Accueil > SOCIÉTÉ > Égalités > Égalité femmes-hommes > Un plan national pour renforcer le droit à l’avortement

Un plan national pour renforcer le droit à l’avortement

Article publié le vendredi 16 janvier 2015
  • Version imprimable

On n’en finit pas de célébrer « la loi Veil » et c’est tant mieux.

Le 26 novembre dernier (voir art.1664) on célébrait la difficile et brillante prestation de Simone Veil, quarante ans plus tôt, devant l’assemblée nationale. En ce 17 janvier 2015 on célèbrera les quarante ans de la promulgation de la loi légalisant l’IVG en France (17 janvier 1975).

A l’occasion de cet anniversaire, Marisol Touraine, ministre de la Santé et des Droits des femmes, présente de nouvelles mesures pour renforcer l’IVG qui, si elle est bel et bien un droit dans notre pays, peut être encore limitée parfois soit par une information manquant d’objectivité, soit par des difficultés de prise en charge.


Un récent rapport du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes rapportait que « 5% des Établissements publics et 48% des Établissements privés pratiquant l’IVG ont fermé ces dix dernières années, entraînant des difficultés d’accès à l’avortement dans certains territoires ».
Marisol Touraine demande à chaque région de faire un état des lieux complet de son offre de l’IVG et de prendre les mesures adéquates.
Elle annonce également la création d’un numéro d’appel national sur la sexualité, la contraception et l’IVG ainsi qu’une campagne d’information, géré par le planning familial et la prise en charge à 100% des examens entourant l’IVG.

Autant de mesures dont on ne peut que se féliciter et n’oublions jamais l’exemple de l’Espagne, qui il y a peu, et contre toute attente, a failli voir cet acquis remis en cause. Tout renforcement de ce droit en France est aussi important pour qu’il vive au-delà de nos frontières.

 




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP