Accueil > SOCIÉTÉ > Égalités > Égalité femmes-hommes > Le droit à la contraception : un combat pour l’égalité

Le droit à la contraception : un combat pour l’égalité

Article publié le mardi 26 novembre 2013
  • Version imprimable

C’est ainsi que Marisol Touraine, ministre de la santé, commençait son article à l’occasion du 8 mars 2013, ajoutant : « Ces lois n’ont pas seulement libéré les femmes dans leur rapport à leur sexualité et à la maternité. Elles ont aussi permis aux femmes d’améliorer leur statut social, de poursuivre leurs études parfois trop tôt interrompues, de faire massivement leur entrée sur le marché du travail, de redessiner les contours de leur vie affective : en un mot, de marquer leur autonomie vis-à-vis des hommes ».


Aujourd’hui, la mort de Lucien Neuwirth, député gaulliste de la Loire depuis 1958, auteur de la loi sur la pilule contraceptive votée en 1967, après des mois de combat, et les hommages qui lui sont rendus, rappellent aux générations nées depuis, que la liberté des femmes à disposer de leur corps, qui semble aujourd’hui si naturelle, est un acquis encore récent qui a révolutionné la vie des femmes.
Jusqu’aux années 60, les méthodes de contraception étaient interdites en France, poussant de nombreuses femmes à recourir à un avortement dangereux et illégal.

Comme lors de toute avancée sociétale,  (loi sur le vote des femmes en 1944,  loi sur l’IVG en 1975 ou comme beaucoup plus récemment, la loi sur le mariage pour tous), cette loi sur le droit à la contraception a déclenché en son temps des vagues de propos témoignant d’une vision ultra conservatrice de la famille. «La pilule allait favoriser les amours illicites et ébranler les assises de la famille» ou  «une flambée inouïe d’érotisme entretenue et attisée par la propagande politique en faveur des techniques anticonceptionnelles hormonales menace notre pays».
Combat contre les avancées de la société, combat des hommes contre les femmes. Un député allant même jusqu’à dire « Les maris ont-ils songé que désormais c'est la femme qui détiendra le pouvoir absolu d'avoir ou de ne pas avoir d'enfants en absorbant la pilule, même à leur insu ? Les hommes perdront alors la fière conscience de leur virilité féconde et les femmes ne seront plus qu'un objet de volupté stérile."

Les résistances fortement exprimées par quelques-uns n’ont pas eu raison de la volonté des autres de faire avancer la société. La loi a été votée et la contraception est maintenant une évidence.

Mais, les acquis sociétaux ne le sont jamais pour toujours. Des voix sont toujours prêtes à s’élever pour les remettre en question. Se souvenir des combats menés pour les obtenir est indispensable à leur pérennisation.   

 




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP