tous est primordial.

Notre fédération a pour principe de relayer le plus possible les formations, les initiatives et/ou projets qui vont dans ce sens.

Mais il n’en reste pas moins que la seule manière de lutter pour l’égalité et le respect des femmes passe par le biais de l’information et d'une éducation à l’égalité filles-garçons dès le plus jeune âge.

C'est pourquoi l'UNSA Éducation le martèle et continue d'exiger une éducation à l'égalité filles garçons menée dans les établissements scolaires et ce dès le plus jeune âge !

C’est dans cette perspective que l’UNSA Éducation s’engage activement pour faire disparaître les discours, idées et actes machistes.


* Chiffres du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes entre autres sont clairs (HCEfh)

Pour aller plus loin :

Harcèlement de rue : ça suffit !

En finir avec le sexisme au travail :À propos de Brigitte Grésy, Le sexisme au travail, fin de la loi du silence ? Belin, Égale à Égal, 2017

Sexisme à l’école : et si cela se jouait avant 10 ans ?
 




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP