Accueil > SOCIÉTÉ > Citoyenneté/Solidarité > Réaliser le droit au regroupement familial des réfugiés en Europe.

Réaliser le droit au regroupement familial des réfugiés en Europe.

Article publié le samedi 7 octobre 2017
  • Version imprimable

Le Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l’Europe vient de publier un document thématique afin de favoriser la mise en place de politiques de regroupement familial cohérentes.

Pour les réfugiés le regroupement familial est un facteur d'intégration déterminant. Il est largement établi que le fait de retrouver les siens est une priorité essentielle pour les réfugiés à leur arrivée dans un pays d'accueil.
"La séparation familiale est une cause importante d’anxiété, qui a un impact psychologique souvent invalidant." De plus, le rapport suggère que, "plus la période de séparation est longue, plus les résultats sont médiocres lorsque la famille est réunie et plus elle a de mal à retrouver son équilibre."

Le rapport insiste sur le fait que, pour les familles qui veulent se retrouver mais ne le peuvent pas, la séparation provoque un stress intense, un isolement social et des difficultés économiques, qui empêchent de mener une vie normale. "Ces impacts négatifs sont d’autant plus évidents dans le cas des réfugiés, qui vivent dans l’angoisse permanente de savoir les proches qu’ils ont laissés derrière eux dans une situation de danger."


Le Commissaire émet un certain nombre de recommandations pour favoriser la mise en place de politiques de regroupements familiales. 

L'UNSA Éducation en a retenu quelques unes : 

  • des procédures souples, rapides et efficaces,
  • une définition des membres de la famille admissibles suffisamment large,
  • un renforcement de la place de l'enfant dans le processus de regroupement,
  • éviter de faire la distinction entre les familles formées avant la fuite et après,
  • veiller à ce que le regroupement soit accordé aux membres de la famille élargie,
  • laisser suffisamment de temps aux réfugiés pour demander le regroupement familial,
  • réduire les obstacles pratiques au regroupement (information, traduction, internet, traitement simultané ...),
  • éviter l’utilisation systématique des tests ADN et d’autres mesures biométriques
  • veiller à ce que les permis de séjour des membres de la famille permettent une protection et une autonomie juridiques,
  • veiller à ce que les processus de regroupement ne soient pas indûment retardés
  • pour les États liés par le Règlement de Dublin : utiliser pleinement et avec souplesse les critères d’unité familiale

La mise en place de politiques cohérentes, rapides, efficaces, respectant les individus ne peut que favoriser une intégration réussie et pérenne de populations que les conflits, les exactions, les guerres jettent définitivement sur les routes.
L'UNSA-Education accueille positivement ces recommandations. La fraternité et la solidarité ne doivent pas être seulement des mots. L'Europe et ses états membres se doivent de prendre à bras le corps ces problématiques.




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP