Accueil > PERSONNELS > Santé/Conditions de travail > Un CHSCT ministériel extraordinaire pour les enseignants de STI

Un CHSCT ministériel extraordinaire pour les enseignants de STI

Article publié le lundi 14 octobre 2013
  • Version imprimable

Le Comité d'hygiène de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) du ministère de l'Éducation nationale s'est réuni le 14 octobre 2013 avec, pour seul point à l'ordre du jour, l'implication en termes de ressources humaines de la mise en œuvre de la réforme de la filière des sciences et technologies industrielles (STI).

L'UNSA Éducation avait demandé la tenue d’un CHSCT ministériel extraordinaire à la suite du suicide de notre collègue, professeur de STI, à Marseille. Le ministère va-t-il enfin prendre la mesure de la souffrance des enseignants de la filière STI ?

Lors de ce CHSCT, l’UNSA Éducation a demandé la mise en place urgente d’un plan d’action spécifique avec :

  • la reconnaissance du caractère « à risques » pour ces enseignants et la mise en place de la surveillance particulière prévue dans le décret 82-453 (article 24);
  • des mesures de gestion de proximité, d’accompagnement et de formation;
  • un bilan de la mise en œuvre de la réforme afin de ne pas réitérer les erreurs. Toute réforme doit être précédée d’une étude d’impact sur les aspects systémique, gestionnaire, pédagogique sans oublier l’organisation du travail des enseignants.

Nous avons obtenu que :

  • le suivi médical particulier soit proposé à ceux qui le souhaitent;
  • des instructions soient données lors de la réunion des DRH académiques, le 5 novembre 2013, pour renforcer l’accompagnement des collègues, notamment avec des entretiens individuels, de la formation avec des allègements de service, rendre possible la réversibilité du changement de discipline si besoin ;
  • une enquête conduite par la DEPP en 2013-2014 sur un panel de ces enseignants afin de mesurer les aspects négatifs et positifs de la réforme ainsi que le ressenti des collègues ;
  • la communication aux syndicats des travaux conduits jusqu’à présent «en l’interne» à la DGESCO sur le bilan de la réforme. Un groupe de travail est annoncé pour la mi-novembre.

La DGRH a admis que toute future réforme devrait se mettre en œuvre différemment sans s’engager davantage.

Pour l’UNSA Éducation, ces annonces sont une première étape. Nous aurions, pour notre part, souhaité une enquête portant sur le stress, la surcharge de travail, l'organisation du travail… (Risques Psycho-Sociaux), préparée sur la base d’indicateurs professionnels (INRS, ANACT) et destinée à l’ensemble des enseignants de la filière STI (environ 13000).

Lors du Comité technique ministériel de l'Éducation nationale du 16 octobre 2013, l’UNSA Éducation réinterviendra pour rappeler au ministère ses obligations de protection des personnels.

Voir ci dessous, en pièce jointe (format PDF), la déclaration préalable de l'UNSA Éducation lors du CHSCT-MEN du 14 octobre 2013.

Documents joints




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP