Accueil > SOCIÉTÉ > Non à l’extrême droite ! > Attention, « le grand remplacement » pourrait avoir lieu…..dans 250 (...)

Attention, « le grand remplacement » pourrait avoir lieu…..dans 250 ans

Article publié le mardi 16 décembre 2014
  • Version imprimable

Parmi les thèses de l’extrême droite –parfois reprises par la droite et sa presse (cf Valeurs actuelles de cette semaine)- « le grand remplacement » des Français de souche par des étrangers menacerait la France.

Si l’on en juge par les chiffres de l’immigration, le risque est faible. En effet, ce sont environ 250 000 étrangers qui s’installent en France chaque année –le chiffre est stable depuis une dizaine d’années- et autour de 90 000 qui en partent, soit un solde annuel de 160 000 nouveaux étrangers. A ce rythme, il faudrait 250 à 300 ans pour que la France ne soit plus peuplée que d’étrangers…

Bien entendu les nationalistes font un autre calcul. Même si leurs diatribes visent –officiellement- l’immigration, leurs réelles cibles sont les étrangers. Ils amalgament donc migrants et descendants de migrants et additionnent ainsi première et deuxième générations.

Là encore que disent les chiffres : que 6,7 millions de descendants directs d’étrangers vivent en France (selon les chiffres de 2008 cités par Libération du 16 décembre 2014) parmi lesquels 4,5 millions d'adultes, majoritairement d’origine européenne et 2,2 millions d’enfants (majoritairement descendants de parents d’origine africaine). 

Pour être complet, il faut ajouter également que la plupart de ces « descendants d’immigrés » nés en France sont français et que beaucoup ont un parent français…

Ainsi « le grand remplacement » pourrait ne pas être qu’une question de chiffre. Avançant (à peine) masquées, derrière ce paravent mathématique, la droite extrême et la droite nationaliste, cherchent à faire peur sur la perte de valeurs, de culture… Ne croyant pas à l’intégration, ni à l’enrichissement d’une culture en évolution –comme c’est la cas tout au long de l’histoire de la France, c’est contre un supposé « grand remplacement » de l’identité française (figée et immuable dans on ne sait quel mythique âge d’or) qu’elles (s’)inquiètent.

Identité française : cela ne rappellerait-il pas un débat inspiré par Buisson sous l’ère Sarkozy ?




Suivez-nous








 
| Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP