Accueil > CULTURE > Rapprocher la culture des citoyens : est-ce le bon plan ?

Rapprocher la culture des citoyens : est-ce le bon plan ?

Article publié le lundi 30 avril 2018
  • Version imprimable

La Ministre de la Culture Françoise Nyssen veut lutter contre la « ségrégation culturelle » et annonce un plan ambitieux intitulé « Culture près de chez vous ». Circulation des artistes et itinérances de grandes œuvres sont prévues. Il s’agit  ainsi de « faire naître le désir de culture » : une volonté louable mais une méthode à questionner ?
Circulez !
Dans le domaine de la création artistique, de la lecture, du cinéma, le plan prévoit que les projets itinérants seront soutenus et encouragés, aussi bien les tournées des cirques qui ont cette habitude bien ancrée, que  des opérateurs de l’Etat comme la Comédie Française ou l’opéra de  Paris qui seront fortement encouragés à aller en province. Et pour ce qui est des œuvres à faire sortir de Paris, cela existe déjà sous forme de prêts en exposition régionale et sera développé sous de nouvelles formes. Notamment numériques pour les œuvres intransportables !
Des zones ciblées
30 000 équipements culturels constituent un maillage culturel  du territoire, et pourtant, il reste des « zones blanches », notamment dans les territoires ruraux, périurbains ou ultramarins, où l’accès à la culture est plus difficile. Et voilà comment on peut parler de « ségrégation culturelle », certains citoyens sont très éloignés de la moindre bibliothèque ou salle de spectacle. Le Ministère a repéré 86 bassins de vie dans lesquels il y a moins d’un équipement culturel pour 10 000 habitants. Ils seront des territoires culturels prioritaires, cibles de ce plan annoncé. La moitié de ces territoires culturels prioritaires sont concentrés dans huit départements : l’Eure, le Loiret, la Guadeloupe, la Guyane, la Martinique, la Moselle, les Vosges et la Réunion.
Question de méthode
Faire venir œuvres et artistes dans ces territoires abandonnés par les équipements culturels, n’est-ce pas là imposer les « désirs » que l’on veut faire naître ? Une autre politique est possible, celle qui reposerait sur le réel des territoires, sur les expressions culturelles ancrées, en acceptant et reconnaissant les cultures populaires, les pratiques amateures. Mieux en s’appuyant sur celles-ci pour faire naître d’autres désirs de culture, car déplacer les œuvres vers les publics ne suffit pas à créer l’égalité devant la culture.
Dans son manifeste Oxygènes(s), l’Unsa Education écrit : « C’est en partant de leurs cultures que les citoyens peuvent découvrir et s’approprier d’autres univers culturels, bien davantage qu’en leur imposant un patrimoine établi dont ils se sentent a priori éloignés. En ce sens, la culture est une démarche, toujours en train de se faire. » A suivre….




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP