Accueil > PERSONNELS > Baromètre UNSA des métiers de l’Éducation > Communiqué de presse : Face à l’amoncellement des réformes, des personnels (...)

Communiqué de presse : Face à l’amoncellement des réformes, des personnels inquiets et en quête d’accompagnement

Article publié le lundi 17 décembre 2018
  • Version imprimable



Face à l'amoncellement des réformes, des personnels inquiets et en quête d'accompagnement

Résultats du Baromètre Flash Actus de l'UNSA Éducation

 

Le quotidien des personnels de l'éducation connaît un bouleversement de plus en plus intense : réformes successives, système de rémunération en cours d'évolution, climat scolaire. Leur message est clair : ils et elles ont besoin de temps et d'accompagnement. L’UNSA Éducation demande à ce que l’institution apporte aujourd'hui les éléments de réassurance dont ils ont besoin.

Réformes : mettre le pied sur le frein

Pour 73% des personnels de l'éducation, le rythme des réformes est soutenu ou précipité. Cette proportion grandit auprès des enseignants (80%) et des cadres (83% chez les IEN, 86% chez les IA-IPR, 87% chez les personnels de direction). Cette crispation auprès des personnels chargés de la mise en œuvre montre la déconnexion entre le discours délivré par l'institution et son application.

Réformes en cours : des personnels très partagés !

Face à ce rythme effréné, s'il n'y a pas de rejet massif des réformes en cours, il n’y a pas non plus d’adhésion. et c'est l’absence même de réponses qui est frappante.
Réforme du bac, rénovation de la voie professionnelle, organisation territoriale de l'Éducation nationale : presqu'une personne sur trois ne souhaite pas se prononcer sur ces réformes. Défaut d'adhésion, manque d'éléments d'explications, d'accompagnement ?
Ainsi, pour le lycée général et le baccalauréat, 34,2% des personnels y sont favorables et 37,9% opposés, sur la mise en œuvre des évaluations 45,4% favorables et 47,1% opposés. Pour la voie professionnelle, les avis restent très partagés mais 41,4% des personnels sont en accord et 28,2% s’y opposent.
Enfin seule question qui fait exception avec un avis tranché, nos collègues sont près de 70% à se dire favorable à la mise en place d’un service national universel obligatoire.

Rémunération au mérite : des avis de plus en plus tranchés

Si presque la moitié des personnels de l'éducation reste favorable à une rémunération au mérite non punitive, on note une forte hausse des réfractaires à ce type de rémunération. En effet, la proportion de personnes pensant que la rémunération au mérite ne doit pas exister est passée de 20% à 31% entre le Baromètre des métiers UNSA Éducation mené en janvier 2018 et ce Baromètre Flash Actu. Six mois pendant lesquels les projets gouvernementaux se sont précisés avec la volonté de généraliser les parts variables dans les régimes indemnitaires (indemnité REP+, RIFSEEP,…) qui peuvent expliquer ce rejet plus important.

Climat scolaire : non au tout sécuritaire !

Davantage de moyens humains dans les établissements (70,3%), un meilleur accompagnement par l'institution (60,8%) et une formation des équipes à la prise en charge des élèves difficiles (60,6%) : telles sont les priorités des personnels de l'éducation pour retrouver un climat scolaire serein. Les mesures exclusivement sécuritaires (portiques – caméras de sécurité 7,2%, présence de gendarmes dans les établissements 2,9%) ne sont pas perçus comme les réponses appropriés.


Ce sont 12 194 personnels de l'éducation qui ont pu s'exprimer lors de ce Baromètre FlashActus, organisé du 30 octobre au 15 novembre 2018.
Une démarche d'écoute à laquelle nous attachons, à l'UNSA Éducation, beaucoup d'importance et qui s'inscrit dans le syndicalisme de la proximité que nous défendons. Ces expressions de malaise des personnels de l'Éducation doivent être entendues. L'UNSA Éducation continuera de porter un projet pour l'Éducation de chaque jeune qui tienne compte d'un meilleur accompagnement des personnels.




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP