Accueil > SOCIÉTÉ > Égalités > Handicap et société inclusive : l’Unsa analyse le rapport du CESE

Handicap et société inclusive :
l’Unsa analyse le rapport du CESE

Article publié le mercredi 3 décembre 2014
  • Version imprimable

Comment la société civile peut-elle participer à l’inclusion effective de tous en privilégiant les dispositifs de droit commun ?

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) s’est penché récemment sur cette question, à la suite d’une saisine du Premier ministre et a présenté, au nom de la section des Affaires sociales et de la santé, de nombreuses propositions. (voir article 1420)

A cette occasion, le groupe UNSA s’est exprimé sur cette saisine.
Vous trouverez ci-dessous de larges extraits de cet avis.

« Citoyens à part entière, les personnes en situation de handicap doivent bénéficier des droits reconnus à tous et participer à la vie de l’ensemble de la société. L’UNSA a inscrit dans sa charte des valeurs la lutte contre toutes les discriminations, notamment celle qui concerne les personnes en situation de handicap dans le milieu du travail. Si tous les citoyens dans leur quotidien et les salariés dans leurs lieux de travail, prennent conscience qu’apprendre, vivre, travailler ensemble dans l’acceptation et le respect de la diversité est un facteur d’enrichissement mutuel, alors la société sera plus juste. (…)

Tout, Partout, pour Tous : tel est le slogan de la position fondamentale de l’UNSA
Pour permettre à chaque personne en situation de handicap d’accéder à la plus large autonomie possible, d’acquérir les outils contribuant à sa participation à la vie sociale, et d’être en capacité d’assumer sa citoyenneté, des accompagnements doivent être pensés en termes de parcours de vie.

Tout jeune en situation de handicap a le droit à l’éducation comme le prévoit la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. La scolarisation dans les structures d’enseignement public de droit commun doit être renforcée avec tous les partenariats utiles. Le projet de scolarisation global doit être élaboré en réelle concertation avec la famille et le jeune.
L’accompagnement doit s’inscrire sans faille dans le droit commun pour les personnes en situation de handicap et pour les accompagnants ; prendre en considération le jeune dans la globalité de ses temps de vie, dans et hors du temps scolaire en fonction de ses projets de vie et de scolarisation. Le temps scolaire doit englober les études suivies dans tous les établissements relevant des ministères de l’Éducation nationale, de l’agriculture, de l’enseignement supérieur, des Centres de formation d’apprentissage. Le développement de l’autonomie du jeune doit être une préoccupation constante afin de l’aider à réussir son insertion dans la vie professionnelle ou sociale.

Pour l’UNSA, l’emploi des personnes en situation de handicap est l’affaire de tous. Des synergies doivent être créées entre tous les acteurs de l’orientation, de la formation, de l’insertion professionnelle et les acteurs économiques et les partenaires sociaux pour que les personnes en situation de handicap soient des salariés à part entière. (…)

En matière de formation deux axes sont à développer :
La formation des acteurs œuvrant dans le développement des politiques d’emploi des travailleurs handicapés : personnel du service public de l’emploi, du service public de l’orientation, personnel des ressources humaines tant dans le secteur privé que public, des managers, des élus des institutions représentatives des personnels…

Compte tenu du retard pris en la matière, il est indispensable d’intégrer dans le cadre de la formation continue, une formation permettant à la personne d’appréhender la problématique du handicap dans toutes ses dimensions et ainsi mieux répondre aux besoins de la personne handicapée. Cela serait un début qui conduirait à termes à intégrer cette formation au niveau de la formation initiale de tout métier ayant trait aux ressources humaines.

Le compte personnel de formation, introduit par la loi du 14 juin 2013 sur la sécurisation de l’emploi et le conseil en évolution professionnelle concerne également les salariés en situation de handicap. Il est nécessaire de prévoir des abondements dans le cadre du compte personnel de formation dès lors qu’une inaptitude et / ou une reconnaissance de travailleur handicapé est notifiée afin de lutter contre la désinsertion professionnelle. Les services de conseil en évolution professionnelle auront un rôle très important d’information pour prendre en compte la spécificité de chaque cas et ainsi favoriser l’évolution et la sécurisation du parcours professionnel du travailleur handicapé. (…)

L’UNSA regrette toutefois, que l’avis ne rende pas plus visible un projet structurant pour faire avancer la conception de l’accessibilité universelle. Malgré ce regret, ce projet devrait faire avancer la cause des personnes en situation de handicap.




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP