Accueil > SOCIÉTÉ > Égalités > Retour de la « manif pour toutes les discriminations »

Retour de la « manif pour toutes les discriminations »

Article publié le jeudi 13 octobre 2016
  • Version imprimable

L’UNSA Éducation s’indigne du nouveau rassemblement de la « manif pour tous » dimanche 16 octobre.

Ce mouvement, né fin 2012 de l’opposition à la loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe, entend manifestement faire revenir les campagnes homophobes et discriminatoires sur la place publique !

Ces activistes exigent « un renouvellement complet de la politique de la famille » qui consiste essentiellement à réserver les droits patrimoniaux aux seuls couples hétérosexuels.

Pour eux, le mariage hétérosexuel est le seul horizon des rapports entre les femmes et les hommes. Et seul ce mariage fait « la famille » !

Ils veulent également manifester leur opposition à la Procréation Médicalement Assistée (PMA), la reconnaissance en France des enfants nés d’une mère porteuse à l’étranger ou encore à l’enseignement de la « théorie du genre » à l’école !
Les dernières déclarations du Pape ont permis de relancer les rumeurs les plus folles sur cette soi-disant « théorie du genre » et ainsi redonner de la visibilité médiatique à la « Manif pour tous »…

L’UNSA Éducation le répète encore une fois : la « théorie du genre » n’existe pas.

Il est d’ailleurs étonnant et inquiétant que cette expression se soit imposée dans le langage courant et qu’il soit repris par les journalistes. Il faut rappeler qu’au début les opposants à l’égalité filles garçons parlaient de l’ « idéologie du genre » puis le terme a changé pour théorie…

Avec leurs mensonges, les opposants à l’égalité filles garçons veulent faire croire qu’il y a un projet secret, en France mais aussi à l’ONU, qui viserait à manipuler les enfants. Ce projet aurait pour but non avoué d’imposer l'homosexualité comme nouvelle norme sociale.


Aux antipodes des « fantasmes » de la « manif pour tous », à l’UNSA Éducation nous revendiquons la nécessité des « études de genre » qui venues des Etats-Unis dans les années 1960, étudient la manière dont la société attribue des rôles sexués aux hommes et aux femmes.

Nous revendiquons également la nécessité d’une éducation à la sexualité à l’École. Comme l’a montré le rapport du HCEfh en mai dernier « les choses évoluent peu en matière de stéréotypes sexistes notamment sur les questions liées à la sexualité et également sur les discriminations homophobes ».

Or, ces idées reçues ont des conséquences dramatiques en matière de violences sexistes : « 7,5% des filles déclarent avoir été victimes, à l’école, de voyeurisme, de caresses ou de baisers forcés et une jeune femme sur dix de moins de 20 ans déclare avoir été agressée sexuellement au cours de sa vie. » L’association SOS homophobie avait dénoncé en 2014 une augmentation de 78% des actes homophobes en France par rapport à 2013 ! Et ce fut particulièrement le cas lors des débats sur le mariage pour tous.

Nous considérons qu’il faut lutter encore et toujours contre les discours sexistes et homophobe. L’éducation à l’égalité est nécessaire dès le plus jeune âge pour faire reculer les stéréotypes et les préjugés.

L’UNSA Éducation rappelle qu’elle souhaite que les droits familiaux soient étendus à toutes les formes de familles !




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP