Accueil > ÉDUCATION > Formation > Vers un nouveau concours en 2022, cela renforce nos exigences (...)

Vers un nouveau concours en 2022, cela renforce nos exigences !

Article publié le mercredi 20 février 2019
  • Version imprimable

Ça y est, le rapport RONZEAU SAINT GIRONS sur la formation des enseignants a été rendu ce mercredi 20 février. C’est pour la remise de ce rapport que Mme VIDAL et M. BLANQUER ont invité les organisations syndicales. Très vite, la volonté de placer le concours de recrutement en 2ème année de master a été confirmée et portée par les deux ministres.

L’UNSA Education a rappelé qu’elle n’était pas demandeuse de ce changement. Cette nouvelle information change la donne et pour notre fédération, cela renforce nos exigences.

  • Pour que la forme et les contenus du concours soient refondés

Avec des épreuves non axées sur les connaissances académiques déjà évaluées dans le cadre du master en introduisant davantage de contenus professionnels, basés sur les observations de stages.

  • Pour que la formation des enseignants soit pensée et construite dans une logique de continuum, tout au long de la vie. Être enseignant, cela s’apprend. Et ça s’apprend tout au long de la vie.

Avec un professionnalisation progressive, accompagnée et reconnu dans les épreuves du concours
Avec une formation initiale de qualité qui reste adossée à la recherche et davantage professionnalisante
Avec une entrée dans le métier accompagnée de facon spécifique en T1, T2 et T3
Avec une offre de formation continue qui réponde aux attentes des équipes, et permette un développement professionnel continu.

  • Pour l’ouverture du métier

Les métiers de l’enseignement et de l’éducation n’attirent pas assez, ayant pour conséquences des académies déficitaires, ou de disciplines déficitaires. C’est un enjeu de société de faire en sorte que le métier d'enseignant soit attractif d'une part mais aussi que celle et ceux qui ont en charge l’éducation des jeunes soient à l’image de toute sa diversité. Permettre à chaque étudiant.e de s’engager 5 ans en études supérieures, de lui donner l’envie, la motivation, la sécurité matérielle en est la condition.

  • Pour que les missions de tutorat soient réellement reconnues et valorisées

Avec un vrai statut dans le 1er degré comme dans le 2nd degré, qui donne droit à une indemnité, une formation et une reconnaissance dans la carrière. Et que cette même ambition soit pensée pour celles et ceux qui exercent ces missions de tutorat auprès de nouveaux assistants d’éducation en contrat de pré-professionnalisation.

  • Pour que les équipes de formateurs et formatrices soient pluri-catégorielles

Avec une définition précisée des rôles des équipes mixtes des futures INSPé en s’appuyant sur les expériences réussies, de formations des troncs communs en équipes pluri-catégorielles.

  • Pour que la formation des PLP soit également une vraie priorité, même pour les disciplines spécifiques et isolées.
  • Pour une réflexion sur le calibrage des masters et la prise en compte des échecs aux concours



Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP