Accueil > ÉDUCATION > Qu’est-ce qu’un programme ? par Alain Boissinot

Qu’est-ce qu’un programme ? par Alain Boissinot

Article publié le dimanche 2 décembre 2018
  • Version imprimable

Les nouveaux textes de référence des lycées sont sur le point d’être présentés et débattus.


C’est sans doute le moment de se questionner : Qu’est-ce qu’un programme ? De quoi parle-t-on ? Alain Boissinot, ancien recteur de l’académie de Versailles, nous éclaire sur la différence entre « programme » et « curriculum ».


Pour qui écrit-on les programmes ?
Deux approches peinent à s’articuler :
- Celle d'instructions officielles écrites pour des spécialistes (les enseignants des disciplines concernées) avec un langage spécialisé.
- Celle où elles doivent être accessibles à tous, notamment aux élèves et à leurs parents (ou les enseignants des autres disciplines). Il s’agit alors que détailler des objectifs plutôt que des façons de faire.


Les projets actuels des programmes des lycées s’inscrivent plutôt dans la première logique : celle des prescriptions détaillées, dans la tradition ancienne des instructions officielles.

Programme ou curriculum ?
Programme et curriculum représentent deux approches complémentaires ;
- Le programme définit la somme des contenus théoriques que devrait maîtriser un élève idéal (une sorte d’ « ambition ») ;
- Le curriculum met l’accent sut des activités d’apprentissages proposées à des élèves réels.

Alain Boissinot résume dans un tableau les différences d’approches entre programme et curriculum :

Programme Curriculum
Logique centrée sur l’enseignant :
Que doit-il mettre en œuvre comme projet d’enseignement ?
Logique centrée sur l’apprenant :
Quelle démarche d’apprentissage est engagée par l’élève ?
Savoirs scientifiquement, institutionnellement et historiquement organisés : ll s’agit plus d’instruction que d’éducation Démarche globale d’acquisition de savoirs, savoir-faire et savoir-être : c’est un projet d’éducation.
Les programmes sont répartis par disciplines et par niveaux Le curriculum vise l’unité et la cohérence du système
Idée d’un savoir idéal et d’un élève théorique, au nom de l’ambition de l’excellence Savoir garanti (avec obligation de résultat) que chaque élève réel doit acquérir.
Evaluation sommative, mesurant les écarts par rapport à la norme idéale Evaluation formative, pour mesurer les progrès de l’élève dans son parcours.

Alain Boissinot appelle à articuler entre elles ces deux approches, plutôt que les opposer de façon polémique.




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP