Accueil > SOCIÉTÉ > Égalités > La politique familiale vue par Juppé : une recette éculée

La politique familiale vue par Juppé :
une recette éculée

Article publié le jeudi 7 juillet 2016
  • Version imprimable

Tout affairés à la préparation des primaires chez Les Républicains, les candidats y vont chacun de leur couplet pour être le plus bankable possible auprès des militants. Du coup, il faut taper juste. On le sait, les thèmes sociétaux sont des sources d’inspiration inépuisables dans ces cas-là.

Dans le rayon « famille » du triptyque « travail – famille – patrie », Alain Juppé vient d’annoncer son programme à travers un entretien accordé au journal La Croix. Au menu, notamment, au-delà des cadeaux sociaux et fiscaux dont on ne sait comment il va les financer (prime naissance, relèvement du plafond pour le quotient familial), il entend alléger les cotisations sociales des particuliers employeurs afin de favoriser la garde d'enfant à domicile, augmenter le plafond des donations des grands-parents pour leurs petits-enfants…

Si, comme il le prétend lui-même, il veut « redonner toute sa place à la politique familiale » dans un souci de meilleure « cohésion sociale », il faut éviter deux écueils, Mr Juppé :

Le premier, c’est d’ignorer ou de feindre d’ignorer les problématiques concrètes qui se posent au quotidien : possibilité de modes de garde et accès réel à des structures diversifiées, articulation vie personnelle/vie professionnelle, ne pas être obligé de choisir entre travailler et élever son enfant…

Le deuxième, c’est sortir de l’entre-soi des gens qui ont les moyens. En effet, combien de grands-parents peuvent faire des donations à leurs petits-enfants ? Qui peut payer une nounou à domicile ?

Le dernier, et non le moindre, c’est de considérer la famille type image d’Épinal, comme un modèle unique, transposable, du papa, de la maman et des deux enfants. Le candidat Juppé a-t-il la moindre idée du caractère protéiforme des familles actuelles ? En quoi ces mesures annoncent-elles un début de prise en compte de cette réalité ?

C’est ce qu’on appelle un programme hors-sol, pour le moins !

 

Le billet de Stéphanie




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP